Archives de Catégorie: BD

Bêtes de somme : 01 : Mal de chiens / Thompson & Dorkin

Dorkin & Thompson - Bêtes de somme

Bienvenue à Sommers Hill !

Une paisible banlieue comme les autres, avec ce qu’il faut de barrières blanches et d’herbe bien verte. Mais aussi un endroit où vit la plus étrange de toutes les équipes d’enquêteurs du paranormal…

Magie noire, grenouilles démoniaques et animaux zombifiés ne sont que le moindre des problèmes qui infestent la tranquille petite communauté. Les Humains ne sont cependant absolument pas conscients des dangers qui les guettent, et la lourde charge qui consiste à les protéger incombe à une meute de chiens (et un chat !) extrêmement déterminés.

Entre Demain les chiens, La Ferme des animaux et… Hellboy, horreur, humour, aventure et mystère vous attendent à chaque page de Bêtes de somme.

Evan Dorkin concocte un petit chef-d’œuvre de sensibilité, d’originalité et d’émotion magnifiquement illustré par Jill Thompson

Bêtes de somme

Que dire de plus… J’ai adoré!

Passionnément

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans BD

Victor Hugo : Aux frontières de l’exil / GIL & PATURAUD

Paturaud  Victor Hugo Frontières exilSeptembre 1853. Victor Hugo est en exil sur l’île de Jersey. Passionné de spiritisme, le poète assiste régulièrement à des séances de tables tournantes jusqu’au jour où le fantôme de sa fille, Léopoldine, tragiquement morte noyée lui apparaît. Dès lors, le poète est hanté par des visions nocturnes lui intimant de faire la lumière sur le drame. Accident ou meurtre ? Victor Hugo sort de son exil et se lance dans une enquête qui le mènera jusque dans les mystères du ventre de Paris. Là, au péril de sa vie, il découvrira un univers peuplé d’âmes sombres, qui lui inspireront la formidable épopée humaine des Misérables et quelques-uns de ses combats politiques. Cette aventure, bien qu’imaginaire, est inspirée de faits réels. Victor Hugo fut un fervent abolitionniste et a « réellement » communiqué avec le spectre de sa fille lors de séances de spiritisme.

 

Victor_Hugo_01

Un magnifique roman graphique (89 planches) avec un scénario très plausible où Victor Hugo intervient comme personnage principal.

Fiction et réalité sont si subtilement mêlées qu’on se laisse prendre au jeu!

Cet album m’a procuré beaucoup de plaisir et j’y reviendrai certainement me plonger dans cette ambiance Second Empire si bien rendue et admirer les magnifiques dessins de Laurent Paturaud à voir aussi sur son site et son blog, prenez-en le temps, ça vaut vraiment la peine…

http://www.paturaud.com

http://paturaud.blogspot.be

a_la_folie

Poster un commentaire

Classé dans BD, roman graphique

Du côté de la BD : Blacksad / GUARNIDO & CANALES

En 1990, Juan Diaz Canales (scénariste) et Juanjo Guarnido (dessinateur), passionnés de dessin et d’animation se rencontrent. Canales montre à Guarnido un projet de polar en noir et blanc mettant en scène un chat noir détective dans un monde d’animaux anthropomorphes. Ils commencent alors à travailler sur ce projet de bande dessinée : Blacksad.

Éloignés l’un de l’autre, ils continuent à correspondre et n’oublient pas leur projet. Une fois le scénario terminé, Juanjo Guarnido se consacre au dessin de cette histoire.

Leur dossier convainc plusieurs éditeurs et c’est Dargaud qui emporte l’accord. Deux ans et demi plus tard, l’album est prêt à être édité. Il aura fallu sept ans de production pour que paraisse « Quelque part entre les ombres ».

Le succès de ce premier album sorti en France en novembre 2000 est immédiat. Il est rapidement en rupture de stock et les critiques sont unanimement positives que ce soit dans les médias, auprès du public ou dans le monde de la bande dessinée.

En mars 2003, le deuxième volume « Arctic-Nation » est publié et remporte également un franc succès. Suivront « Ame rouge » en 2005 et « L’enfer, le silence » en 2010.

La couverture du cinquième tome a été révélée sur Internet le 24 juin 2013, accompagnée du titre « Amarillo ».

 

1 : Quelque part entre les ombres

Blacksad1Par un moche matin couleur sépia, John Blacksad, détective privé de son état – ou « fouille-merde » selon certains – est appelé par le flic Smirnov pour reconnaître un cadavre : c’est Natalia Wilford, une actrice avec qui il a vécu jadis la plus heureuse époque de sa vie. En bon flic, Smirnov lui conseille de garder le museau hors de cette affaire. En bon fouille-merde, Blacksad ne suit pas ce conseil avisé : un salaud a tué une femme et, par la même occasion, ses meilleurs souvenirs. Il va payer.

« Parfois, quand j’entre dans mon bureau, j’ai l’impression de marcher dans les ruines d’une ancienne civilisation. Non à cause du désordre qui y règne, mais parce que certainement cela ressemble aux vestiges de l’être civilisé que je fus jadis. – John Blacksad »

« Désormais, j’étais condamné à ce monde-là : une jungle où le gros dévore le petit, où les hommes se comportent comme des animaux. Je m’étais engagé dans un chemin du côté le plus sombre de la vie… au milieu duquel je marche encore  – John Blacksad »

2 : Artic-Nation

Blacksad2Blacksad est chargé par une institutrice du quartier « The Line » d’enquêter sur la disparition d’une petite fille noire…

Cette fois tout débute par la découverte d’un homme trouvé pendu en pleine ville, devant une foule sous le choc. Pour quelle raison ? Crime raciste ? Rapidement les soupçons de notre héros se portent sur une organisation extrémiste, constituée de fanatiques blancs comme neige – Arctic-Nation – qui prône un ordre nouveau où les Blancs domineront le monde.

En compagnie d’un journaliste facétieux et fouineur, persuadé que l’enlèvement de la petite fille a un lien avec cette histoire de meurtre, Blacksad va aller de surprises en surprises.

« De toute évidence, ma tête ne plaisait guère aux gens du quartier… J’avais cependant l’intention de continuer à la montrer. Du moins jusqu’à ce que je retrouve l’enfant… – John Blacksad »

3 : Ame rouge

Blacksad3John Blacksad s’ennuie dans son nouveau rôle de garde du corps d’un parvenu flambeur. Heureusement, on peut toujours compter sur le destin qui vous met dans les pattes de vieilles connaissances pour vous sortir du ronronnement du quotidien et de nouvelles rencontres pour éviter de vous empâter. En cette période de guerre froide, certains ont tendance à voir rouge et l’atome a des odeurs de soufre.

« La plus grande qualité d’un bon enquêteur n’est pas d’être un bon tireur ni d’être dans une grande forme physique… mais de penser vite. C’est ça qui le distingue d’un « fouille-merde de pacotille ». – John Blacksad »

4 : L’enfer, le silence

Blacksad4La Nouvelle-Orléans, où la fête de Mardi gras bat son plein. Grâce à Weekly, un producteur de jazz dénommé Faust fait la connaissance de Blacksad. Faust demande à ce dernier de s’occuper d’une affaire : un de ses musiciens, le pianiste Sebastian, a disparu. Il n’a pas donné signe de vie depuis des mois, mettant en péril le label musical privé d’une star. Faust craint que Sebastian ait, une fois de trop, sombré dans la drogue. Sa requête est d’autant plus pressante que Faust se sait atteint d’un cancer.

Blacksad accepte la mission et découvre peu à peu que Faust ne lui a pas tout dit. Il s’aperçoit qu’il est lui-même manipulé, mais décide tout de même de retrouver Sebastian pour comprendre les raisons de sa disparition…

« Sartre affirme que l’enfer, c’est les autres. Je veux bien admettre que les autres peuvent nous rendre la vie insupportable, mais ils peuvent aussi être nos compagnons de Paradis. Pour moi, l’enfer c’est le néant, un endroit sans mes amis, sans musique, sans paroles qui stimulent l’imagination, sans beauté qui exalte les sens… – John Blacksad »

 

J’aime bien la BD mais je ne suis pas particulièrement fan, J’aime bien, c’est tout… avec Blacksad, c’est un coup de cœur !

a_la_folie

Une atmosphère de roman noir des fifties, un dessin superbe et un scénario bien ficelé… J’ai adoré !

Je suis les aventures de Blacksad depuis le début en comprenant très bien que, pour fournir une BD de cette qualité, il faut le temps pour chaque aventure… bientôt un nouvel album, je l’attends avec impatience 🙂

 

Poster un commentaire

Classé dans BD