Archives mensuelles : mars 2012

Seul le silence / Robert Jon ELLORY

Joseph a douze ans lorsqu’il découvre dans son village de Géorgie le corps d’une fillette assassinée.

Une des premières victimes d’une longue série de crimes.

Des années plus tard, alors que l’affaire semble enfin élucidée, Joseph s’installe à New York. Mais, de nouveau, les meurtres d’enfants se multiplient…

Pour exorciser ses démons, Joseph part à la recherche de ce tueur qui le hante.

 

C’est puissant, un roman noir plutôt qu’un thriller… On vit avec ce garçon puis cet homme à la vie détruite par la mort des autres. Les meurtres des petites filles le hantent, n’aurait-il vraiment rien pu faire pour les empêcher ?

Voilà déjà deux fois que je coupe ce que j’avais écrit ! Je ne dois pas trop en dire… Lisez « Seul le silence », c’est un livre superbe, vous ne le regretterez pas !

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise

Course à mort / Iris JOHANSEN

Sarah Patrick est membre d’une équipe de secours internationaux. Accompagnée de Monty, son chien au flair exceptionnel, elle peut être appelée à tout moment sur des catastrophes, naturelles ou non, pour tenter de retrouver des victimes murées vivantes sous les ruines. John Logan, qui a bâti en Colombie des installations informatiques ultra secrètes, est victime d’un sabotage. Ses équipements sont détruits, plusieurs de ses employés sont tués, Bassett, son homme de confiance, a été enlevé. Pour le retrouver et protéger ses secrets, Logan doit dénicher dans la jungle le cerveau de l’attentat, son vieil ennemi, Rudzak. Une seule personne peut l’aider : Sarah Patrick. Dans la course à mort qui commence, Sarah, déchirée entre de vieilles haines et un amour naissant, se retrouve réduite au rôle de la proie…

 

Un bon suspense (pas trop réaliste par moments), une jeune femme exerçant un métier peu courant (j’aime bien le chien !), une histoire d’amour compliquée…

Un polar pour dames (sans aucun sens péjoratif, je le jure ! Croix de bois, croix de fer, si je mens je vais en enfer… 😉 ),  je me suis bien amusée… Que demander de plus!

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

LE LIVRE DE CENDRES / Mary GENTLE

 

 

 

 

 

 

Avec les quatre volumes du Livre de Cendres, récompensé par le British Science Fiction Award et le Sidewise Award, Mary Gentle nous invite à découvrir une Europe médiévale transformée en un gigantesque champ de bataille. Cette fresque brutale, mais aussi d’une grande sensualité, est d’ores et déjà considérée en Angleterre et aux États-Unis comme un des classiques du genre.

1 : La guerrière oubliée (Ash : a Secret History)

1476. Gênes est à feu et à sang. Les Carthaginois et leurs golems maléfiques ont envahi le sud de l’Europe afin de détruire l’empire de Frédéric de Habsbourg. Une nuit éternelle les accompagne. Rien ni personne ne semble en mesure de les arrêter. Pourtant, une femme de dix-neuf ans, capitaine d’une troupe de mercenaires, va se dresser sur la route de l’envahisseur. L’histoire a oublié cette guerrière au visage couturé et aux cheveux trop blonds. Elle s’appelait Cendres, et la légende dit qu’elle était plus farouche que le lion et guidée par la voix d’un saint.

2 : La puissance de Carthage (Carthage Ascendant)

Prisonnière à Carthage, où le soleil ne brille plus depuis longtemps, Cendres n’a jamais été aussi près du Golem de pierre. Pourtant, simple esclave, sa vie ne tient plus qu’à un fil. Ou plutôt au bon vouloir des amirs wisigoths. Ceux-ci, et leur Faris, ont presque achevé leur croisade contre la Chrétienté et seule la Bourgogne leur résiste encore. Prête à tout pour survivre et retrouver la compagnie du Lion, Cendres découvrira-t-elle le secret de ses voix ?

3 : Les machines sauvages (The Wild Machines)

Cendres a réussi à échapper au roi-calife de Carthage et aux Machines sauvages. Malgré tout, la menace pèse toujours sur elle, sur la Bourgogne et sur le reste de la Chrétienté. D’autant qu’à Dijon, la rumeur prétend que le duc Charles est au plus mal. Les Wisigoths, menés par la Faris, vont bientôt venir à bout des remparts de la ville, et la fuite semble à Cendres la seule issue possible. Pourtant, une question continue de hanter la jeune mercenaire : pourquoi la Bourgogne?

4 : La dispersion des ténèbres. La logistique de Carthage (Lost Burgundy. The Logistics of Carthage)

Après la mort de Charles le Téméraire, la Bourgogne a désormais une duchesse, dernier rempart contre les Machines sauvages et leur noir dessein. Mais la fin semble proche et Dijon ne devrait plus tarder à tomber : presque plus de nourriture, quinze mille Wisigoths – et le roi-calife de Carthage en personne ! – aux portes de la ville… Sans l’aide du Golem de pierre, seule une idée désespérée pourra sauver la ville, ou c’en sera fini de l’humanité tout entière.

Cinq siècles plus tard, tout est fini, l’Histoire est écrite. Et ne conserve quasiment aucune trace de Cendres. Étrange, un personnage aussi atypique pour son époque aurait mérité une biographie plus étoffée, à l’image de celle de Jeanne d’Arc. Plus étrange encore : nos livres d’histoire ne mentionnent aucune civilisation wisigothe établie à Carthage au XVe siècle. Ni d’invasion massive de l’Europe…

Des anomalies qui tracassent le professeur Pierce Ratcliff alors qu’il traduit les manuscrits relatant l’épopée de Cendres. Puisqu’il est invraisemblable que notre Histoire puisse être erronée à ce point, alors c’est tout simplement que les faits relatés relèvent de la fiction. Sauf que des découvertes archéologiques, auxquelles le professeur assiste opportunément, tendent à accréditer la première hypothèse. Que se passe-t-il ? Et que s’est-il réellement passé durant ces quelques années où Cendres a – aurait – vécu et combattu ? Où est passée la Bourgogne ? Est-ce notre passé qui a disparu ou notre Histoire qui le trahit ?

Prix Bob Morane du roman étranger 2005

Prix British science fiction 2000

 

C’est la vie de Cendres, une jeune femme mercenaire au 15e siècle. La chose est déjà exceptionnelle mais Cendres ne sait pas faire autre chose et même, elle est douée pour cela : bien que fille, elle est capitaine de sa troupe de mercenaires à la bannière au lion azur. Son métier a un bel avenir car l’Europe est à feu et à sang… Mais qui est Cendres? Elle-même ne le sait pas : enfant trouvée, elle a grandi sur les champs de bataille élevée par un mercenaire qui n’était pas son père…

Ce n’est pas de la science-fiction classique de même que ce n’est pas de la Fantasy classique car il n’y a pas de magie. Le Livre de Cendres est une uchronie assez inclassable. Il peut plaire à tous ceux qui aiment les grandes épopées et aussi à tous ceux qui aiment les romans historiques car il mêle adroitement histoire et imagination. Moi, j’ai adoré…

Les encarts de l’historien sont une trouvaille comme technique de narration qui relance chaque fois l’attention du lecteur !

Un petit détail : Ash en anglais signifie à la fois « cendres » et « frêne ».

Superbe !

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise