Archives de Tag: Fantastique

Armageddon Rag / George R.R. Martin

Présentation de l’éditeur

Les Nazgûl, un groupe de rock mythique de la fin des sixties, aurait pu devenir l’égal des plus grands si son chanteur, Patrick Hobbins, n’avait pas été abattu par un tireur inconnu lors du concert de West Mesa.
Les Nazgûl dont l’ancien imprésario vient d’être assassiné. Le groupe des Nazgûl a décidé de se reformer après vingt ans de silence et part en tournée pour faire résonner à nouveau le « Rag de l’Armageddon ». Mais, dans l’ombre, on les manipule, et les forces des ténèbres comptent bien utiliser leur « musique à réveiller les morts » pour donner le signal de l’apocalypse. 

Extrait :

« Se réveiller et s’endormir aux accents de l’orgue à vapeur, et n’avoir qu’à baisser les yeux pour voir des gens tourner en rond juchés sur leurs jolis chevaux bariolés. Ils tournent, et tournent, et tournent encore, tout comme nous.
– Et les saisons tournent, et tournent, et les chevaux de couleurs vives montent et descendent, (*) cita Sandy.
– Nous sommes prisonniers du manège du temps, conclut Froggy. »

(*) Joni Mitchell the circle Game
And the seasons, they go round and round , and the painting ponies go up and down. We’re captive on the carousel of time.

Mon avis :

D’abord il faut que j’avoue ceci : après avoir essayé de lire le premier tome de Game of Thrones (Le trône de fer), je n’ai pas aimé. Par conséquent je n’avais jamais lu un autre livre de cet auteur. J’aime la musique, le rock et lorsque j’ai lu par hasard le pitch d’Armageddon Rag, j’ai pensé « Tiens je lirais bien celui-ci, comme ça j’aurai une idée de sa façon d’écrire, en plus c’est un one shot »…
Mais alors une fois commencé, je l’ai lu quasi d’une traite et je pense que c’est un des meilleurs thrillers fantastiques que j’ai jamais lu! Le genre qu’on quitte avec regrets…
Martin est un passionné de musique, et il sait transmettre sa passion… On est totalement immergé dans l’histoire et la musique.
J’ai adoré!

L’intitulé des trois premiers chapitres pour donner une idée…
« CHAPITRE UN
« Those Were the Days » (paroles et musique de Gene Raskin), TRO – copyright © 1962, 1968 Essex Music, Inc., New York. Citation autorisée.
CHAPITRE DEUX
« Bad Moon Rising » (John Fogerty), copyright © 1969 Jondora Music. Citation autorisée.
CHAPITRE TROIS
« Did You Ever Have to Make Up Your Mind ? » (John Sébastian), copyright © 1965, 1966 the Hudson Bay Music Company. Citation autorisée. Tous droits réservés. »


Du coup j’ai acheté Riverdream du même auteur (un autre one-shot tout à fait différent d’après quelques critiques).
A suivre donc…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

Les mauvaises nouvelles / Nicola Sirkis

Présentation de l’éditeur :

Un dompteur de puces qui doit à ses petites chéries son passage chez Michel Drucker, deux adolescents en fugue qui se réfugient dans la chambre nuptiale où s’étaient aimés leurs parents, un jeune homme qui parcourt Pékin un jour de fête à la recherche d’un article exclusivement féminin, les membres influents de la jet-set bordelaise qui se suicident sur un air de Chet Baker, un président dément qui rêve de tuer en direct, à la télé, tous ses concitoyens… Voici quelques-uns des personnages de la véritable comédie humaine imaginée par Nicola Sirkis. Treize histoires à la fois drôles et grinçantes, charmantes et perverses, quotidiennes et fantastiques. Très inattendues en tout cas, où le lecteur retrouvera l’inspiration du parolier d’Indochine, mais aussi l’univers de ses lectures – Pierre Loti, Marguerite Duras et, surtout, l’énigmatique J.D. Salinger.

Extraits :

« Mon suicide à moi, c’est le monde d’aujourd’hui tel qu’il est avec le bien et le mal, le sale et le beau, le beau et le moche, sauf que le bien, il n’est pas assez fin pour niquer le mal…
Tout le problème est là. » – Suicidal Tendencies

« On a toujours l’air con dans un ascenseur quand on est plusieurs… On a vraiment l’air con, et en plus on est assez mal à l’aise. Confinés dans cet espace réduit, on ne se dit rien, on regarde partout sauf ses compagnons de trajet, la porte par exemple, les numéros qui défilent, ou ses pieds. » – L’ascenseur sans retour

Mon avis :

J’ai acheté ce livre car j’aime les chansons de Nicola Sirkis (c’est pas un scoop j’aime la musique d’Indochine) et j’étais curieuse de le lire.

Je n’ai pas été déçue. Je suis entrée sans difficulté dans l’univers littéraire de Nicola qui est fort semblable aux textes de ses chansons : c’est souvent touchant, parfois drôle – féroce même, dérangeant aussi… Des réflexions sur la société, le sens de la vie… De l’émotion aussi!
Comme il le dit dans une de ses dernières chansons « La vie est belle et cruelle à la fois »!

Ce qui est certain, c’est qu’il sait mettre en scène les fantasmes et les peurs mais aussi les idées les plus loufoques, le tout assaisonné d’humour noir et d’une dose de fantastique…
Je n’hésite pas à dire que j’ai beaucoup aimé…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature française

Hôtel Olympia / Elisabeth Vonarburg

Quatrième de couverture :

De ses années d’enfance vécues à l’hôtel Olympia, Danika n’a aucun souvenir sinon ceux de ses rêves, dont elle ne sait départager la réalité de la fantasmagorie. Ces tantes, ce grand-père, tous les personnages qui peuplaient l’hôtel ont-ils réellement existé ? Quant aux années de pensionnat qui ont suivi, Danika en garde un goût amer en raison des trop rares visites de son père, Stavros, et de l’absence totale de sa mère, Olympia.

Quarante ans plus tard, à Montréal, Stavros resurgit dans la vie de Danika pour lui apprendre qu’Olympia a disparu et qu’elle doit reprendre la direction de l’hôtel. Ulcérée par cette situation absurde — elle n’a rien à faire de cette histoire — , Danika retourne à l’hôtel Olympia avec la ferme intention de renoncer à cette charge. Or, dès son arrivée, Danika réalise que de puissantes forces sont à l’oeuvre.

Tout en renouant avec les membres de sa famille — non seulement ils existent, mais ils n’ont pas vieilli d’un iota ! — , Danika découvre que ses rêves les plus surréalistes sont tout aussi réels : le jardin extérieur se transforme parfois en « autre chose », et elle peut littéralement « entrer » dans les tableaux qui ornent les couloirs de l’hôtel? cet Hôtel qui rêve, lui aussi !

Extraits :

« Vous avez déjà vu quelqu’un lire dans le métro, dans un autobus ou dans un lieu public quelconque, n’est-ce pas Nikai ? Comme ils sont dans leur bulle. Ils ne sont pas là. Ils sont dans l’histoire. Ils s’y donnent. Leurs rêves, leurs désirs s’y mirent et, en s’en nourrissant, ils la nourrissent. »

Mon avis :

L’histoire se passe dans un univers clos (l’hôtel).

De quoi parle ce roman, est-ce un roman de SF, de Fantasy, fantastique, mythologique? C’est tout cela ensemble et cependant très ancré dans le monde actuel!

Une écriture qui sous-entend beaucoup de choses mais laisse au lecteur le soin de découvrir ce qui les relie entre elles… On saute du présent au passé et cela nécessite un effort pour bien suivre l’histoire. On est plongé dans une atmosphère onirique dont il est très difficile de s’extraire… Il faut prendre son temps pour bien comprendre et apprécier à sa valeur ce livre, il faut le vivre…

J’ai aimé que le personnage phare soit une femme de plus de 50 ans, c’est peu courant et c’est dommage, elles ont encore beaucoup à dire!

Une belle découverte…

Une critique à lire :

https://nevertwhere.blogspot.be/2014/11/hotel-olympia-elisabeth-vonarburg.html

Poster un commentaire

Classé dans Littérature canadienne (francophone)

Tous les vivants (Le crime de Quiet Dell) / Jayne Anne Phillips

Quatrième de couverture :

Chicago, 1931. Asta Eicher, jeune veuve mère de trois enfants, est seule et désespérée. Quand Harry Powers, un galant inconnu, la courtise et lui promet de l’épouser, elle est persuadée que la vie lui offre une seconde chance. Quelques semaines plus tard, Asta et ses enfants sont retrouvés morts, assassinés. Emily Thornhill, une des rares femmes journalistes de l’époque, se charge alors de couvrir l’enquête et tâche de comprendre ce qui est arrivé aux Eicher, particulièrement à Annabel, une enfant à l’imagination débordante qui semble dotée d’étranges facultés.

Tous les vivants est une fiction inspirée d’un crime célèbre. Avec une grande profondeur psychologique et au moyen de documents d’époque, Jayne Anne Phillips fait parler et revivre la famille Eicher ainsi que son meurtrier quelques jours avant le drame, jusqu’au procès public de celui qu’on appellera  » le Barbe bleue des temps modernes  » . Jayne Anne Phillips fait son grand retour avec ce roman tiré d’un fait divers tragique qui hante à jamais l’Amérique et inspira le chef d’oeuvre de Charles Laughton La nuit du chasseur.
A l’instar de De sang froid de Capote, Tous les vivants nous plonge au coeur d’un drame saisissant, porté par l’écriture lyrique d’un auteur qui se confronte à la fois au réel et au surnaturel.

 

Extraits :

« Grand-Mère m’expliquait toujours que nos rêves sont des désirs ou des souhaits, des cadeaux des fées qui nous guident et veillent sur nous durant notre sommeil. Elle me disait que les poèmes et les histoires sont les murmures d’anges invisibles, des êtres autrefois pareils à vous et moi, qui en savent plus que nous ne pouvons en savoir tant que nous sommes encore de ce monde.
– Parle-moi dans ta tête quand je serai partie, disait Grand-Mère. Je t’entendrai toujours, et je t’enverrai ma réponse dans le bruissement de l’herbe et du vent et à l’aide d’autres petits signes, parce que nous ne nous exprimons plus par des mots quand nous avons disparu. »

« Les Eicher ne faisaient plus jamais référence à leurs origines d’Europe du Nord, mais assurément Andersen et Grimm avaient trouvé l’inspiration de leurs contes au Danemark et en Allemagne. Absolument sinistres, ces histoires, pensait Charles : des miroirs aux alouettes qui conduisaient invariablement des enfants innocents à l’abattoir, tels des agneaux préalablement engraissés. Un univers féerique qui vous invitait à croire que la vertu est toujours récompensée. Charles savait que c’était faux.
La naïveté de sa propre mère les avait transformés en victimes. »

 

Mon avis :

Un roman passionnant, mêlant si bien la réalité et la fiction – plus le fantastique – qu’on est captivé par l’histoire malgré qu’on sache déjà la fin… Construction intéressante où on fait connaissance de la famille pendant plusieurs chapitres et puis on se trouve subitement plongé dans le drame…
C’est là qu’on découvre Emily, la journaliste qui mène une enquête sur la disparition de la famille Eicher en compagnie d’un collègue sympathique, Eric. Emily va aussi rencontrer au cours de cette enquête un homme qui sera celui qu’elle attend, William, et un jeune garçon dans la misère, Mason, qu’elle choisit d’aider!
Sur tout cela plane le souvenir – ou l’âme – d’Annabel, la plus jeune fille Eicher, fantasque et poète qui apporte une touche de fantastique et de lumière à l’histoire d’un crime sordide…
Le livre est semé de quelques photos qui datent de l’époque et qui apportent une touche de réel!
Je n’ai pu m’empêcher de trouver Asta-Anna (la maman) bien trop crédule et (mais je pense que cela correspond à l’époque) bien dépendante – il lui faut trouver un homme, il n’y a pas d’autre solution…
Tel quel, j’ai lu avec beaucoup de plaisir (hé oui, malgré les crimes) ce bouquin qui sort de l’ordinaire!

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

L’étrange vie de Nobody Owens / Neil Gaiman

Quatrième de couverture :

Nobody Owens était presque encore un bébé quand sa famille a péri sous la lame du plus célèbre des tueurs de Londres, le Jack. La nuit du drame, il est cependant parvenu à se réfugier dans un cimetière, où un couple de fantômes l’a recueilli et l’a élevé comme l’un des leurs, sous l’oeil bienveillant de Silas, son ami ni vivant ni mort. Mais cette période heureuse est aujourd’hui révolue, car le Jack rôde toujours, et l’heure est venue d’aller l’affronter une bonne fois pour toutes. À l’extérieur…

 

Extraits :

« – IL se tuent, tu veux dire?
Bod avait une huitaine d’années, les yeux curieux et bien ouverts, et il n’était pas idiot.
– Absolument.
-Et ça marche? Ils sont plus heureux une fois morts?
– Parfois. La plupart du temps, non. C’est comme les gens qui s’imaginent qu’ils seront plus heureux en allant vivre ailleurs, mais qui apprennent que ça ne marche pas comme ça. Où que l’on aille, on s’emmène avec soi. Si tu vois ce que je veux dire. »

« – Comment tu t’appelles ?
– J’ai pas de pierre tombale, dit-elle en abaissant les coins de la bouche. Je pourrais être n’importe qui, pas vrai ?
– Mais tu as bien un nom.
– Liza Hempstock, pour vous servir, fit-elle d’un ton aigre. C’est pas trop demander, tout de même. Un petit quelque chose pour marquer ma tombe. Je suis juste là, tu vois ? Y a rien que des orties pour montrer où je repose. »

« Bod frissonna. Il avait envie de prendre son tuteur dans ses bras, de le serrer et de lui dire qu’il ne le laisserait jamais tomber, mais un tel acte était inconcevable. Il ne pouvait pas plus serrer Silas contre lui qu’il ne pouvait serrer un rayon de lune, non que son tuteur fût immatériel, mais parce que cela ne se faisait pas. Il y avait les gens qu’on pouvait prendre dans ses bras, et puis il y avait Silas. »

 

Mon avis :

C’est un conte, un conte délicieux – à la fois sombre (il se passe tout de même dans un cimetière) et joyeux (tous ces défunts ne sont pas tristes et accompagnés de Silas, ils s’occupent au mieux de Nobody « Bod » qui est aimé et protégé)…

Avec eux, Bod va apprendre un maximum de choses pour pouvoir se défendre car ses amis craignent tous que le Jack revienne pour s’en prendre à lui!  C’est bien sûr une façon de dire que l’enfance est une période « entre deux » où les parents apprennent aux enfants un maximum de choses pour qu’ils puissent un jour voler de leurs propres ailes…

J’ai beaucoup aimé ce bouquin et je pense qu’il peut plaire à tout âge…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise

L’océan au bout du chemin / Neil Gaiman

Quatrième de couverture :

De retour dans la maison où il a passé son enfance, le narrateur se retrouve submergé par le souvenir des événements étranges et tragiques qui ont marqué l’année de ses sept ans. Un suicide dans une voiture volée ; Lettie Hempstock, cette petite voisine qui lui affirmait que l’étang au bout du chemin était un océan ; les monstres qui rôdaient dans les ténèbres… Pourquoi les a-t-il enfouis dans sa mémoire ? Qu’est-il réellement arrivé cette année-là ?

 

Extraits :

« L’enfance ne me manque pas, mais me manque cette façon que j’avais de prendre plaisir aux petites choses, alors même que de plus vastes s’effondraient. Je ne pouvais pas contrôler le monde où je vivais, garder mes distances avec les choses, les gens ou les moments qui faisaient mal, mais je puisais de la joie dans les choses qui me rendaient heureux. »

« Les souvenirs d’enfance sont parfois enfouis et masqués sous ce qui advient par la suite, comme des jouets d’enfance oubliés au fond d’un placard encombré d’adulte, mais on ne les perd jamais pour de bon. »

« Comment peux-tu être heureux en ce monde ? Tu as un trou dans le cœur. Tu possèdes en toi un portail vers des pays au-delà du monde que tu connais. Ils t’appelleront, quand tu grandiras. Il n’y aura jamais de moment où tu les oublieras, où tu ne chercheras pas, dans ton cœur, quelque chose que tu ne peux pas avoir, que tu ne pourras même pas imaginer de façon satisfaisante, et dont la privation gâchera ton repos, tes jours et ta vie, jusqu’à ce que tu closes les yeux pour la dernière fois, jusqu’à ce que tes êtres chers te donnent du poison et te vendent aux anatomistes, et même là, tu mourras avec un trou à l’intérieur de toi, et tu gémiras, tu maudiras une existence mal vécue. Mais tu ne grandiras pas. »

 

Mon avis :

Un enfant de sept ans a découvert le monde il y a quarante ans. Un homme de quarante-sept ans revient sur les traces de sa jeunesse… Il y a ce dont il se souvient et il y a ce qu’il va redécouvrir et reperdre…
La magie d’un monde imaginaire poétique et peu commun et la force des contes, mythes et légendes sont contenus dans ce livre, un des plus beaux pour moi sur la fin de l’enfance… Mais peut-être ne cesse-t-on pas de la quitter tout au long de sa vie…

1 commentaire

Classé dans Littérature anglaise

Le livre des âmes / James Oswald

Quatrième de couverture :

Pendant 10 ans à chaque période de Noël, on retrouvait à Edimbourg un nouveau cadavre de jeune femme : nu, la gorge tranchée et complètement nettoyé.

La dernière victime, Kirsty Summer était la fiancée du détective Tony McLean. Mais dans cette affaire, le tueur de Noël commit une erreur qui permit à McLean de mettre un point final à la morbide carrière de ce tueur en série. Aujourd’hui, 12 ans plus tard, le Tueur de Noël est retrouvé mort, assassiné par un de ses compagnons de cellule.

Et au retour des fêtes de fin d’année, un nouveau cadavre est découvert : nu, parfaitement lavé, la gorge tranchée.A-t-on affaire à un copycat ? McLean s’était-il trompé de coupable 12 ans plus tôt ? Ou y-a-t’il une autre explication plus troublante encore ? McLean doit le découvrir avant que le tueur ne frappe à nouveau.

 

Extraits :

« Une pluie glaciale s’abat sur le cimetière et transforme la neige en gadoue. Dans le ciel, les nuages s’accumulent au-dessus de la tête des gens qui assistent aux funérailles.
Pendant qu’un religieux, près de lui, récite des platitudes, il est debout au bord de la tombe.
Soudain, des types musclés saisissent les cordes qu’on a glissées sous le cercueil. Elle est à l’intérieur, vêtue de la robe favorite de sa mère. Devenue sa robe favorite. Mais ça ne compte plus, à présent.
Il voudrait forcer le couvercle du cercueil et voir son visage pour la dernière fois. Oui, la serrer dans ses bras et faire disparaître le passé. Ainsi, rien de mal ne serait arrivé, n’est-ce pas ? Pour retourner quelques mois en arrière, que ne serait-il pas prêt à donner ?
Son âme ? Quelle bonne blague ! Qu’on lui apporte le contrat, avec la plume trempée dans son sang. À quoi peut lui servir son âme, maintenant qu’elle n’est plus là ? »

« Duguid eut un instant l’air gêné, mais son naturel impitoyable et colérique reprit vite le dessus.
— Vous êtes apte au service, sinon vous ne seriez pas là. Puis-je savoir ce que vous fichez ici à boire du thé alors que la superintendante en chef a dû vous dire que je vous cherchais ?
— Navré, monsieur. Elle n’a pas précisé que c’était urgent. En fait, elle m’a mis en congé, mais je pensais m’adoucir la gorge et prendre quelques affaires avant de partir.? »

« — Non, monsieur. Au sud de la ville. On dirait bien un meurtre.
— Et moi, je suis en congé, paraît-il. Quelqu’un d’autre ne pourrait pas s’en occuper ?
— Dugland assiste à un dîner de têtes, dit Bob en faisant mine de tirer sur les jambes de son pantalon. Quant à Langley, hors de question qu’il prenne une affaire en charge avant de la savoir liée à la drogue.
— Et Randall ?
— Victime de la grippe…
— Et merde !
Une journée déjà longue menaçait de ne pas se terminer de sitôt.? »

 

 

Mon avis :

Dans la lignée de De mort naturelle, James Oswald confirme mon espérance d’avoir découvert un nouvel auteur doué dans le polar-thriller un brin fantastique, juste comme je les aime…
Le livre des âmes est encore plus prenant que son premier roman!

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise (Ecosse)