Cérémonies barbares / Elizabeth George

 

Présentation de l’éditeur

La découverte, dans un cimetière de campagne, du corps nu et torturé d’un jeune pensionnaire de Bredgar Chambers fait voler en éclats la quiétude feutrée du prestigieux établissement.

Chargés d’élucider l’affaire, l’inspecteur Thomas Lynley et le sergent Barbara Havers vont enquêter dans l’école privée plusieurs fois centenaire, où les maîtres mots sont honneur et droiture. Qui a assassiné le petit Matthew Whateley, et pourquoi ? Comment se fait-il que son cadavre ait été retrouvé si loin de l’école ? Pourquoi, dûment muni d’une autorisation de sortie pour le week-end, a-t-il menti sur sa destination ? A mesure qu’ils interrogent pensionnaires et membres du personnel, les deux enquêteurs de Scotland Yard prennent conscience qu’il se passe des choses bizarres, voire monstrueuses, au sein de cette petite communauté de privilégiés.

 

Extraits

« Au début, ça n’avait pas été exactement le cas. La peur l’avait fait se taire. Car il n’avait pas fallu longtemps pour que le bruit se répande chez les petits quatrièmes : Matthew Whateley avait été torturé avant de mourir. Harry n’était pas particulièrement courageux, la peur de connaître le même sort que son ami avait suffi à lui faire tenir sa langue. Mais la peur avait bientôt cédé le pas au chagrin. Chagrin né du fait que Harry savait avoir joué un rôle décisif dans le malheur qui avait frappé son copain. »

« Elle examina la photo du garçonnet tandis que Lynley vidait le cendrier que Corntel et elle avaient réussi à remplir pendant l’entretien. Il l’essuya soigneusement à l’aide d’un mouchoir en papier.
— Seigneur, vous êtes de plus en plus intolérant par rapport au tabac, inspecteur, ronchonna Barbara. Vous voulez peut-être que je me fasse tatouer un F comme fumeur sur la poitrine ?
— Nullement. Mais de deux choses l’une : ou je nettoie le cendrier ou je me mets à le lécher sauvagement, de frustration. Le vider me semble encore la solution la plus acceptable.
Relevant la tête, il sourit. Bien qu’exaspérée, elle éclata de rire.
— Pourquoi avoir arrêté de fumer ? Pourquoi ne pas choisir de mourir prématurément comme nous autres, grands fumeurs ? Plus on est de fous, plus on rit. Vous connaissez le dicton. »

 

Mon avis

J’ai aimé les premiers romans policiers d’Elizabeth George dont fait partie ce livre paru en 1990. Les descriptions des lieux ne me gênent pas, elles mettent en place le décor, ses deux enquêteurs sont bien choisis, le contraste entre eux les stimule et ce bouquin-ci est particulièrement intéressant! Un peu d’humour allège un peu le côté sombre mais le suspense est maintenu jusqu’aux dernières pages…

A lire donc, avec – je crois – beaucoup de plaisir!

Je trouve dommage qu’à présent – est-ce pour respecter une mode? – cet auteur nous ponde des romans de plus de 500 pages avec tellement de personnages secondaires qu’on ne sait plus qui ils sont ni à quoi ils servent…

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

Le dernier apprenti sorcier / Ben Aaronovitch (suite de la série)

 

Résumé

Comme tous les matins, vous prenez votre métro ou votre train de banlieue pour gagner le centre-ville de Londres où vous attend une rude journée de travail. L’attente, les bousculades, la morosité des autres voyageurs sont votre lot quotidien. Même l’occasionnel illuminé qui braille et gesticule ne vous émeut plus. Mais là, c’est différent : qui sont ces étranges personnages vêtus de façon anachronique qui, tous, essaient de vous communiquer un message urgent? Le plus curieux, c’est que vous oubliez presque aussitôt leur existence… Hum, de quoi parle-t-on déjà?Aucun doute, cela relève du domaine de compétence de l’agent Peter Grant, pour l’occasion accompagné d’une stagiaire encombrante et d’un chien détecteur de fantômes à la fiabilité toute relative…

Mon avis

Dans cette série qui me plait beaucoup, voici un épisode – trop court à mon avis pour être qualifié de roman, nous dirons une longue nouvelle – qui est plutôt dans le même univers mais sans faire partie du fil principal. On y découvre un peu plus Abigail, la cousine « à la mode de Bretagne » de Peter qui, je l’espère, va finir par faire partie des personnages des romans de l’auteur. Et pourquoi pas une apprentie sorcière?

Cet épisode se place chronologiquement entre le 5e roman et le 6e.

Nouveau look aussi pour les couvertures, l’éditeur a repris les couvertures de l’édition anglaise… Je ne sais pas si je préfère celles-ci, je dois dire que j’aimais bien les premières éditions en français…

Wait and see…


 

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise

Les disparus / Daniel MENDELSOHN

 

4e de couverture

Extraits

 

« c’était un 29 février : un jour qui n’existe pas la plupart du temps, un jour qui, comme un vaisseau fantôme dans un conte, surgit de nulle part pour disparaître avant qu’on ait eu la chance de saisir ce que c’était ; un jour hors du temps. »

 

Mon avis

Un livre que j’ai commencé pas convaincue de le finir (gros pavé de 930 pages) pas spécialement pour le nombre de pages (j’en lis de bien plus imposants) mais parce que je pensais : peut-on écrire autant de pages sur des gens disparus depuis plus d’une cinquantaine d’années?

Mais voilà cette enquête est passionnante et tout ce travail, ces interviews de personnes très âgées qui ont parfois refoulé leurs souvenirs pendant toutes ces années et ces souvenirs patiemment assemblés finiront par donner leur réponse à l’auteur, à sa famille et à nous, lecteurs qui avons eu l’impression d’appartenir à cette famille…

J’ai aussi appris des tas de choses sur l’holocauste ; il ne faudrait jamais oublier pour que jamais, jamais cela ne se reproduise… et pourtant!

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

Chroniques des Cheysulis / Jennifer Roberson

  1. Les Métamorphes
  2. La ballade d’Homana
  3. L’épée du destin
  4. La piste du loup blanc
  5. Une nichée de princes
  6. La fille du Lion
  7. Le vol du Corbeau
  8. La tapisserie aux Lions

C’est une série de 8 romans qu’il ne faut pas séparer car, s’ils racontent chacun une partie de l’histoire différente, c’est la somme de tous qui la compose.

Des ethnies différentes se partagent un monde

Nous allons suivre les Cheysulis, liés à la Terre, ils utilisent sa magie. Leurs guerriers ont un compagnon animal (Lir) grâce auquel ils peuvent prendre la même forme que lui.

Ils vivent en Homana, mais les Homanans ne possèdent pas de magie et considèrent les Cheysulis comme des sorciers.

La série est l’histoire d’une famille royale et d’une prophétie.

Source de la carte et de beaucoup d’infos sur les peuples et les coutumes :

http://www.les-ombres.net/pid18/chroniques-des-cheysulis.html

 

Mon avis :

L’idée est originale mais aurait gagné à être plus développée, il y a des réponses qu’on n’obtient pas. C’est dommage. Le premier tome n’est pas le meilleur, c’est dommage aussi car il faut entrer dans le second pour vraiment accrocher.

Par contre, j’ai bien aimé de passer de génération en génération et la narration alternée. L’auteur a une écriture agréable mais conventionnelle, évidemment, c’est une traduction, il faudrait le lire en anglais pour comparer.

La meilleure critique, à mon avis, c’est celle de Belgarian sur Elbakin mais je le trouve un peu sévère tout de même, je me suis bien amusée…

http://www.elbakin.net/fantasy/roman/cycle/chroniques-des-cheysulis-114

Je donnerai 3 pour la forme et 4 pour l’histoire…


Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

Un auteur (belge!) oublié : France Adine

Cécile Van Dromme alias France Adine (1890-1977) est née dans une famille flamande d’expression française. Elle a reçu l’éducation bourgeoise classique de cette époque. Le français est sa langue maternelle mais elle parle aussi couramment l’anglais et l’italien.

Elle écrit pour le public féminin de l’entre-deux-guerres, mais après la seconde guerre mondiale, elle se fait difficilement à l’évolution rapide de la société. Ses livres sont situés géographiquement dans des régions qu’elle connait et aime : la côte belge, l’Angleterre, le Pays basque et l’Italie.

Elle a écrit principalement des romances, quelques contes et romans pour les enfants. Elle a aussi travaillé pour le magazine « Femmes d’aujourd’hui ». C’était une femme indépendante pour une femme mariée à cette époque et dans son milieu. Elle a organisé sa carrière de romancière. Chaque jour elle passait la matinée à écrire, l’après-midi à la vie civile et la soirée au théâtre ou aux concerts. Les faits historiques dans ses romans sont exacts, les valeurs et les standards de la société décrite sont expliqués et discutés.

Source : https://nl.wikipedia.org/wiki/France_Adine

Un petit extrait d’un livre qui parle des romancières de cette époque :

« Toutefois, certaines femmes tentent parfois, par des voies détournées, de se soustraire aux scénarios qui leur sont réservés. C’est le cas des romans de France Adine (de son vrai nom Cécile Van Dromme, 1890-1977). A première vue, les milieux très cossus et les mœurs qu’elle décrit sont en concordance avec son environnement. Son père est un propriétaire foncier qui occupera des fonctions de bourgmestre et sa mère, Marguerite Rodenbach, est de la famille des écrivains Georges et Georges-Albrecht Rodenbach. Après une formation de base à l’école du village, la jeune Cécile, comme toute jeune fille de bonne famille, va en Allemagne, puis fréquente une école anglaise pour y apprendre les langues, l’histoire et la musique. En 1910, elle épouse Jules Coucke, appelé à devenir directeur au ministère des Affaires étrangères. Le couple s’installe en 1937 dans l’élégante avenue Louis Lepoutre, à Bruxelles. A partir de 1930, les romans se succéderont à un rythme soutenu, bien accueillis par le public et la critique (Panchiko reçoit le prix triennal de l’Académie en 1941). Les intrigues sentimentales à l’eau de rose qu’ils développent sont sous-tendues par une morale discrète. Cependant, en y regardant de plus près, on constate que certains d’entre eux s’articulent autour de portraits de femmes déchirées entre, d’une part, le désir de réussite professionnelle et, de l’autre, l’aspiration à la sérénité familiale. On est tenté de lire dans ces destins la position de France Adine : femme de lettres éprise d’art qui doit fonctionner dans un milieu peu favorable à l’indépendance des mères de famille. Pour sauvegarder sa crédibilité, elle incite ses lecteurs à découvrir par la négative les dangers d’un comportement non orthodoxe. Grâce à un style soigné, soutenu par des références érudites incessantes, sous couvert d’évocations esthétiques, ses œuvres sont qualifiées d’ « élégantes », « délicates » ou encore « distinguées » et appréciées comme porteuses d’un « bon goût » féminin. »

Ecrire en Belgique sous le regard de Dieu / Cécile Vanderpelen-Diagre
Ed. Complexe, 2004
(p.134)

 

Romans :

  • La coupe de Syracuse (1929)
  • Le maître de l’aube (1930)
  • La Cité sur l’Arno (1931)
  • Le royaume de Saul (1932)
  • La madone aux chérubins (1933)
  • Eve et le Phénix (1934)
  • Sirènes (1936)
  • La bulle d’or (1937)
  • Panchiko (1941)
  • Loremendi ou Le livre de son choix (1943)
  • Iziar (1944)
  • L’échiquier (1946)
  • Véronique (1949)
  • Nigelle des dunes (1951)
  • Marie du Zwin (1954)
  • Le grand Saint Jacques (1957)
  • Le signe du griffon (1960)
  • Odette ou Le bonheur en ménage (1962)
  • Tosca Naddi (1963)
  • Dans la main des dieux (1965)
  • Cherche-Bruit (1966)
  • Diane et le faune (1970)
  • La dryade au château (1973)
  • Marie-Victoire (1974)

 

Mon avis :

L’écriture de France Adine est très agréable à lire, elle dépeint remarquablement les régions et les endroits dans ses romans.

J’aime particulièrement Eve et le phénix pour cette ambiance un peu fantastique d’éternel retour qui me séduit toujours…

Romantique ? Certes, mais j’ai beaucoup aimé tout le début du roman qui ne contient pourtant que le récit de l’enfance d’Alastair jusque la page 114. J’ai lu ce roman (publié la première fois en 1934, il faut en tenir compte pour le contexte général) à 14 ans et je ne l’ai jamais oublié. Il est resté, à travers les années, un de mes livres préférés…

L’amour est-il possible entre un jeune lord des « Hautes Terres » élevé dans le raffinement le plus extrême et une petite paysanne du Pays Basque dont la seule richesse tient dans la candide ignorance de deux grands yeux tendrement ouverts sur le monde ?

« Les jolies lèvres entrouvertes se fermèrent et la chanson s’éteignit. Elle ne semblait pas effarouchée et lui, le gentilhomme élevé dans les rites de la courtoisie la plus parfaite, contemplait cette beauté délicate avec la froide assurance qu’eût témoignée, il y a quelque mille ans, un jeune chef de clan rencontrant sur ses terres une jolie vassale… »

La Cité sur L’Arno m’a beaucoup plu ainsi que les nouvelles de La madone aux chérubins.

La Cité sur l’Arno  raconte l’histoire de Catarina, une jeune fille noble à l’époque de la Renaissance italienne. Promise au couvent dès sa naissance et élevée dans cette idée, elle ne conçoit pas d’autre vie mais n’a pas encore prononcé ses vœux. Les aléas d’une guerre font que, sa sœur aînée étant décédée, sa famille la donne en mariage afin de sceller une alliance avec le vainqueur…

La Madone aux chérubins est un recueil de nouvelles dont la première lui a donné son titre.

« … il lui parlait de la Toscane, de Florence où sa mère était née. Il y avait vécu jadis, et n’avait jamais pu oublier les aubes radieuses, les fins de jours roses ou dorées de la Cité des Lys. Il eût voulu l’emmener là-bas, y vivre avec elle pendant toute une année, ne la ramener en Flandre que lorsqu’elle aurait senti l’âme florentine, spirituelle, nuancée, toute de mesure et de grâce comme l’immortelle Athènes… »

Le grand Saint Jacques est un bon roman historique.

J’ai aussi lu un conte Histoire de Fleurette, que j’ai beaucoup aimé. Celui-là, j’avais 10 ans et je viens de le relire avec le même plaisir…

Evidemment, il faut se remettre dans l’époque, où la religion catholique était omniprésente et la morale finale était très importante. Mais il y a une fraîcheur dans ces romans qui me plait infiniment (je parle bien sûr des 5 livres que j’ai lus). Il est difficile de se les procurer même en bibliothèque et il n’y a pas eu de rééditions ou très peu.

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature belge (francophone), Sans catégorie

Hôtel Olympia / Elisabeth Vonarburg

Quatrième de couverture :

De ses années d’enfance vécues à l’hôtel Olympia, Danika n’a aucun souvenir sinon ceux de ses rêves, dont elle ne sait départager la réalité de la fantasmagorie. Ces tantes, ce grand-père, tous les personnages qui peuplaient l’hôtel ont-ils réellement existé ? Quant aux années de pensionnat qui ont suivi, Danika en garde un goût amer en raison des trop rares visites de son père, Stavros, et de l’absence totale de sa mère, Olympia.

Quarante ans plus tard, à Montréal, Stavros resurgit dans la vie de Danika pour lui apprendre qu’Olympia a disparu et qu’elle doit reprendre la direction de l’hôtel. Ulcérée par cette situation absurde — elle n’a rien à faire de cette histoire — , Danika retourne à l’hôtel Olympia avec la ferme intention de renoncer à cette charge. Or, dès son arrivée, Danika réalise que de puissantes forces sont à l’oeuvre.

Tout en renouant avec les membres de sa famille — non seulement ils existent, mais ils n’ont pas vieilli d’un iota ! — , Danika découvre que ses rêves les plus surréalistes sont tout aussi réels : le jardin extérieur se transforme parfois en « autre chose », et elle peut littéralement « entrer » dans les tableaux qui ornent les couloirs de l’hôtel? cet Hôtel qui rêve, lui aussi !

 

Extraits :

« Vous avez déjà vu quelqu’un lire dans le métro, dans un autobus ou dans un lieu public quelconque, n’est-ce pas Nikai ? Comme ils sont dans leur bulle. Ils ne sont pas là. Ils sont dans l’histoire. Ils s’y donnent. Leurs rêves, leurs désirs s’y mirent et, en s’en nourrissant, ils la nourrissent. »

 

Mon avis :

L’histoire se passe dans un univers clos (l’hôtel).

De quoi parle ce roman, est-ce un roman de SF, de Fantasy, fantastique, mythologique? C’est tout cela ensemble et cependant très ancré dans le monde actuel!

Une écriture qui sous-entend beaucoup de choses mais laisse au lecteur le soin de découvrir ce qui les relie entre elles… On saute du présent au passé et cela nécessite un effort pour bien suivre l’histoire. On est plongé dans une atmosphère onirique dont il est très difficile de s’extraire… Il faut prendre son temps pour bien comprendre et apprécier à sa valeur ce livre, il faut le vivre…

J’ai aimé que le personnage phare soit une femme de plus de 50 ans, c’est peu courant et c’est dommage, elles ont encore beaucoup à dire!

Une belle découverte…

 

Une critique à lire :

https://nevertwhere.blogspot.be/2014/11/hotel-olympia-elisabeth-vonarburg.html

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature canadienne (francophone)

Les aventures d’Aldo Morosini / Juliette Benzoni

Cette série, parue sur plusieurs années (1994-2016) volume par volume, met en scène le prince Aldo Morosini qui est devenu après la première Guerre mondiale un antiquaire spécialisé dans les bijoux anciens. Suspense, amours, trahisons et secrets historiques foisonnent dans cette série où se mêlent vérité historique et histoire romancée. Voici une réédition bienvenue!

Premier volume :
L’Etoile bleue.
La Rose d’York.
L’Opale de Sissi.
Le Rubis de Jeanne la Folle.
Les Émeraudes du Prophète.
La Perle de l’Empereur.
Les Joyaux de la sorcière.

 

Second volume :
Les » Larmes  » de Marie-Antoinette.
Le Collier sacré de Montezuma.
L’Anneau d’Atlantide.
La Chimère d’or des Borgia.
La Collection Kledermann.
 » Les Trois Frères « .
Le Diamant de Bourgogne.
Le Vol du Sancy.

 

Extraits :

 » Morosini prit entre ses doigts le lourd bracelet moghol où, enchâssée dans de l’or ciselé, une profusion d’émeraudes et de perles enveloppait d’une folle végétation un bouquet de saphirs, d’émeraudes et de diamants. Il le caressa un moment puis, le posant devant lu, il attira d’une main une forte lampe placée sur un coin de son bureau et l’alluma pendant que, de l’autre, il encastrait dans son orbite une loupe de joaillier.
Violemment éclairé, le bracelet se mit à étinceler de feux qui allumèrent des éclats bleus et verts aux quatre coins de la pièce. On aurait dit qu’un volcan miniature venait de s’ouvrir au coeur d’une toute petite prairie. » – L’étoile bleue

« – Ce n’est pas parce que ce malheureux est affligé d’une femme à moitié folle qui préfère le fan-tan au bridge et court la nuit les quartiers interlopes qu’il faut le soupçonner d’abriter des pensées inavouables. En fait, son plus gros défaut est d’avoir une sale gueule, mais ça non plus ce n’est pas sa faute ! » – La Rose d’York

 » Plus remarquable encore était la femme qui fixa l’attention du prince. Son port était celui d’une altesse et, en la regardant, Morosini évoqua certain portrait de la duchesse d’Albe peint par Goya. Elle était à la fois vêtue et masquée de dentelles noires: une sorte de mantille retombant de sa haute coiffure un peu plus bas que la bouche. Ses longs gants étaient taillés dans le même tissu léger et sombre qui faisait ressortir l’éclatante blancheur d’une peau sans défaut. Aucun autre bijou qu’une broche scintillant d’un éclat magique dans les dentelles mousseuses au creux d’un magnifique décolleté. Un éventail était posé sur le rebord de velours rouge de la loge. » – L’opale de Sissi »

 » De Lisa jamais il ne se lasserait. Il le sentait bien aux poussées de jalousie primitive qui torturaient ses nuits à la savoir si loin de lui, si proche d’inconnus dont il ignorait s’ils la respecteraient. Pour se calmer il évoquait alors les deux années vécues auprès de ce corps adorable sans en soupçonner la grâce, empaqueté qu’il était dans les vêtements à peu près informes de « Mina Van Zelten » dont même Plan-Crépin ne se fût pas accommodée. Alors il oubliait sa souffrance et il souriait… C’était, à tout prendre, un bon remède pour éviter de devenir fou… » – Les émeraudes du Prophète

 » Légende ou réalité, on chuchote depuis longtemps qu’au moment du cataclysme qui a englouti l’Atlantide, régnait sur ce qui n’était qu’une colonie de terre ferme une femme d’une extraordinaire beauté, d’une vaste intelligence, douée comme la Cassandre troyenne de la faculté de prédire l’avenir. » – L’anneau d’Atlantide

Mon avis :

Je viens de re-lire les aventures d’Aldo Morosini, le prince-antiquaire de Juliette Benzoni. C’est qu’elles sont passionnantes, ces histoires : un mélange de lieux exotiques fort bien décrits, d’enquêtes sur des crimes, de courses à travers l’Europe et le Moyen-Orient, tout cela dans l’ambiance des années 20 – les années folles – et le luxe des palaces de l’époque…

Je prend toujours beaucoup de plaisir à relire cette saga, ça ne me dérange pas de connaître le futur des personnages. Et ces personnages sont particulièrement bien choisis pour mettre de l’ambiance, de l’action, de la romance, du suspense et de l’humour!

Juste un bémol, on aurait pu se passer du dernier titre « Le vol du Sancy », nettement moins bon que tous les autres…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature française