Archives de Catégorie: Littérature japonaise

Kafka sur le rivage / Haruki MURAKAMI

Magique, hypnotique, Kafka sur le rivage est un roman d’initiation où se déploient, avec une grâce infinie et une imagination stupéfiante, toute la profondeur et la richesse de Haruki Murakami. Une œuvre majeure, qui s’inscrit parmi les plus grands romans d’apprentissage de la littérature universelle. Kafka Tamura, quinze ans, fuit sa maison de Tokyo pour échapper à la terrible prophétie que son père a prononcée contre lui. Nakata, vieil homme simple d’esprit, décide lui aussi de prendre la route, obéissant à un appel impérieux, attiré par une force qui le dépasse. Lancés dans une vaste odyssée, nos deux héros vont croiser en chemin des hommes et des chats, une mère maquerelle fantomatique et une prostituée férue de Hegel, des soldats perdus et un inquiétant colonel, des poissons tombant du ciel, et bien d’autres choses encore… Avant de voir leur destin converger inexorablement, et de découvrir leur propre vérité.

Passionnément

Kafka sur le rivage

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature japonaise

La maison où je suis mort autrefois / Keigo HIGASHINO

maison-suis-mortSayaka Kurahashi va mal. Mariée à un homme d’affaires absent, mère d’une fillette de trois ans qu’elle maltraite, elle a déjà tenté de mettre fin à ses jours. Et puis il y a cette étonnante amnésie : elle n’a aucun souvenir avant l’âge de cinq ans. Plus étrange encore, les albums de famille ne renferment aucune photo d’elle au berceau, faisant ses premiers pas…

Quand, à la mort de son père, elle reçoit une enveloppe contenant une énigmatique clef à tête de lion et un plan sommaire conduisant à une bâtisse isolée dans les montagnes, elle se dit que la maison recèle peut-être le secret de son mal-être. Elle demande à son ancien petit ami de l’y accompagner.

Ils découvrent une construction apparemment abandonnée. L’entrée a été condamnée. Toutes les horloges sont arrêtées à la même heure. Dans une chambre d’enfant, ils trouvent le journal intime d’un petit garçon et comprennent peu à peu que cette inquiétante demeure a été le théâtre d’événements tragiques…

Keigo Higashino compose avec La Maison où je suis mort autrefois un roman étrange et obsédant. D’une écriture froide, sereine et lugubre comme la mort, il explore calmement les lancinantes lacunes de notre mémoire, la matière noire de nos vies, la part de mort déjà en nous.

 

J’ai été interpellée par le titre. La 4e de couv. m’a donné envie de lire ce livre… J’y suis entrée et j’ai été happée par cette histoire étrange où l’auteur explore l’influence de l’enfance sur la vie de l’adulte et invite le lecteur à un huis-clos inquiétant qui tient en haleine jusqu’à la fin et où la maison et les morts sont des personnages aussi importants que les vivants…

Un beau roman noir, un auteur à suivre… passionement

KeigoKeigo HIGASHINO

Keigo Higashino est né en 1958 à Osaka. Auteur prolixe, il est extrêmement populaire au Japon où ses derniers polars se sont vendus à près d’un million d’exemplaires.

Poster un commentaire

Classé dans Littérature japonaise