Archives de Tag: Quête

Codex Alera / Jim Butcher (série 6 vol.)

Avant tout, je crois qu’il est nécessaire de planter le décor : les néophytes ne vont pas s’y retrouver sans quelques indications car nous entrons dans un autre monde… Le monde d’Alera.

Le royaume d’Alera est composé de duchés :
– Antillus
– Placida
– Ceres
– Kalare
– Forcia
– Attica
– Parcia
– Rhodes
– Aquitaine
– Riva
– Phrygia
Les Hauts Ducs gouvernent leurs territoires et n’ont de comptes à rendre qu’au Premier Duc et au Sénat.
Le Premier Duc réside à Alera Imperia, la capitale. Nous sommes à l’époque du Premier Duc Gaius Sextus.

L’inspiration romaine donne une structure très étudiée et pratique (routes, mur fortifié, organisation des camps des légions ; des noms romains (Gaius, Maximus, Alera Imperia…), des légions, un Sénat…
Ainsi que l’esclavage à la romaine (on peut se vendre comme esclave pour payer ses dettes).

Les Aleréens utilisent les Furies – forces élémentaires de la Terre, de l’Air, du Feu, de l’Eau, de la Forêt et des Métaux – pour construire et se défendre contre les agresseurs. Mais tous ne possèdent pas ces pouvoirs…

La vallée de Calderon où débute le premier volume de la série forme un pont entre le continent d’Alera et le Pays des Marats, peuple barbare de l’Est. (voir carte)

1 – Les furies de Calderon

Présentation de l’éditeur :

Le sort du royaume repose sur les épaules d’un garçon qui n’a aucun pouvoir… Depuis mille ans, les habitants d’Aléra repoussent les peuplades sanguinaires qui rançonnent le morde en usant de leur relation particulière avec les furies – les forces élémentaires de la terre, de l’air, du feu, de l’eau, du bois et du métal. Mais dans la lointaine vallée de Calderon, Tavi ne maîtrise encore aucun élément, à son grand désespoir. A quinze ans, il n’a toujours pas de furie du vent pour l’aider à voler, ou de furie du feu pour allumer ses lampes. Pourtant, lorsque les féroces Marats font leur retour dans la vallée, le courage et l’ingéniosité de Tavi vont se révéler une force bien plus cruciale que n’importe quelle furie. Une force qui pourrait lui permettre d’altérer le cours de la guerre… 

Extraits :

« Elle rouvrit les yeux et ordonna négligemment à l’eau renversée de se rendre utile en nettoyant le sol. Avec obéissance, la flaque se mit à se déplacer d’un endroit à l’autre en ramassant poussières et débris, et Isana alla ouvrir la porte. L’air frais envahit la pièce, contrastant vivement avec la chaleur moite de la cuisine, et, fermant les yeux, elle inspira profondément pour se ressaisir. » – Codex Alera 1 Les furies de Calderon / Jim Butcher

« Le tonnerre gronda au-dessus de la vallée, et Isana alla ouvrir la fenêtre qui donnait au nord pour observer le pic montagneux qui s’y trouvait. Garados se dressait, menaçant, dans toute sa splendeur maussade, les épaules recouvertes d’une neige qui commençait déjà à descendre vers le fond de la vallée, annonçant l’hiver. Des nuages noirs s’amassaient autour de sa cime, et alors qu’elle regardait, ils s’illuminèrent d’un éclair vert sombre, tandis qu’un nouveau grondement annonciateur venait secouer la vallée. Lilvia – la femme de Garados, la furie des tempêtes – rassemblait les nuages pour un nouvel assaut sur les habitants de la vallée. Elle allait attendre toute la journée, amasser la chaleur du soleil dans son troupeau de nuages, puis les lancer sur la vallée en une débauche de tonnerre et de vent, et probablement aussi, vu la saison, de pluie glacée et de neige. » – Codex Alera 1 Les furies de Calderon / Jim Butcher

Mon avis :

Ce premier volume nous présente les principaux acteurs de la série et particulièrement Tavi, le jeune homme sans pouvoirs qui va se trouver lancé dans une grande aventure et découvrir le peuple des Marats et leurs coutumes très différentes de celles des Aléréens.

Un livre qui suit les conventions du genre mais sans jamais ennuyer le lecteur. C’est une très bonne entrée de série et on sait qu’il y aura une suite qu’on attendra avec impatience…

2 – La furie de l’Academ

Présentation de l’éditeur :

Depuis des siècles, les habitants d’Aléra s’aident des furies – les forces élémentaires de la terre, de l’air, du feu, de l’eau, du bois et du métal – pour protéger leur monde des agressions. Mais nulle furie ne peut les sauver des dangers qui les menacent de l’intérieur. Une mystérieuse attaque venue de par-delà l’océan a affaibli le Premier Duc. S’il perd le trône, une sanglante guerre civile sera inévitable. La responsabilité de parer les tentatives d’assassinat et les trahisons au sein du cercle d’espions du Premier Duc retombe sur les épaules de Tavi, le seul homme dépourvu de furies…

Extrait :

« – Je t’ai vu protéger d’autres personnes qui te considéraient pourtant comme plus faible qu’elles. J’ai vu un très petit nombre de gens bien, parmi lesquels le garçon qu’on a fait sortir de la Tour. (Elle s’interrompit un instant pour réfléchir.) J’ai vu des femmes donner du plaisir pour de l’argent afin de nourrir leurs enfants, et d’autres faire la même chose pour négliger leurs enfants pendant qu’elles s’abrutissent avec des vins et des poudres. J’ai vu des hommes qui travaillent du lever au coucher du soleil rentrer chez eux et se faire mépriser par leurs épouses parce qu’ils ne sont jamais là. J’ai vu des hommes battre et utiliser ceux qu’ils sont censés protéger, même leurs propres enfants. J’ai vu certains d’entre vous réduire en esclavage des gens de leur propre race. Je les ai vus se battre pour échapper au même sort. J’ai vu des hommes de la loi trahir celle-ci, et des hommes qui détestent la loi faire preuve de gentillesse. J’ai vu des défenseurs pleins de douceur, des Guérisseurs sadiques, des créateurs de beauté méprisés alors que des artisans de destruction sont vénérés. 
La jeune fille secoua lentement la tête et conclut : 
– Ceux de ta race, Aléréen, sont les créatures les plus méchantes et les plus douces, les plus féroces et les plus nobles, les plus fourbes et les plus loyales, les plus terrifiantes et les plus fascinantes que j’aie jamais vues. » – Codex Alera 2 La furie de l’Academ / Jim Butcher

Mon avis :

Un deuxième volume encore plus passionnant que le précédent où on trouve beaucoup de réflexions sur la condition des pauvres, les différentes classes sociales, le mépris des riches…
Tavi a non seulement grandi – il a 17 ans à présent – mais sans perdre sa fraîcheur d’âme, son empathie et son sens de l’honneur.
Il y a aussi de l’humour dans ces livres et j’aime beaucoup cela, les personnages nous sont plus proches…

3 – La furie du curseur

Présentation de l’éditeur :

Lorsque l’impitoyable Haut Duc de Kalare, assoiffé de pouvoir, lance une rébellion contre le premier Duc et s’allie à un féroce ennemi du royaume, le jeune Tavi se retrouve à la tête d’une légion inexpérimentée et mal équipée : la seule force qui puisse sauver Aléra de la ruine…

Extraits :

« Les légionnaires ne sont pas des guerriers, Tavi. Ce sont des soldats professionnels.
– Quelle est la différence ?
Max fit une moue songeuse.
– Les guerriers se battent. Les légionnaires se battent ensemble. Le but n’est pas d’être la plus fine lame. C’est de former un tout plus puissant que la somme des individus qui le composent. » – Codex Alera 3 La furie du curseur / Jim Butcher

« Il savait ce qu’était la beauté, mais ne comprenait pas ce qui en faisait le prix. Sa collection était luxueuse, étendue, composée uniquement de chefs-d’œuvre incontestables et c’était tout ce qui lui importait ; l’enveloppe, le prix, la proclamation de sa richesse et de sa puissance, et non la beauté en elle-même. » – Codex Alera 3 La furie du curseur / Jim Butcher

Mon avis :

Il y a dans ce tome de magnifiques scènes de batailles. Beaucoup de scènes de batailles…
Il y a aussi de l’amitié, de l’amour et de l’humour…
Tavi a 19 ans maintenant, c’est un homme, il s’est développé physiquement mais il a aussi évolué mentalement, c’est toujours un homme d’honneur et d’amitié mais il sait que tous ne sont pas comme lui.

Sous le nom de Scipion, Tavi va être incorporé à la Première Légion. Il va être apprécié des légionnaires et, très vite, va s’apercevoir de l’attachement que ceux-ci lui portent…

4 – La furie du Capitaine

Présentation de l’éditeur :

Après deux ans de guerre acharnée, Tavi de Calderon et les féroces guerriers canims sont, contre toute attente, obligés de s’allier pour défier la menace qui pèse sur eux.
Mais ce rapprochement n’est pas vu d’un très bon oeil. Et s’il espère forger une entente entre les deux partis, Tavi devra trouver un moyen de surmonter des siècles d’animosité et ainsi commander sa légion au mépris de la loi et des forces alliées et ennemies…
S’il échoue, aucun d’eux n’aura la moindre chance de survivre.

Extrait :

« La vie en camp de réfugiés avait eu l’effet que les épreuves avaient toujours sur les gens. Chez certains, elle avait révélé une grandeur d’esprit presque incroyable. Marcus avait vu des hommes dénués de presque tout ou presque se défaire de leur unique cape pour la donner à des enfants qui mouraient de froid. Il avait vu des familles qui avaient à peine de quoi survivre accueillir sous leur toit un enfant perdu de plus, réussi à caser sous la couverture un corps gelé de plus. Il avait vu des légionnaires de la Première Aléréenne, bouleversés par les souffrances dont ils avaient été témoin en exercice, aller directement au marché en recevant leur solde, et tout dépenser en nourriture pour ceux qui en avaient besoin.
Chez d’autres, cependant, elle avait révélé le pire. Marcus avait mené des escouades chargées d’enterrer les corps de personnes tuées pour pèlerine élimée et les chiffons dont ils avaient enveloppé leurs pieds. Il en avait vu demander des choses à des femmes en guise de paiement, vu ceux qui possédaient ce dont d’autres avaient besoin exiger qu’ils s’humilient et s’avilissent avant d’accepter de partager avec eux. Il avait vu les cernes bleuis et les os cassés résultant du climat de peur et de nervosité exacerbée. Les maladies causées par le froid et l’insuffisance de nourriture – mêmes dans les contrées, les plus tempérées du royaume. Et tout cela, cette humanité navrante, pitoyable, détestable semblait commencer à se coaguler, à former un vapeur presque invisible, une puanteur dans l’air […] » – Codex Alera 4 La furie du capitaine / Jim Butcher

Mon avis :

Deux années ont passé, Tavi va devoir choisir sa voie… Un volume qui réserve une (demi) surprise au final…
Une fin qui est un commencement…

5 – La furie du Princeps


Présentation de l’éditeur :

Désormais reconnu comme le Princeps Gaius Octavien, héritier du trône, Tavi de Calderon est parvenu à conclure une alliance fragile avec les ennemis ancestraux d’Aléra, les farouches Canims. Mais lorsque Tavi et ses légions reconduisent les Canims jusqu’à leurs terres, le Princeps découvre que ses pires craintes sont devenues réalité.
Les redoutables Vordes – ennemies des deux peuples – ravagent depuis trois ans la patrie des Canims. Et lorsque les Aléréens perdent l’accès à leurs vaisseaux, ils se voient obligés de se battre pour survivre aux côtés de leurs anciens adversaires.
Depuis un millénaire, Aléra et ses furies ont tenu tête à tous leurs ennemis, repoussé toutes les attaques. Mais cette époque touche à sa fin..

Extraits :

« Tout finit toujours par passer.
Notre existence est bien moins importante que nous l’imaginons. Tout ce que nous sommes, tout ce qui nous accomplissons… Tout cela n’est qu’une ombre, si indestructible qu’elle puisse paraître. Un jour, lorsque le dernier homme aura rendu son dernier souffle, le soleil brillera, les montagnes s’élèveront, la pluie tombera, les ruisseaux murmureront… et l’homme ne leur marquera pas. » – Codex Alera 5 La furie du Princeps / Jim Butcher

« N’importe quel homme doté d’une once de bon sens recherche trois choses chez la personne qu’il s’apprête à suivre. La volonté, l’intelligence, et le cœur » – Codex Alera 5 La furie du Princeps / Jim Butcher

Mon avis :

On est de plus en plus happé par l’Histoire d’Alera et l’histoire de Gaius Octavien. Pourra-t-il empêcher la civilisation alaréenne de disparaître? Une véritable coalition d’amis et d’anciens ennemis devenus des amis s’est mise en place…

6 – La furie du Premier Duc

Présentation de l’éditeur :

Pour Gaius Octavien, la vie est une lutte de tous les instants. En combattant d’anciens ennemis, en forgeant de nouvelles alliances et en affrontant la corruption qui menace son pays, il est devenu un stratège légendaire et un chef respecté… ainsi que le Premier Duc légitime d’Aléra.
À présent, tout ce qu’il a juré de protéger est près de succomber. Les redoutables vordes sont en marche, profitant du chaos pour semer la discorde parmi les Aléréens, et forçant ceux qui leur résistent à se réfugier en marge du royaume.
Pour la dernière fois peut-être, Gaius Octavien, à la tête de ses légions, doit faire face à l’ennemi. Et il lui faudra employer toute son intelligence, son ingéniosité et ses talents de furifèvre pour préserver le monde des ténèbres éternelles…

Extraits :

« Varg retourna à son livre, un antique ouvrage datant apparemment de la préhistoire aléréenne. Tavar avait précisé qu’on ignorait quelles parties du livre étaient authentiques et quelles parties avaient été ajoutées au fil des siècles. Cependant, s’il était ne serait-ce qu’à moitié véridique, alors le maître de guerre aléréen qu’il décrivait était très compétent, bien qu’un peu arrogant. Il était évident que ses Mémoires avaient influencé les stratégies et les tactiques des légions aléréennes.
Néanmoins, songea Varg, il n’était pas certain que Tavar aurait eu la moindre leçon a recevoir de ce fameux « Jules ». » – Codex Alera 6 La furie du Premier Duc / Jim Butcher

« Les seules personnes qui méritent vraiment le pouvoir sont celles qui ne cherchent pas à l’obtenir.  » – Codex Alera 6 La furie du Premier Duc / Jim Butcher

« Incroyable, ce que les gens étaient capables de faire lorsqu’ils travaillaient main dans la main. » – Codex Alera 6 La furie du Premier Duc / Jim Butcher

Mon avis :

J’ai adoré cette série, je ne vais pas trop en dire car je pense qu’il faut vraiment la lire en entier, il y a de tout pour tous : des aventures, de l’amitié, de l’amour, de l’humour, de l’honneur, de la rédemption…
Lisez, lisez, il en restera toujours quelque chose…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

Chroniques des Cheysulis / Jennifer Roberson

  1. Les Métamorphes
  2. La ballade d’Homana
  3. L’épée du destin
  4. La piste du loup blanc
  5. Une nichée de princes
  6. La fille du Lion
  7. Le vol du Corbeau
  8. La tapisserie aux Lions

C’est une série de 8 romans qu’il ne faut pas séparer car, s’ils racontent chacun une partie de l’histoire différente, c’est la somme de tous qui la compose.

Des ethnies différentes se partagent un monde

Nous allons suivre les Cheysulis, liés à la Terre, ils utilisent sa magie. Leurs guerriers ont un compagnon animal (Lir) grâce auquel ils peuvent prendre la même forme que lui.

Ils vivent en Homana, mais les Homanans ne possèdent pas de magie et considèrent les Cheysulis comme des sorciers.

La série est l’histoire d’une famille royale et d’une prophétie.

Source de la carte et de beaucoup d’infos sur les peuples et les coutumes :

http://www.les-ombres.net/pid18/chroniques-des-cheysulis.html

 

Mon avis :

L’idée est originale mais aurait gagné à être plus développée, il y a des réponses qu’on n’obtient pas. C’est dommage. Le premier tome n’est pas le meilleur, c’est dommage aussi car il faut entrer dans le second pour vraiment accrocher.

Par contre, j’ai bien aimé de passer de génération en génération et la narration alternée. L’auteur a une écriture agréable mais conventionnelle, évidemment, c’est une traduction, il faudrait le lire en anglais pour comparer.

La meilleure critique, à mon avis, c’est celle de Belgarian sur Elbakin mais je le trouve un peu sévère tout de même, je me suis bien amusée…

http://www.elbakin.net/fantasy/roman/cycle/chroniques-des-cheysulis-114

Je donnerai 3 pour la forme et 4 pour l’histoire…


Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

Hôtel Olympia / Elisabeth Vonarburg

Quatrième de couverture :

De ses années d’enfance vécues à l’hôtel Olympia, Danika n’a aucun souvenir sinon ceux de ses rêves, dont elle ne sait départager la réalité de la fantasmagorie. Ces tantes, ce grand-père, tous les personnages qui peuplaient l’hôtel ont-ils réellement existé ? Quant aux années de pensionnat qui ont suivi, Danika en garde un goût amer en raison des trop rares visites de son père, Stavros, et de l’absence totale de sa mère, Olympia.

Quarante ans plus tard, à Montréal, Stavros resurgit dans la vie de Danika pour lui apprendre qu’Olympia a disparu et qu’elle doit reprendre la direction de l’hôtel. Ulcérée par cette situation absurde — elle n’a rien à faire de cette histoire — , Danika retourne à l’hôtel Olympia avec la ferme intention de renoncer à cette charge. Or, dès son arrivée, Danika réalise que de puissantes forces sont à l’oeuvre.

Tout en renouant avec les membres de sa famille — non seulement ils existent, mais ils n’ont pas vieilli d’un iota ! — , Danika découvre que ses rêves les plus surréalistes sont tout aussi réels : le jardin extérieur se transforme parfois en « autre chose », et elle peut littéralement « entrer » dans les tableaux qui ornent les couloirs de l’hôtel? cet Hôtel qui rêve, lui aussi !

 

Extraits :

« Vous avez déjà vu quelqu’un lire dans le métro, dans un autobus ou dans un lieu public quelconque, n’est-ce pas Nikai ? Comme ils sont dans leur bulle. Ils ne sont pas là. Ils sont dans l’histoire. Ils s’y donnent. Leurs rêves, leurs désirs s’y mirent et, en s’en nourrissant, ils la nourrissent. »

 

Mon avis :

L’histoire se passe dans un univers clos (l’hôtel).

De quoi parle ce roman, est-ce un roman de SF, de Fantasy, fantastique, mythologique? C’est tout cela ensemble et cependant très ancré dans le monde actuel!

Une écriture qui sous-entend beaucoup de choses mais laisse au lecteur le soin de découvrir ce qui les relie entre elles… On saute du présent au passé et cela nécessite un effort pour bien suivre l’histoire. On est plongé dans une atmosphère onirique dont il est très difficile de s’extraire… Il faut prendre son temps pour bien comprendre et apprécier à sa valeur ce livre, il faut le vivre…

J’ai aimé que le personnage phare soit une femme de plus de 50 ans, c’est peu courant et c’est dommage, elles ont encore beaucoup à dire!

Une belle découverte…

 

Une critique à lire :

https://nevertwhere.blogspot.be/2014/11/hotel-olympia-elisabeth-vonarburg.html

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature canadienne (francophone)

A la croisée des mondes (His Dark Materials) / Philip Pullman


Quatrièmes de couvertures :

1 – Les royaumes du Nord (Northern Lights)

Ce n’était pas une vie ordinaire pour une jeune fille de onze ans : Lyra vivait, en compagnie de son dæmon Pantalaimon, parmi les Érudits de Jordan College, passant ses journées à courir dans les rues d’Oxford à la recherche éperdue d’aventures.
Mais sa vie bascule le jour où elle entend parler d’une extraordinaire particule. D’une taille microscopique, la Poussière – que l’on trouve uniquement dans les vastes étendues glacées des Royaumes du Nord – est censée posséder le pouvoir de briser les frontières entre les mondes, un pouvoir qui suscite effroi et convoitises…
Jetée au coeur d’un terrible conflit, Lyra sera forcée d’accorder sa confiance aux gitans et à de terribles ours en armure. Et, lors de son périlleux voyage vers le Nord, elle devra découvrir pourquoi son propre destin semble étroitement lié à cette bataille sans merci où s’opposent des forces que nul ne l’avait préparée à affronter.

2 – La tour des Anges (The Sublte Knife)

Ayant franchi le pont entre les mondes édifié par Lord Asriel, son père, l’intrépide Lyra se retrouve dans la cité de Cittàgazze, la ville au-delà de l’aurore, où des spectres mangeurs d’âmes rôdent dans les rues, où les lointains battements d’ailes des anges résonnent au-dessus d’une mystérieuse tour. Mais Lyra n’est pas sans allié. Car le jeune Will Parry, à la recherche de son père disparu depuis de longues années, a également pénétré dans cet étrange royaume par une porte magique. Ensemble, Lyra et Will vont entamer un périlleux voyage à travers les dimensions, et découvrir un secret mortel : un objet d’une puissance extraordinaire et dévastatrice. Mais à chaque étape de leur périple, ils se rapprocheront d’un danger plus funeste encore – et de l’incroyable vérité sur leur propre destinée…

3 – Le miroir d’Ambre (The Amber Spyglass)

Séparée de son compagnon Will, la jeune Lyra est retenue prisonnière par sa mère, l’ambitieuse et impitoyable Mme Coulter qui, pour mieux s’assurer de sa docilité, l’a plongée dans un sommeil artificiel.
Parti à sa recherche escorté de deux anges, Balthamos et Baruch, Will parvient finalement, au prix d’un terrible sacrifice, à délivrer Lyra. Pour aussitôt repartir à l’aventure.
Car, tandis que Lord Asriel se prépare à l’ultime bataille qui décidera du sort des mondes, les deux adolescents doivent s’engager dans la plus périlleuse des missions : un voyage dans une contrée d’où nulle âme n’est jamais revenue, le royaume des morts…

 

Extraits :

« Le mot « Daemon », qui apparaît tout au long du livre, se prononce comme le mot français « démon ». »

« Lyra et son daemon traversèrent le Réfectoire où grandissait l’obscurité, en prenant bien soin de rester hors de vue des Cuisines. Les trois longues tables qui occupaient toute la longueur du Réfectoire étaient déjà dressées, l’argenterie et les verres réfléchissaient la lumière déclinante, et les longs bancs étaient tirés, prêts à accueillir les convives. Les portraits des anciens Maîtres étaient accrochés aux murs, tout là-haut dans la pénombre. Lyra atteignit l’estrade, jeta un coup d’œil par-dessus son épaule vers la porte ouverte des cuisines et, ne voyant personne, elle s’approcha de la table surélevée. Ici, les couverts étaient en or, pas en argent, et les quatorze sièges n’étaient pas des bancs en chêne, mais des chaises en acajou dotées de coussins en velours.
  Lyra s’arrêta à côté de la chaise du Maître et donna, de l’ongle, une chiquenaude sur le plus grand des verres. Le tintement clair résonna dans le Réfectoire.
— Tu n’es pas sérieuse, chuchota son daemon. Sois sage. » – Les royaumes du Nord.

 

« Will tira sa mère par la main, en disant :
— Allez, viens. Viens…
Mais sa mère traînait les pieds. Sa peur ne s’était pas dissipée. Will balaya du regard la rue étroite, baignée de la lumière du crépuscule et bordée de petites maisons toutes semblables, chacune derrière son jardinet et sa haie de buis. Les derniers rayons du soleil se reflétaient sur les fenêtres d’un côté de la rue et laissaient l’autre côté dans l’ombre. Le temps était compté. Les gens devaient être à table à cette heure et, bientôt, des enfants envahiraient les parages, des enfants curieux et bavards à qui rien n’échapperait. Il était dangereux d’attendre, mais Will ne pouvait rien faire d’autre que de convaincre sa mère, comme toujours. » –  La tour des Anges.

 

« … Alors que les bêtes de proie,
venues de profondes cavernes,
observaient la jeune fille endormie…
 
William Blake
 
Dans une vallée à l’ombre des rhododendrons, non loin de la limite des neiges éternelles, là où coulait un petit torrent nacré par l’eau de fonte, où des colombes et des linottes voletaient au milieu des sapins gigantesques, se trouvait une grotte, en partie dissimulée par le rocher escarpé qui la surplombait et le feuillage dense qui s’étendait au-dessous.
Les bois étaient remplis de mille bruits : le torrent qui grondait entre les rochers, le vent dans les branches des sapins, le bourdonnement des insectes et les cris des petits mammifères arboricoles, sans oublier le chant des oiseaux. Et, de temps en temps, sous l’effet d’une rafale de vent plus forte, une branche de cèdre ou de sapin frottait contre une autre en vibrant comme une corde de violoncelle.
Le sol était moucheté par le soleil éclatant ; des faisceaux dorés aux reflets jaune citron s’enfonçaient entre les flaques d’ombre brun-vert, et la lumière n’était jamais immobile, jamais constante, car souvent des nappes de brume dérivaient entre les cimes des arbres, filtrant et transformant les rayons du soleil en un lustre perlé, aspergeant les conifères d’embruns qui scintillaient dès que la brume se dissipait. Parfois, l’humidité des nuages se condensait sous forme de gouttelettes, mi-brume mi-pluie, qui flottaient jusqu’au sol plus qu’elles ne tombaient, avec un petit crépitement, parmi les aiguilles de pin. » – Le miroir d’Ambre.

 

Mon avis :

Attention, ceci n’est PAS de la littérature pour la jeunesse… C’est de la littérature, point! Et de la très, très bonne littérature. Mélangeant avec bonheur Fantasy et SF Steampunk, ces bouquins sont pour moi un véritable coup de coeur.
Edités dans la collection Folio Jeunesse la première fois (ce que je considère une erreur), ils peuvent bien sûr être lus par des jeunes – comme tout roman, il n’y a pas d’âge de lecture mais des niveaux de lecture, et, ici, il est évident qu’il faut un très bon niveau pour assimiler les subtilités de ces bouquins.
Philip Pulmann a imaginé des mondes extraordinaires et des héros attachants que l’on suit sans se lasser au long des trois volumes de sa trilogie…

A lire absolument!

Un très bon article sur Wikipédia :
https://fr.wikipedia.org/wiki/À_la_croisée_des_mondes

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise

Le livre des choses perdues / John Connolly

livre-le-livre-des-choses-perdues

« Car il y a en chaque enfant un adulte en devenir, et en chaque adulte l’enfant qu’il fut. »

Inconsolable depuis la mort de sa mère, David, 12 ans, se réfugie dans les livres pour fuir le remariage de son père et se consoler de la naissance de Georgie, son demi-frère. Un jour, il découvre un trou caché derrière des buissons, au fond du jardin, et se retrouve propulsé dans un univers parallèle, un monde étrange et hostile peuplé de trolls, de sires loups, de créatures hybrides, mi-hommes mi-animaux, et d’autres personnages issus de ses lectures et de son imaginaire… Grâce à l’aide du Garde-Forestier et de Roland, un preux chevalier, il va, après bien des épreuves – combats, énigmes à résoudre… – rencontrer un vieux roi qui conserve ses secrets dans un volume mystérieux, « Le Livre des choses perdues »…

 

Un coup de coeur pour ce conte : la quête initiatique d’un jeune garçon dans un monde imaginaire à la fois tendre et cruel comme la vie. Tout cela raconté par John Connolly, l’homme à la plume magique…
Merci Mr. Connolly, de nous emmener dans vos mondes

Passionnément

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise (Irlande)

Les enfants de l’Atlantide / Bernard Simonay

simonay-les-enfants-de-latlantide1

La tribu de Jehn a été réduite en esclavage par une peuplade de démons. Sur les terres de Bretagne, soixante-cinq siècles avant notre ère, le jeune chasseur se lance dans un voyage extraordinaire, semé de périls et de révélations. Détenteur de puissants pouvoirs, il doit découvrir ses origines pour mener à bien sa quête. Que signifie cette tache en forme de trident qu’il porte sur l’épaule ? Aux portes de l’antique cité d’Yshtia, Jehn voit son destin basculer à jamais.

simonay-les-enfants-de-latlantide2

Au cours d’une transe hypnotique, Jehn recouvre brutalement la mémoire: jadis, il fut Astyan le Titan – l’un des princes tout-puissants qui créèrent l’Atlantide. De brûlantes questions le hantent. Qu’est-il advenu de la civilisation fabuleuse qu’il a aidé à bâtir ? Qui étaient ses ennemis, les redoutables Serpents? Et où se cache Anéa, sa compagne de toujours?

simonay-les-enfants-de-latlantide3

Demi-dieu doté du pouvoir de réincarnation, Astyan refuse de croire à l’engloutissement de son royaume. Désormais, il n’a plus qu’un but : retrouver l’Atlantide et la belle Anéa qui régnait à ses côtés. Dans la cité de Leoness, il entreprend la construction d’un fabuleux navire. Mais il est loin de se douter des épreuves étranges et terribles qui l’attendent…

simonay-les-enfants-de-latlantide4

Astyan, le dernier des Titans, retrouve dans des ruines très anciennes un document qui lui révèle que ses frères ont été projetés dans un monde inconnu appelé Thanata, la Terre des Morts. Accompagné de la belle Pléionée, il entreprend alors un voyage extraordinaire qui le mène sur une planète inquiétante, où un mal redoutable ronge toute vie, où les forêts ont disparu et où les villes survivantes se replient inexorablement sur elles-mêmes. Au cours d’un périple fertile en rebondissements, il va percer peu à peu le terrible secret de ce monde effrayant, sur lequel plane cependant une lueur d’espoir dont les origines remontent à un passé légendaire et sacré..

4-tres-bon

 

J’ai beaucoup aimé Les enfants de l’Atlantide! J’attendais avec impatience le 5e volume que Bernard Simonay avait dans ses projets. Nous ne l’aurons hélas jamais puisque Bernard nous a quitté en cette funeste année 2016 qui a vu disparaître tant d’artistes… 

Bernard était un auteur dont j’appréciais l’écriture mais aussi les idées… Merci à lui pour tout ce qu’il nous a laissé… 

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature française

Autre-monde 2 Malronce / Maxime Chattam

autre-monde-tome-2-malronce-9314« Matt s’était endormi.
La forme noire claquait dans le vent et la brume. Fusant à toute vitesse autour de Matt, en quête d’une brèche pour s’y engouffrer. Bien qu’il ne parvienne pas à agir, Matt détectait la présence maléfique autour de lui. Som sommeil était comme un chalet avec quelques fenêtres et une porte qu’il devait vérifier en permanence, pour s’assurer qu’aucune intrusion ne survenait. Le Raupéroden tournait autour, dans la forêt, de plus en plus vite, se précipitant vers chaque vitre pour la tester, sur la serrure pour la forcer, sans y parvenir.
Pour l’instant. »

« – C’est ce qu’il y a d’ennuyeux avec vous autres adultes: les choses doivent être bien ordonnées, vous ne laissez pas la place à la fantaisie, à l’imagination, au bien-être! Parce que si vous voulez mon avis, c’est tout cela à la fois Dieu! »

 

Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d’énergies nouvelles. Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d’une mystérieuse reine, acharnée à leur perte : Malronce. Oubliez tout ce que vous savez… pénétrez dans Autre-Monde.

 

Deuxième tome encore plus passionnant – oui, c’est possible – que le premier… Je ne me suis pas ennuyée une seconde et j’ai eu du mal à lâcher ce bouquin pour faire les choses que je devais absolument faire… Une vraie addiction 😉 Au suivant!

Passionnément

Poster un commentaire

Classé dans Littérature française