Archives mensuelles : août 2012

Nathalie & Charles HENNEBERG

Nathalie Henneberg (1917-1977) et Charles Henneberg zu Irmelshausen Wasungen (1899-1959).

Jusqu’à la mort de Charles en 1959, les romans étaient publiés sous l’unique nom de Charles alors qu’il semblerait que Nathalie y contribuait activement mais anonymement. À partir de la mort de son mari, elle publia d’abord sous le double nom de Charles et Nathalie Henneberg, puis sous son nom seul.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Nathalie_et_Charles_Henneberg

Qui a écrit quoi ? C’est impossible à démêler… On dit à présent que ce n’est que Nathalie… Pour moi, ça restera les deux : dans une écriture magnifique, flamboyante et baroque, ils ont réussi un style tellement personnel que, en lisant un extrait, on se dit de suite « ça, c’est du Henneberg » !

Voici mes préférés :

Le chant des astronautes

« Nous avons été attaqués par les gens d’Algol. Peut-on dire « les gens » ? Ce sont des colonnes semi-transparentes, chargées d’étincelles qui se déplacent Terriblement armées ; leurs tentacules brandissent des sortes de fulgurants. Ils venaient de quelque part dans la constellation de Persée, et les Alciniens paraissaient les reconnaître comme une horreur familière. Ceux-là n’émigraient pas, ne colonisaient pas ; je crois que la guerre était pour eux une sorte de jeu. Les notions changent beaucoup d’un univers à l’autre… »

 

 

 

Démons et chimères

Des êtres d’une beauté exceptionnelle préparent la fin du règne de l’homme. Pour les cosmonautes du futur, il existe une fusée fantôme semblable au vaisseau fantôme des matelots d’autrefois. Et elle n’est pas moins redoutable. Un couple d’explorateurs spatiaux recueillent, un soir de tempête, une enfant trop belle pour être humaine. Dans la Cité des Livres en ruine, un voyageur découvre un monde somptueux, envoûtant et mortel.

Dans ce recueil sont rassemblées des nouvelles qui toutes parlent de ces unions insensées : humain-végétal, humain-robot, humain-minéral.

 

 

Contient :

– Démons et chimères
– La Fusée fantôme
– Pavane pour une plante
– L’Épave
– Du fond des ténèbres
– Galatée
–  Ysolde
– Le Rêve minéral 

 

 

D’or et de nuit

« Deux séries d’images se superposaient : d’abord un gouffre noir, peuplé de lueurs nébuleuses, des spires de feu, des explosions émeraude et pourpre. Une clarté éblouissante crevait la verrière et c’était la face d’un globe géant. Je voyais venir vers moi une autre terre avec ses reliefs aigus, ses pics engivrés et ses cratères nocturnes. Et ces paysages étaient en même temps un chant et une musique. »

 

 

Contient :

– D’or et de nuit
– Les Non-humains
– Pêcheurs de Lune
– Exilées
– La Mandragore noire
– L’Évasion
– La Sentinelle
– Vert comme espérance
– La Planète pourpre

 

Les dieux verts

Sur cette terre dangereuse de l’ère Emeraude, l’empire des hommes est déclinant, la partie semble même perdue pour l’humanité devant la terrible emprise des impitoyables dieux verts. Cependant des humains combattront pour sauver leur esprit, leur race, lui rendre sa place au soleil. Ils seront trois à lutter, à espérer, à s’aimer et à se déchirer. Le subtil prince Uxmal, l’éblouissant Suffète des mers, Argo et la petite Reine Atléna « cette âme plus légère que l’air » qui fera peut-être pencher la balance.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature française

Coyote céleste / Kage BAKER

1699 – En pleine jungle maya, Mendoza et son mentor Joseph se reposent à Nouveau Monde Un, le centre de vacances de luxe pour les agents immortels de la Dr Zeus Incorporated, cette organisation secrète du XXIVème siècle qui s’est donné pour but de sauver les espèces et les oeuvres d’art condamnées à disparaître. Joseph, qui navigua avec les Phéniciens, fut un homme politique athénien, ou encore un prêtre espagnol de l’Inquisition, reçoit une nouvelle mission : sauver de la destruction la tribu précolombienne des Chumash, avant l’arrivée des colonisateurs. Pour cela, il lui faut convaincre tout un village de s’installer dans le futur… Or, si l’organisation sociale des Chumash est précisément ce qui a intéressé Dr Zeus, elle ne va pas lui faciliter la tâche. Joseph prend alors l’apparence du Coyote Céleste, l’un de leurs dieux préférés.

Une deuxième aventure des agents immortels de la « Compagnie », aussi drôle et originale que la première et dans laquelle les sauvages ne sont pas ceux que l’on croit.

 

Vite la suite… disait-je en 2006 lorsque j’ai lu « Dans le jardin d’Iden » !

Hélas, nous n’avons eu droit qu’à un seul volume de la suite : « Coyote céleste ». Un éditeur s’intéressera-t-il aux autres livres de Kage Baker ? S’il vous plait… 🙂

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

Une porte sur l’hiver / Dean KOONTZ

Alors qu’elle avait tout juste trois ans, Mélanie a été enlevée par son père, un psychologue passionné d’occultisme. Six ans plus tard, on retrouve la petite fille errant dans les rues de Los Angeles. On découvre également son père, ou plutôt ce qui reste de son corps mutilé, broyé. Mélanie, profondément traumatisée, ne sort de son mutisme que pour supplier que l’on referme une mystérieuse « porte sur l’hiver » et bientôt, en plein été californien, un vent glacial, inexplicable, balaie tout dans la maison. La porte sur l’hiver est entrouverte…

 

Il faut préciser que le père de Mélanie est du genre savant fou obsédé par une idée !

La mère avait la garde de la petite fille et depuis, elle cherche désespérément à la retrouver. Elle en est arrivée à se demander si la petite est toujours vivante.

Elle va donc être appelée par la police et récupérer son enfant complètement traumatisée par un événement mystérieux qu’elle ne comprend pas. Qu’a fait le père de Mélanie et pourquoi est-il mort, et, surtout : par qui, et comment ?

Ce roman donne la chair de poule, on entre complètement dedans et il a juste la dose d’inconnu pour déclencher la peur ! Bien ficelé, pour moi un des meilleurs de Dean Koontz, peut-être seulement un peu trop manichéen !

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

La vallée magique – La vallée de la création / Edmond HAMILTON

La vallée magique
(Le Masque science-fiction)

La vallée de L’lan perdue dans le massif de l’Himalaya passe pour être un lieu où vivent en paix le loup, le tigre, le cheval, l’aigle et l’homme. Sa tranquillité est menacée par l’intrusion de bandes de mercenaires venues de Chine. En L’lan, Eric Nelson, un soldat de fortune, trouvera un nouveau sens à donner à sa vie errante… Sur les rapports entre l’homme, l’animal et la nature.

« Du tréfonds du rêve… il avait l’impression qu’une voix étrange parlait à son esprit, dans son sommeil alourdi d’alcool, en cette misérable auberge d’un village chinois de la frontière.

DOIS-JE TUER, PETITE SŒUR ? C’était une voix mentale, non articulée ; son cerveau la percevait non par les oreilles, mais sans intermédiaire. Et elle n’était pas humaine. Ses vibrations avaient une qualité si particulière qu’elles lui hérissaient l’esprit même pendant son rêve.

NON ! TU DEVAIS SURVEILLER, PAS TUER ! NON… PAS ENCORE ! La tension devînt trop forte, il se retrouva en train de se dégager de ses couvertures, jetant des regards affolés autour de la pièce sombre. Dans la nuit, de grandes ailes battirent soudain. Il pointa son arme… »

 

J’ai beaucoup aimé ce livre pour son approche totalement différente une fois dépassé le début classique du mercenaire qui, par hasard, …gnagna…, vous voyez ce que je veux dire !

 Je l’ai aimé pour l’aventure, la découverte des Autres et surtout pour l’espoir contenu dans ces pages !

Petit plus : je trouve l’illustration de couverture très jolie…

 

La vallée de la création
Terre de brume (Poussière d’étoiles)

L’étrange bataille qu’allait devoir livrer Éric Nelson au nom de l’humanité ne ressemblait à aucune autre. Là, au plus profond de la vallée de L’Lan, dissimulée au cœur du Tibet, ce mercenaire aguerri tenait vaillamment tête à des forces magiques millénaires, luttant contre la superstition et la mort. Mais vint un jour où Nelson dut affronter l’ultime vérité : de son terrible combat ne dépendait pas seulement le sort des hommes. Car il découvrit, enterré dans la Caverne de la Création, un incroyable secret …

Un magnifique éloge de la tolérance, une aventure humaine inoubliable aux frontières de la Fantasy et de la Science-fiction, par l’un des auteurs les plus attachants du genre.

http://www.terredebrume.com/

 

Une réédition fort attendue… sous un autre titre (qui correspond mieux, c’est vrai, au titre d’origine : The Valley of Creation). Je n’ai pas encore eu le livre en mains mais il semble beau (il s’appuie évidemment sur une illustration très Fantasy – mode oblige). Et quel joli nom pour une collection « Poussière d’étoiles » ! Voilà, je l’ai commandé et je l’attends avec impatience…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

Les loups des étoiles / Edmond HAMILTON

 

 

 

 

 

1ère éd. française : éd. Opta, Club du Livre d’Anticipation (CLA, 1971). C’est le jaune (c’est le mien, je sais, il est amoché, mais c’est parce que je l’ai beaucoup lu ). Le 2e, c’est la réédition Denoël (Lunes d’Encre) avec une jolie couverture de MANCHU. Le 3e, c’est l’édition poche (Folio) avec une couverture pas mal non plus ! Comme quoi, les bouquins, c’est comme les gens : certains ont de la chance, d’autres pas…

Contient :
L’arme de nulle part – Les Mondes Interdits – Le monde des Loups

Morgan Chane est le seul Loup des étoiles d’origine terrienne, un pirate doté d’une force physique et de réflexes hors du commun. Après avoir tué un de ses pairs, il se voit obligé de fuir pour sauver sa vie… Mais où peut se réfugier un homme pourchassé par les Loups des étoiles et qui, aux yeux de tous, restera à jamais l’un des leurs? Désormais sa route est tracée. Morgan Chane, l’homme qui ne voulait pas mourir, partira à la recherche de l’arme de nulle part, affrontera les dangers des mondes interdits et retournera sur la planète des Loups…

 

Comme vous pouvez le voir à l’état de mon livre, j’ai beaucoup lu ce ou plutôt ces romans. Super : aventures, amitié – ah oui, pas d’amour ? – bah, ça ne m’a pas manqué !  Quand j’ai vu « La guerre des étoiles » au cinéma quelques années plus tard, je me suis dit que Morgan Chane devait ressembler à Han Solo. Dommage qu’on n’ait pas fait un film, maintenant c’est un peu tard pour Harrison Ford 😉

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

Les rois des étoiles & Retour aux étoiles / Edmond HAMILTON

1ère éd. française : éd. Opta, Club du Livre d’Anticipation (CLA, 1968). C’est celui que je possède…

Contient :
Introduction de Sam MOSKOWITZ
Bibliographie des œuvres de Edmond Hamilton par Pierre VERSINS
Avant-propos de l’éditeur de Jacques SADOUL
Avant-propos de l’auteur Edmond HAMILTON
Les Rois des étoiles
Retour aux étoiles

 

J’ai lu, 2003

Les caprices scientifiques du prince Zarth Arn ne connaissent aucune limite. En effet, cette éminence grise de l’Empire du Centre, le plus grand royaume de la Galaxie, a décidé d’échanger son corps avec celui de John Gordon, un natif du XXe siècle, alors que deux mille siècles les séparent. Et pendant que Zarth Arn découvre la vie terrestre, Gordon, lui, se voit projeté au sein d’un incroyable conflit intergalactique. Car la Nébuleuse Noire vient de passer à l’attaque : le tyran Shorr Kan a lancé une armada invincible à l’assaut de l’Empire.

Or, pour protéger un territoire de milliers d’étoiles, conserver une coalition fragile et utiliser l’arme destructrice ultime, il y a… un comptable new-yorkais

 

Un beau souvenir ! J’ai lu ce bouquin ado  et je viens de le relire avec le même plaisir, celui que j’ai toujours en relisant « Les trois mousquetaires » d’Alexandre Dumas ou « Les quatre plumes blanches » d’Alfred E. W. Mason. C’est romanesque à souhait, un Space-Opera dans toute l’acceptation du terme avec de l’aventure, de l’amour, de l’amitié, des bons sentiments, des gentils très gentils, des méchants très méchants et une fin… qui convient ! Hé, vous n’allez pas croire que je vais vous raconter l’histoire, tout de même 😉 Il faut le lire si vous avez gardé votre âme d’enfant et la faculté de vous émerveiller…

1 commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

Roland C. Wagner est parti Ailleurs…

Roland C. Wagner est parti Ailleurs…

Je ne l’ai hélas jamais rencontré mais ses romans me font rêver depuis des années et je lisais régulièrement les chroniques qu’il publiait sur « Génération science-fiction ».

C’est bien trop tôt pour quitter ce monde qu’il avait si souvent refait dans ses écrits… Sa plume alerte et ironique va beaucoup me manquer!

Poster un commentaire

Classé dans Le billet d'Ocyaran, Littérature française