Archives de Catégorie: Littérature anglaise (Irlande)

Le livre des choses perdues / John Connolly

livre-le-livre-des-choses-perdues

« Car il y a en chaque enfant un adulte en devenir, et en chaque adulte l’enfant qu’il fut. »

Inconsolable depuis la mort de sa mère, David, 12 ans, se réfugie dans les livres pour fuir le remariage de son père et se consoler de la naissance de Georgie, son demi-frère. Un jour, il découvre un trou caché derrière des buissons, au fond du jardin, et se retrouve propulsé dans un univers parallèle, un monde étrange et hostile peuplé de trolls, de sires loups, de créatures hybrides, mi-hommes mi-animaux, et d’autres personnages issus de ses lectures et de son imaginaire… Grâce à l’aide du Garde-Forestier et de Roland, un preux chevalier, il va, après bien des épreuves – combats, énigmes à résoudre… – rencontrer un vieux roi qui conserve ses secrets dans un volume mystérieux, « Le Livre des choses perdues »…

 

Un coup de coeur pour ce conte : la quête initiatique d’un jeune garçon dans un monde imaginaire à la fois tendre et cruel comme la vie. Tout cela raconté par John Connolly, l’homme à la plume magique…
Merci Mr. Connolly, de nous emmener dans vos mondes

Passionnément

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise (Irlande)

Les Âmes perdues de Dutch Island / John Connolly

9782258101067

Depuis quelques années, Marianne vit seule avec son fils à Dutch Island, petite île pittoresque de l’Etat du Maine. Elle a choisi cet endroit isolé pour échapper à son mari, Moloch, un criminel particulièrement violent et dépravé qui la maintenait sous sa coupe. Aujourd’hui Moloch croupit en prison. Du fond de sa cellule, il fait des rêves étranges auxquels il se sent lié. Il y est question de piraterie, de massacres et de pillages. Une histoire qui ressemble étrangement à celle des premiers colons de Dutch Island, autrefois appelée Sanctuary. Cette histoire, Joe Dupree, l’unique policier local, en est le dépositaire.
Apprécié de tous, Joe garde un statut particulier dans l’île. La faute à son regard, toujours triste, qui lui vaut le surnom de Melancholy Joe, et à sa stature de géant. Ces derniers temps, il a senti un changement dans l’île. Les anciens du village aussi. Il y a une recrudescence des événements singuliers dont Dutch Island a toujours été le théatre. Des apparitions de silhouettes à l’orée des bois. Une densification anormale de la végétation. Quelque chose est à l’oeuvre. L’orage se prépare.
A la faveur d’un transfert, Moloch s’échappe grâce à l’aide de complices. Dans sa tête résonne l’écho d’un cri : vengeance. Mais reste à savoir s’il en sera le bras armé ou la victime…

 

Un thriller sombre et inquiétant dont la majeure partie se passe sur une île étrange près des côtes du Maine…
Passionnant jusqu’au bout, je ne peux que recommander ce livre aux amateurs de Thriller!

4-tres-bon

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise (Irlande)

Un auteur : John Connolly – Un personnage : Charlie Parker…

9782258101074« Le crépuscule descendait lentement, mais par la fenêtre de la chambre on voyait encore les arbres, sentinelles de la forêt du Grand Nord, car le vieux Harlan avait toujours dit qu’il vivait au bord même de « la frontière », que sa maison était la dernière avant le royaume de la forêt.
(…)
Dans ce comté, il suffisait à un homme d’ouvrir les yeux pour découvrir les ruines d’anciennes demeures étouffées par la verdure, de tendre l’oreille pour entendre les noms de villages qui n’existaient plus, ensevelis quelque part dans les profondeurs de la forêt.
Il fallait endiguer la nature, confiner les arbres à leur domaine.
Les arbres, et ceux qui habitaient la forêt.
Harlan n’était pas particulièrement croyant et avait toujours méprisé ceux qu’il appelait « les culs-bénits » – chrétiens, juifs ou musulmans, il n’avait de temps à perdre avec aucun d’entre eux –, mais il était à sa manière un être d’une profonde spiritualité, adorant un dieu dont les feuilles murmuraient le nom et dont les oiseaux chantaient les louanges. Il avait été garde forestier dans le Maine pendant quarante ans et, même après sa retraite, ses successeurs avaient souvent fait appel à son savoir et à son expérience, car peu d’entre eux connaissaient ces bois aussi bien que lui.  »

 

Au fin fond d’une forêt du Maine, un chasseur découvre l’épave d’un avion dont la disparition n’a jamais été signalée. Parmi les débris de l’appareil, aucune trace humaine, mais une sacoche contenant de l’argent, qu’il dérobe, et une liste de noms, qu’il laisse derrière lui. Peu après la mort de l’homme, sa fille, harcelée par des étrangers venus l’interroger au sujet de l’avion, contacte Charlie Parker. Le détective ne tarde pas à comprendre que les individus cités sur le mystérieux document ont été mandatés pour corrompre l’âme humaine. Serait-il lui aussi mentionné dans la liste ? Parker se retrouve au cœur d’une guerre sans merci entre les forces du Bien et du Mal, dont l’une des plus féroces batailles s’apprête à être livrée dans les bois.

 

J’ai retrouvé avec bonheur Charlie Parker dans cette aventure très noire mais combien passionnante! Comme d’habitude, l’écriture de John Connolly nous plonge dans l’univers sombre, fantastique et poétique qui est celui de Charlie Parker. Une pointe d’humour (noir, évidemment) vient parfois alléger un peu l’atmosphère… 

Passionnément

Voir mes précédents articles sur Charlie Parker de John Connolly :

https://ocyaran.wordpress.com/2011/11/27/tout-ce-qui-meurt-john-connolly/

https://ocyaran.wordpress.com/2013/04/15/retour-sur-un-auteur-john-connolly-et-un-personnage-charlie-parker/

 

9782258114913« La maison était délibérément quelconque : ni trop grande ni trop petite, ni trop bien tenue ni délabrée. Elle se trouvait sur une parcelle de dimensions modestes aux abords de la ville de Newark, dans le comté de New Castle, l’un des plus peuplés du Delaware. Newark en avait pris un coup en 2008, lorsque l’usine de montage de Chrysler et la centrale de distribution voisine avaient fermé leurs portes, mais elle abritait encore l’université du Delaware, et vingt mille étudiants peuvent dépenser beaucoup d’argent quand ils s’y mettent vraiment.
Cette ville n’était pas un choix de résidence étonnant de la part de l’homme que nous traquions. Proche de la frontière de trois Etats – la Pennsylvanie, le New Jersey et le Maryland –, elle se trouvait à deux heures de voiture de New York. Cela dit, cette baraque n’était qu’un des nombreux trous à rats qu’il s’était aménagés et qu’il avait acquis au fil des ans par l’intermédiaire de l’avocat qui le protégeait. Son unique caractéristique était sa consommation d’énergie : les factures d’électricité étaient bien plus élevées que celles de toutes les autres planques que nous avions découvertes. Elle semblait être utilisée régulièrement. Davantage qu’un lieu de stockage pour des pièces de sa collection, plutôt une sorte de base.
Il se faisait appeler Kushiel, mais pour nous il était le Collectionneur. »

« Il y avait quelque chose de louche à Prosperous. Il l’avait senti dès le premier jour. Vivre dans la rue l’avait rendu réceptif aux gens qui avaient en eux la graine du mal. À Prosperous, une de ces graines avait germé. »

 

Alors que le Collectionneur, qui a tué l’un de ses proches, court toujours, le détective Charlie Parker doit s’occuper d’une nouvelle affaire : un SDF de Boston s’est suicidé après avoir tenté de prendre contact avec lui pour retrouver sa fille héroïnomane.
Sa dernière destination connue étant la petite ville de Prosperous dans le Maine, le détective décide de s’y rendre.
Mais là-bas, les habitants sont prêts à tout pour cacher leurs funestes activités…

 

Le destin de Charlie Parker est de lutter contre le mal et il y met toutes ses forces avec l’aide de ses amis mais, parfois, le combat est rude et ce n’est pas la première fois que la mort guette au tournant de la route…

Passionnément

 

 

 

 

 

9782258133785« L’hiver était mort, le printemps prenait le même chemin, l’été attendait en coulisse.
Lentement, la ville de Boreas muait : on rouvrait et on nettoyait les locations fermées pour l’hiver, le marchand de glaces se réapprovisionnait, les boutiques et les restaurants se préparaient pour l’arrivée des touristes. Six mois plus tôt, leurs propriétaires comptaient leurs recettes afin d’estimer de combien il faudrait réduire la voilure pour survivre, car chaque année semblait leur laisser un peu moins au fond des poches et ramenait le même débat à la fin de la saison : on continue ou on vend ? Ceux qui restaient se jetteraient à nouveau dans la mêlée, mais l’optimisme, au demeurant fort prudent, des années précédentes ne semblait plus de saison et d’aucuns murmuraient qu’il était enfui à jamais. L’économie se redressait peut-être, mais Boreas demeurait enlisée dans son bourbier : une mort lente, pénible, pour une ville déjà à l’agonie, étouffée dans un écosystème défaillant. Pourtant beaucoup s’obstinaient, parce qu’ils n’avaient nulle part où aller. »

 

Pour se remettre de l’attentat qui a failli lui coûter la vie, le détective privé Charlie Parker s’est retiré à Boreas, un coin isolé sur la côte, dans le Maine. Diminué, meurtri, il tente de reprendre des forces et occupe ses journées à arpenter la plage. Mais la découverte d’un noyé trouble sa convalescence.
Suicide ? Accident ? Ou crime ? Alors que le mort porte sur l’avant-bras des chiffres tatoués évoquant un horrible passé et que la voisine juive de Parker reçoit elle-même des menaces, la question se pose. Et est-ce une coïncidence si, quelques jours plus tard, une famille entière se fait massacrer non loin de là ? L’heure de la retraite n’a pas encore sonné pour Charlie Parker…

 

A chaque roman, John Connolly trouve un moyen de se renouveler tout en gardant les bases (Charlie et son groupe de lutte contre le mal). Ici, il explore une période et un endroit où le mal était omniprésent : la seconde guerre mondiale et les camps de concentration – autant d’années après, pourquoi tous les fils de l’intrigue semblent-ils ramener à cet affreux passé?

PassionnémentLa réponse est difficile à trouver et personnellement je n’ai compris que près de la fin…

Les romans de John Connolly restent pour moi de vrais coups de coeur tant par l’histoire que par son écriture…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise (Irlande)

Retour sur un auteur : John CONNOLLY et un personnage : Charlie Parker…

JohnConnolly_300John CONNOLLY est un écrivain irlandais (Dublin, 1968)

Après des études de journalisme à l’université de Dublin, John Connolly travaille pour un journal local. Plus tard, il écrit pour le « Sunday Tribune » et le « Sunday Press », puis à plein temps pour « l’Irish Times ».

Il se consacre désormais à ses romans. Tout ce qui meurt, son premier livre, a tout de suite été salué par la critique. Cet Irlandais de naissance est désormais considéré par les Américains comme l’un des maîtres du roman noir… à l’américaine.

J’ai déjà parlé sur ce blog d’un roman de John Connolly, Tout ce qui meurt, où nous faisions connaissance avec Charlie Parker qui est devenu le personnage phare de l’auteur.

Voici la suite…

a_la_folie

 

 

… Laissez toute espérance

LAISSEZ TOUTE ESPERANCELorsqu’une jeune femme du nom de Rita Ferris et son petit garçon sont assassinés, passé et présent s’entrechoquent brutalement pour Charlie « Bird » Parker… Marqué à tout jamais par la disparition de sa femme et de leur petite fille, mal remis d’une traque éprouvante dans les marais de Louisiane pour retrouver leur meurtrier, Bird s’est retiré dans le pays de son enfance, ce Maine où les hivers n’en finissent plus, où la forêt se referme sur les imprudents et où de vieux spectres attendent leur heure.

L’ancien flic devenu enquêteur aimerait bien mettre la main sur Billy Purdue, l’ex-mari de Rita, soupçonné du double meurtre. Tout comme la police. Sans oublier la Mafia, impatiente de récupérer les deux millions de dollars qu’on lui a volés. Sur la piste de Billy, les cadavres s’accumulent. Car Caleb Kyle, lui aussi, cherche Billy. L’insaisissable Caleb Kyle, au passé monstrueux, et dont le seul nom fait encore peur aux enfants de la région…

Une suite aux aventures de Charlie Parker, détective privé : bon thriller bien ficelé avec une pointe d’on ne sait quoi de fantastique…

Charlie semble poursuivi par une ombre maléfique et voué à s’opposer au Mal !

L’écriture de John Connolly s’affirme et est de plus en plus efficace pour nous transporter… Ailleurs

 

Le pouvoir des ténèbres

POUVOIR TENEBRESGrâce Peltier, étudiante en histoire, ne s’est pas suicidée. On l’a  » aidée « . Charlie Parker en est convaincu : quelques années mouvementées dans la police, suivies d’un reclassement volontaire en qualité de détective privé, ont affiné son flair naturel. Et la mort de la jeune femme pourrait même être liée aux sinistres  » baptistes d’Aroostock « . Cette secte, sujet de thèse de Grâce, fait la une des journaux depuis que l’on a retrouvé un charnier dans le nord du Maine. Le rapport de police a conclu au suicide collectif. Pas un des membres de la société secrète n’aurait survécu à ce massacre datant de plusieurs dizaines d’années.

Et pourtant, le chemin qui conduit peu à peu Parker à enquêter sur les baptistes est jonché de cadavres : quarante ans après le drame, l’un d’eux serait toujours en vie, semant la mort sans retenue…

L’auteur a vraiment trouvé son style d’écriture entre thriller et roman noir à la frontière du fantastique…

 

Le baiser de Caïn

BAISER CAÏNQuand Charlie Parker reçoit un appel au secours de l’avocat Elliot Norton avec qui il travaillait lorsqu’il faisait partie de la police de New York, il hésite à descendre en Caroline du Sud pour l’aider dans une affaire qui s’annonce difficile: Atys Jones, le client de Norton, un Noir de dix-neuf ans, est accusé du meurtre de Marianne Larousse, une jeune femme blanche, fille d’une des plus grosses fortunes de l’Etat.

Norton n’est même pas sûr que les Larousse, ou d’autres, attendront le procès pour venger la mort de Marianne. La Caroline du Sud a un passé de racisme et de lynchage qui a laissé quelques traces durables… Parker hésite d’autant plus à partir que Faulkner, le révérend démoniaque qu’il a contribué à faire arrêter pourrait bien être libéré sous caution.

Il répond cependant à l’appel de Norton, mais à peine est-il arrivé à Charleston que les meurtres se multiplient et qu’il se heurte à de drôles de types: néonazis, membres du Ku Klux Klan, extrémistes de tout poil. Il doit alors faire face à une conjonction de phénomènes apparemment sans rapport ressurgissant du passé.

Au début, on se demande où l’auteur nous entraine puis, on entre entièrement dans cette histoire qui ressemble à un cauchemar. Le personnage de Charlie Parker s’étoffe encore et prend une dimension intéressante…

 

L’ange noir

ANGE NOIRHanté par l’assassinat de sa femme et de sa fille, Charlie Parker a quitté son métier de flic pour devenir détective privé. Quand disparaît Alice, jeune prostituée toxicomane, il se sent obligé d’enquêter, car elle est liée par le sang à Louis, son bras droit, et celui-ci remuerait ciel et terre pour retrouver celle qu’il s’était promis de protéger.

Bientôt leur enquête les mène sur les traces d’un mystérieux Mexicain, sculpteur sur os, et d’un obèse goitreux des plus inquiétants. Très vite, Parker est précipité dans un atroce cauchemar qui le conduira jusqu’en Europe. Pourtant, il avait juré de ne plus jamais s’approcher du Mal. Mais qui pouvait prévoir que le Mal s’approcherait de lui ?

Une intrigue forte dans une atmosphère très noire, un héros bouleversant qui nous mène jusqu’au bout de la nuit. Un grand John Connolly.

Une histoire hallucinante où Charlie Parker est de plus en plus confronté aux forces du Mal…

 

La proie des ombres

PROIE OMBRESLa fille d’un psychiatre de renom Rebecca Clay fait appel au détective privé Charlie Parker : un inconnu la harcèle et exige d’elle des renseignements sur son père, Daniel Clay disparu cinq ans plus tôt après avoir été mis en cause dans une affaire d’abus sexuels sur mineurs. A tort, assure-t-elle…

Parker découvre que l’inconnu, dénommé Merrick et récemment libéré de prison, est un tueur à gages qui veut venger la mort de sa fille, à laquelle il est persuadé que Daniel Clay a été mêlé. Une course-poursuite s’engage alors entre les deux hommes pour retrouver au plus vite les traces du psychiatre. Bientôt, Parker comprend que l’affaire est encore plus sombre qu’il ne le pressentait, pleine de souffrance, de sang et d’indicibles secrets.

Traversant les superbes paysages du Maine, toujours hanté par ses fantômes, il va découvrir la vérité. Une vérité sombre, cruelle, bouleversante…

 

Les anges de la nuit

ANGES NUITOn les surnomme les Faucheurs, et ils sont l’élite des tueurs. Des hommes si terrifiants qu’on ose à peine prononcer leur nom. Louis, l’ami du détective Charlie Parker, a été formé par cette armée de l’ombre avant de tirer un trait sur son passé. Mais aujourd’hui il est la cible d’un ancien Faucheur, Bliss, le tueur des tueurs.

Charlie Parker, que Louis a souvent tiré de mauvaises passes, parviendra-t-il à le sauver ? Tableau d’un monde crépusculaire où tout n’est que corruption, où les crimes demeurent impunis mais où les trahisons se paient au prix fort, Les Anges de la nuit fascine et glace le sang.

Où on découvre l’histoire de Louis et Angel…

 

L’empreinte des amants

EMPREINTE AMANTSL’enquête la plus personnelle de Charlie « Bird » Parker, au cœur de ses origines.

Charlie Parker n’a que quinze ans lorsque son père, policier, se donne la mort après avoir abattu un couple d’adolescents dans une voiture. Cette tragédie, jamais expliquée, n’a cessé de hanter Bird. Ayant perdu sa licence de détective privé, il décide d’employer son temps libre à faire la lumière sur son histoire familiale, et se rend dans l’Etat de New York, sur les lieux de son adolescence, afin d’interroger les anciens collègues de son père.

En fouillant dans son passé, Charlie va réveiller certains fantômes qui sont tout sauf bien intentionnés…

Ici, c’est le passé de Charlie qu’on va découvrir…

 

Les murmures

MURMURESDans le Maine, à la frontière entre le Canada et les Etats-Unis, ont lieu des trafics en tous genres : armes, drogue, êtres humains. C’est dans cette zone de non-droit que des vétérans désabusés, rentrés d’Irak il y a peu, se livrent à la contrebande d’œuvres dérobées au musée de Bagdad pendant la guerre. 
Chargé d’enquêter sur les agissements de l’un de ces soldats, le détective Charlie Parker découvre que plusieurs membres de son unité ont été retrouvés morts après avoir été rendus à moitié fous par des voix qui leur chuchotaient à l’oreille dans une langue inconnue. D’après la thèse officielle, ces hommes souffraient du syndrome de stress post-traumatique, ce qui les aurait poussés au suicide. Mais cette explication ne satisfait guère Charlie Parker, qui ne peut s’empêcher de soupçonner l’existence d’un lien entre les décès et la marchandise transportée illégalement par les vétérans.

On retrouve Charlie Parker, toujours déchiré par son questionnement intérieur, ainsi que tous ses amis et acolytes, avec grand plaisir ! 

 

La nuit des corbeaux

NUIT CORBEAUXAdolescent, Randall Haight a commis l’irréparable : avec un ami, il a tué une jeune fille de quatorze ans.

Après avoir purgé sa peine, Randall a refait sa vie à Pastor’s Bay, une bourgade paumée du Maine, sous une nouvelle identité. Pourtant, il ne tarde pas à recevoir des courriers anonymes.

Il engage Charlie Parker afin de découvrir qui est le mystérieux corbeau. Mais bientôt une autre adolescente disparaît, et Randall est aussitôt soupçonné… y compris par le détective lui-même. Charlie Parker choisira-t-il d’enquêter pour ou contre son client ?

 

Excellent roman où continue la quête de Charlie Parker…

Voilà, après tous ces romans, j’aime toujours autant l’univers sombre de Charlie Parker créé par John CONNOLLY…

J’attends avec impatience de pouvoir m’y replonger! Je crois que le suivant sort ces jours-ci 😉

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise (Irlande)

Tout ce qui meurt / John CONNOLLY

On l’appelle «le Voyageur». C’est l’un des quelque deux cents tueurs en série qui sillonnent les Etats-Unis, semant la mort sur leur passage. Charlie Parker, dit «Bird», a de bonnes raisons de lui vouer une haine féroce : le monstre a assassiné sa femme et sa fille dans des conditions atroces. Après avoir démissionné de la police, Bird a pris une licence de détective privé, ce qui lui permet de suivre le Voyageur à la trace, d’une petite bourgade de Virginie jusqu’à La Nouvelle-Orléans, ensanglantée par une guerre des gangs particulièrement cruelle. Mais c’est dans le décor fantomatique des bayous de Louisiane qu’aura lieu l’affrontement décisif, reflet de celui qui oppose depuis toujours le Bien et le Mal.

 

C’est un roman très dur et très noir (ça, vous l’avez déjà compris)… Nous y faisons connaissance avec Charlie Parker qui traîne ses remords depuis la mort de sa femme et de sa fille assassinées. En effet, ce soir-là, il est parti de chez lui sur un coup de tête après une dispute et n’était pas là pour défendre sa famille ! C’est l’histoire de sa vengeance et de sa rédemption (autant que faire se peut, évidemment) ; il croit qu’il doit cette réparation à la mémoire des disparues…

J’ai adoré ce bouquin malgré sa noirceur. Charlie est émouvant et vrai et l’histoire est passionnante !

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise (Irlande)