Archives de Tag: Musique

L’enfant des neiges / Marie-Bernadette Dupuy

capture-decran-2017-01-01-a-22-00-25

Un soir glacé de l’Épiphanie 1916, dans le village de Val-Jalbert, au Lac-Saint-Jean, une des religieuses du couvent-école découvre un bébé d’un an, niché dans un ballot de fourrures. Les sœurs de Notre-Dame-du-Bon-Conseil viennent alors tout juste de prendre leur fonction d’enseignante, et celles-ci sont bien désemparées devant la fillette abandonnée, peut-être atteinte de la redoutable picote.

Val-Jalbert, bourgade ouvrière édifiée au pied de la chute de la rivière Ouiatchouan, abrite une population vaillante où rien ne manque. Gérée par la compagnie qui fabrique de la pâte de bois pour le marché mondial, la vie s’y écoule dans l’ordre et une moralité irréprochable.

L’enfant de la nuit bouleversera peu à peu l’existence des sœurs et de leurs voisins immédiats, les membres de la famille Marois, qui la prendront en charge. Mais d’où vient Marie-Hermine, aux yeux si bleus?

Pourquoi ses parents l’ont-elle déposée comme un fardeau encombrant à la porte du couvent-école? Dotée d’une voix exceptionnelle, au fil des années, l’orpheline deviendra celle que l’on appellera affectueusement « le rossignol des neiges », l’orgueil du village ouvrier pourtant condamné à l’abandon à cause de la fermeture de l’usine en 1927.

À cette occasion, les maisons se vident, les jardins sont abandonnés et les religieuses quittent le village, qui devient quasiment désert. Or, au cours de ces événements fortuits, le passé de Marie-Hermine refera surface, les jalousies écloront, comme l’amour d’un jeune métis, Toshan, rencontré lors d’un passage au bord du lac Saint-Jean.

 

Allez, je me suis décidée à essayer cette série de romans de Marie-Bernadette Dupuy que j’ai depuis bien longtemps dans ma PAL. Le premier : L’enfant des neiges… C’est une histoire prenante et on a vraiment envie de savoir la suite! Un peu trop romantique par moment, une écriture simple avec un peu trop de re-dites mais un vrai talent de romancière populaire et cela dans le meilleur sens du terme…
Il y a 6 volumes, à suivre… Je me suis prise au jeu…

Et voilà, finie la saga de Marie-Hermine et de sa famille…

J’ai bien aimé malgré quelques longueurs peu utiles! Le talent de conteuse de Marie-Bernadette Dupuy m’a emmenée dans un tourbillon d’aventures et d’amours compliquées avec, en prime, un zeste de paranormal – les pouvoirs de Kiona – et toujours omniprésent, le Québec et la belle région du lac Saint Jean.

S’il est vrai que les femmes de ce roman nous paraissent bien trop soumises et fragiles, il faut se reporter à ce temps – pas si ancien – où les hommes avaient le pouvoir et où, surtout au Canada, alors extrêmement catholique – le mode de vie patriarcal était la norme… Le monde a changé…

4-tres-bon

Poster un commentaire

Classé dans Littérature française

Un auteur : Peter Robinson – Un personnage : Alan Banks

robinsonPeter Robinson, né le 17 mars 1950 à Castleford dans le Yorkshire, en Angleterre est un écrivain canadien d’origine britannique, auteur principalement de romans policiers.

Après des études supérieures à l’université de Leeds, où il obtient en 1974 une licence en lettres, il émigre au Canada. Il exerce le métier d’enseignant et poursuit ses études à l’université de Windsor et décroche en 1975 une maîtrise en création littéraire. En 1983, il atteint le grade de doctorat de l’université d’York et continue d’enseigner.

Il amorce sa carrière littéraire dès 1979 par la publication d’un recueil de poésie. À partir de 1987, il se consacre à l’écriture de romans policiers inspirés par les œuvres de Georges Simenon, de P.D.James et de Ruth Rendell. L’action de ses intrigues policières se passe le plus souvent à Eastvale, ville imaginaire calquée sur les villes du Nord Yorkshire, et met en scène l’inspecteur Alan Banks, un policier méthodique et un peu désabusé, passionné de jazz, de musique classique et de lecture.

Il remporte le grand prix de littérature policière 2001 avec Saison sèche (In a Dry Season), le dixième titre de la série des enquêtes de l’inspecteur Banks.

Il vit actuellement en Ontario (Canada).

https://en.wikipedia.org/wiki/Peter_Robinson_(novelist)

 

Les enquêtes d’Alan Banks éditées en français :

  1. Le voyeur du Yorkshire
  2. Le rocher aux corbeaux
  3. Matricule 1139
  4. La vallée des ténèbres
  5. Noir comme neige
  6. Tous comptes faits
  7. Un goût de brouillard et de cendres
  8. Le sang à la racine
  9. Saison sèche
  10. Froid comme la tombe
  11. Beau monstre
  12. L’été qui ne s’achève jamais
  13. Ne jouez pas avec le feu
  14. Etrange affaire
  15. Le coup au cœur
  16. L’amie du diable
  17. Toutes les couleurs des ténèbres
  18. Bad Boy
  19. Face à la nuit

 

9782253123361, 0-5295871969, dans le Yorkshire. Lors d’un festival de rock, une jeune fille est poignardée. L’enquête tourne alors autour d’un groupe débutant : Les Chapeliers fous. Trente-six ans plus tard, un journaliste est sauvagement assassiné. Sans mobile apparent. Mais toujours ces Chapeliers fous, au sujet desquels il préparait un article. Au fil de son enquête, l’inspecteur Banks va découvrir que ce n’est pas la première fois que ces superstars vieillissantes du rock sont mêlées à une tragédie…

Surfant à un rythme infernal entre passé et présent, l’intrigue nous replonge au coeur de la génération Sex, drugs and rock and roll.

Grand Prix de littérature policière pour Saison sèche, Peter Robinson s’est imposé comme l’un des maîtres du genre.

Une éclatante leçon d’écriture, aiguë, sèche, d’une subtile psychologie. – Ian Rankin.

Ce personnage de détective rebelle, allergique aux procédures et à la hiérarchie, qui écoute Eric Clapton ou Van Morrison dans sa voiture, a le charme d’une espèce rare.
 – Le Parisien.

 

J’ai lu tous les romans de Peter Robinson mettant en scène Alan Banks. J’ai choisi de parler ici de « Le coup au cœur » car c’est un de ceux qui m’a le mieux plu. Il restitue l’ambiance d’une époque pas si éloignée où le monde changeait radicalement. J’aime bien aussi l’ambiance musicale de ce roman un peu nostalgique  genre « je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître »…

L’intrigue est, comme dans tous les autres livres de Peter Robinson, bien menée ; le décor bien mis en place sans que les descriptions ne deviennent ennuyeuses. Belle écriture agréable et précise. On retrouve Alan Banks comme un vieux copain impliqué de nouveau dans une drôle d’enquête. La surprise, c’est l’enquête menée par l’inspecteur Chadwick en 1969 qui vient s’intercaler en flashbacks intrigants.

Je n’en dis pas plus sur l’histoire mais ce livre fait un pont dans le temps entre deux époques et rend tout à fait l’ambiance de la fin des sixties…

Bravo, Peter Robinson

Passionnément

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature canadienne (anglophone)

L’amour secret / Paola CALVETTI

A la mort de son père, célèbre violoncelliste, Lucrezia met au jour dans les affaires du défunt une boîte remplie de lettres, toutes écrites par la même personne : une certaine Costanza, qui, des années durant et dans le plus grand secret, fut la maîtresse du musicien.

Surprise de découvrir cette relation dont elle ne soupçonnait pas l’existence, Lucrezia décide de se rendre en Provence, chez Costanza, afin d’en apprendre davantage sur son père. Le temps d’un week-end, celle-ci va lui parler de l’homme qu’elle a aimé.

 

Très différent de son premier livre L’amour est à la lettre A , si celui-la était une symphonie, ici, c’est la petite musique de chambre… C’est délicat, ciselé, tout en demi-teintes et on ne peut que s’attacher aux personnages si humains, si « vrais » !

Un beau roman…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature italienne

La symphonie des siècles / Elizabeth HAYDON

1 : Rhapsody ( Rhapsody : Child of Blood)

1ère partie : Qui sont ces deux hommes en qui Rhapsody, la jeune Barde, a dû placer à la hâte sa confiance et ses espoirs ? Certes, ces deux-là lui ont offert une aide précieuse au moment où les sbires de Michael, baron de la pègre locale, s’apprêtaient à mettre la main sur elle à des fins… récréatives. Mais une fois le danger passé, la jeune femme s’interroge : Grunthor, le géant Firbolg, et Achmed le Serpent, ombre parmi les ombres, eux-mêmes traqués par des ennemis autrement plus inquiétants, ne risquent-ils pas d’être encore plus redoutables ?

Trop tard : dans leur fuite le long des racines de l’Arbre-Monde jusqu’aux entrailles de la Terre, tous trois doivent s’apprivoiser et, pour survivre, utiliser au mieux les talents de chacun, même les plus inattendus. Car qui peut deviner ce que cachent les dons musicaux de Rhapsody, capable, par ses chants, de guérir, de se camoufler et même de changer la nature de la réalité ?

2ème partie : Après avoir émergé, irrémédiablement changés, de la racine de Sagia et avoir appris de la bouche de Llauron ce qu’il est advenu du monde au cours des quatorze siècles qu’ils ont manqué, Rhapsody, Achmed et Grunthor poursuivent leur périple de Grynwood à Roland où de mystérieuses disparitions d’enfants plongent le pays dans la consternation. Particulièrement touchée par le drame, la Baptistrelle parvient à entraîner ses compagnons dans une enquête au terme de laquelle se cache une insoutenable vérité.
 Les deux Bolgs ont cependant d’autres projets en tête, comme la conquête des terres ayant appartenu à leurs ancêtres et l’unification de leur peuple. C’est donc la direction de Canriff, l’antique capitale cymrienne devenue fief des Firbolgs, que prend le groupe augmenté d’une nouvelle recrue à la langue aussi acérée que les couteaux qu’elle lance…

2 : Prophecy (Prophecy : Child of Earth)

1ère partie : Grâce au travail de Rhapsody et de ses compagnons, les terres bolgs s’affirment à présent comme une nouvelle puissance politique que ses voisins ne peuvent plus ignorer.
Rhapsody et Ashe se lancent dans un périple qui conduira la jeune femme à la rencontre d’Elynsynos, un dragon vieux de plusieurs milliers d’années. Mais le chemin qui l’en sépare est long, surtout avec un inconnu aussi imprévisible qu’Ashe. Pendant ce temps, Achmed et Grunthor partent explorer la crypte de Gwilliam et y découvrent la Matriarche, une vieille Dhracienne charismatique, chargée de protéger le dernier Enfant Endormi encore en vie, que le F’dor cherche à anéantir.
Dans leur lutte contre cet ennemi millénaire, de terribles révélations attendent les trois compagnons, les rapprochant inexorablement de l’accomplissement de la prophétie…

2ème partie : Qui est donc vraiment Ashe ? S’il s’est présenté à Rhapsody et à ses compagnons sous un visage amical, s’il a mis son arc au service de la reconquête et de l’unification des terres Bolgs et servi de guide à la jeune femme lors de son périple jusque dans l’antre du dragon Elynsynos, jamais il ne leur a dévoilé son passé ou ses motivations. C’est à présent chose faite : contraint d’affronter Rhapsody en duel alors qu’elle défendait un homme dont il avait juré la perte, il a enfin abattu ses cartes. Ashe n’est autre que le héros qui portait jadis le nom de Gwydion, laissé pour mort des siècles plus tôt, et qui sert aujourd’hui d’enveloppe corporelle au plus néfaste des démons, le F’dor.
Le Chemin qui sépare Rhapsody et ses compagnons de l’accomplissement de la Prophétie est encore long, mais, secondés par des alliés inattendus, les Trois y voient désormais un peu plus clair dans la tâche qui les attend. Car glorieux ou maudits, tous les destins se croisent un jour ou l’autre au son majestueux de « La Symphonie des siècles ».

3 : Destiny (Destiny : Child of the Sky)

1ère partie : Les fils composant la tapisserie de La Symphonie des siècles se rejoignent  enfin pour laisser apparaître le motif final. Achmed et Rhapsody traversent le continent à la recherche des enfants du Rakshas. Ces infortunées créatures portent en elles le sang du F’dor dont ont besoin les deux compagnons pour l’identifier et le retrouver. Grunthor, le géant Firbolg, est resté en arrière, au Chaudron, où il affûte ses armes et prépare ses troupes pour l’affrontement final.

Maintenant que son âme et son corps sont débarrassés de la corruption qui le rongeait, Ashe suit sa propre piste, une voie périlleuse qui le mène plus loin encore dans les noires manipulations du démon. Il faut faire vite car ce dernier a pris le chemin du festival du Solstice d’hiver, à Navarne, où les pièces de son puzzle macabre menacent de s’emboîter.

2ème partie : Rhapsody a finalement retrouvé les enfants qui portaient en eux le sang du F’dor, le démon qui fait planer sur le monde son ombre maléfique. Grâce à l’aide de Dame Rowan, elle est parvenue à en extraire l’immonde substance avec laquelle Achmed nourrit l’espoir de localiser le F’dor et de le détruire.

Cette hasardeuse mission n’est pourtant qu’un seul des problèmes que doit résoudre Rhapsody : le conflit qui a jadis opposé les trois flottes de réfugiés sur le nouveau continent et fait des millions de morts ne s’est pas vraiment dénoué. Aujourd’hui plus que jamais, la méfiance réciproque et les tensions entre les peuples menacent de dégénérer en une guerre sanglante. Personnage majeur du nouveau monde, Rhapsody doit à tout prix déceler le moyen d’éviter le pire.

Cependant, sans l’amour d’Ashe, qu’elle croit avoir perdu pour toujours, aura-t-elle la force de faire face au chaos ?

 

Une des meilleures épopées de Fantasy, parfaitement maîtrisée, sans longueurs inutiles et totalement originale !

On sent bien, tout au long des livres, que l’auteur est musicienne, d’où ce découpage parfait (C’est, en VO, une trilogie). Elle a vraiment construit son livre comme une symphonie…

Magnifique !

 

 

 

 

 

 

PS : Je préfère les couvertures de l’édition américaine qui correspondent mieux, pour moi,  à l’histoire… Elles sont de Luis Royo et j’ai beaucoup d’admiration pour son talent.

Et aussi, quelle maladie des éditeurs français de couper les livres en deux! Si l’auteur a fait de son roman une trilogie, elle sait certainement mieux qu’eux pourquoi… Bien sûr, 2 livres = 2 fois le prix d’un! 😦

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

La voix des anges / Anne RICE

1750. Tonio, héritier d’une riche famille vénitienne, spolié et castré à l’âge de quinze ans, vit désespéré à l’idée de ne plus être « un homme ». Il trouvera le salut dans la musique et sa force dans la haine des siens.

Guido, fils de paysans calabrais, lui aussi castré enfant, perd sa belle voix à dix-huit ans et devient compositeur. Guido rencontre Tonio et devient son professeur.

À eux deux, ils pourront avoir le monde à leurs pieds et enfin mettre en œuvre leur vengeance à l’encontre de ceux qui les ont amputés de leur virilité

Un roman comme un opéra baroque, sensuel et flamboyant, qui nous plonge dans le monde fascinant des castrats du XVIIIe siècle.

 

J’ai lu ce livre il y a trois ou quatre ans et, à la relecture, je n’ai pas du tout été déçue ! Les deux personnages principaux sont crédibles et le sujet inhabituel est passionnant…

2 Commentaires

Classé dans Littérature américaine (USA)