Archives mensuelles : juin 2013

Retour à la SF : un auteur : Arthur C. CLARKE

On revient toujours à ses premières amours, dit-on, c’est pourquoi voici un auteur qui a déterminé, d’une certaine façon, le choix de beaucoup de mes lectures et de mes centres d’intérêt : Arthur C. CLARKE.

 

CLARKE

Photo : http://lookintomyowl.com/into-space.html

Sir Arthur Charles Clarke, nom de plume Arthur C. Clarke, est un auteur britannique, né le 16 décembre 1917 dans le Somerset en Grande-Bretagne. La célébrité lui est venue grâce à son livre 2001, l’odyssée de l’espace. Ce dernier est basé sur la nouvelle La Sentinelle, transformée par Clarke en roman à l’époque où Stanley Kubrick en tirait un film. Les trois versions diffèrent légèrement l’une de l’autre.

Son œuvre comporte de nombreux autres livres et un grand nombre de nouvelles.

Clarke est également un scientifique. Sa contribution la plus importante à la science est probablement le concept de satellite géostationnaire largement mis en œuvre, de nos jours, pour les satellites de télécommunication qu’il proposa dans un article de Wireless World en 1945 et plus tard l’utilisation de plates-formes à satellites pour l’observation de la Terre.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, il a participé à l’élaboration du système d’alerte radar qui a fortement contribué au succès de la Royal Air Force pendant la bataille d’Angleterre. Clarke a servi dans la RAF en tant que spécialiste en radar avant d’obtenir son diplôme à l’université de Londres.

Il était Président de la British Interplanetary Society, la société interplanétaire britannique et membre du Underwater Explorers Club, le club des explorateurs sous-marins.

Il est décédé au Sri Lanka, où il vivait depuis longtemps, en 2008.

 

J’ai découvert Arthur C. Clarke avec Iles de l’espace. L’histoire se passe vers le milieu du 21e siècle et est construite de façon très documentaire, comme un vrai récit de voyage fait par un adolescent. J’ai lu ce livre à l’âge de son héros et j’ai adoré.

A la relecture, tant d’années après, je n’ai pas du tout été déçue. Clarke, comme Jules Verne, a souvent fait œuvre de visionnaire : ce roman paru en 1952, pourrait, à quelques détails près, être la relation d’un voyage actuel sur une station spatiale. Je viens de suivre sur Twitter, avec beaucoup d’intérêt, le séjour de Chris Hadfield à bord de l’ISS (Station Spatiale Internationale) et j’ai pensé que le bouquin de Clarke n’était pas si loin de notre réalité ! Allez voir les photos splendides de notre Terre vue de l’espace envoyées par Chris Hadfield et vous comprendrez ce que je veux dire et l’émotion qui vous étreint lorsque vous réalisez quel joyau est notre planète.

https://twitter.com/Cmdr_Hadfield

Mais regardez dans l’autre direction et vous serez pris par le désir de savoir et d’explorer l’espace infini qui nous entoure…

Revenons à « Iles de l’espace » :

ILES ESPACE 1

Ed. Fleuve Noir (Anticipation), 1954, ill. de couv. de René Brantonne.

ILES ESPACE 2_2

Ed. Fleuve Noir (Lendemains retrouvés), 1977,

 

 

 

 

 

 

L’histoire :

Le jeune Roy Malcolm participe à un grand jeu télévisé sur l’aviation. Passionné par ce thème et connaissant le sujet sur le bout des doigts, il remporte la finale dont le prix est « un voyage pour n’importe quel endroit du monde ». Lorsque le présentateur de l’émission lui demande où il aimerait aller, Roy répond : « J’aimerais aller sur la station intérieure ». Sa réponse met tout le monde dans l’embarras, et on lui rappelle que le prix qu’il a gagné est pour un voyage n’importe où sur la Terre, pas dans l’espace. Mais Roy a un rêve et, bien décidé à le réaliser, répond qu’il a bien lu le règlement, et qu’il n’est pas dit qu’il s’agit d’un voyage « sur la Terre », mais « à n’importe quel endroit de la Terre ». Cela fait une différence, car la Station intérieure fait partie de la Terre parce qu’elle se trouve à moins de 1000 kilomètres de la surface ! Et voilà comment Roy embarque un peu plus tard à destination de la Station intérieure…

CLARKE TRILOGIE ESPACE

Ce roman a enfin été réédité dans un livre intitulé La Trilogie de l’Espace qui contient également Les sables de Mars et Lumière cendrée. Je regrette seulement qu’il n’ait pas été publié aussi dans une collection pour ados car il me semble que c’est une introduction idéale à la littérature de science-fiction…

Ill. de couv. de Manchu : visitez son blog, ça vaut vraiment le coup !

http://manchu-sf.blogspot.be

4e de couv. :

Grand maître de la science-fiction, Arthur C. Clarke fut l’un des principaux concepteurs de l’ère spatiale, avant même le lancement des premiers engins depuis la Terre. Voici, enfin réunis, trois romans qui illustrent à merveille les visions quasi prophétiques de l’auteur.

Dans Iles de l’espace, un jeune homme gagne un voyage hors de notre atmosphère, mais son séjour en orbite terrestre se révèle plus mouvementé que prévu. Les Sables de Mars décrit les efforts des pionniers pour établir une présence humaine sur la planète rouge. Dans Lumière cendrée, des astronomes sont les témoins d’une première guerre interplanétaire.

A lire absolument. Si certaines choses peuvent sembler dépassées par rapport à la SF actuelle, pensez à l’époque où ces livres ont été écrits (il y a 60 ans !).

 

Le second des livres de l’auteur que j’ai lu, c’est La Cité et les Astres. J’en ai déjà parlé, voir l’article :

https://ocyaran.wordpress.com/2012/01/06/la-cite-et-les-astres-arthur-c-clarke/

A lire, à relire, à méditer…

 

Ensuite, dans le désordre ou plutôt, dans l’ordre où ces livres sont entrés dans ma mémoire :

 

Chants de la Terre lointaine

CLARKE TERRE LOINTAINE JLCLARKE TERRE LOINTAINE AM

CLARKE TERRE LOINTAINE

Pour la plus récente édition, une superbe couverture de MANCHU.

4e de couv. :

L’an 2500 — Alors que le soleil est condamné, les hommes prennent le chemin des étoiles. Sur une douce planète océane, un vaisseau semeur donne une deuxième chance à l’humanité… L’an 3500 — Dix siècles plus tard, le système solaire est sur le point d’exploser, mais la découverte de la poussée quantique permet désormais de transporter un million de corps cryogénisés vers Sagan Deux. Faisant escale sur Thalassa, le Magellan et son équipage feront la connaissance des descendants de l’humanité, et Loren Lorenson celle de Mirissa… mais la nouvelle Terre promise les attend, de l’autre côté de l’Univers…

Toujours le même effet avec Clarke, je me sens tellement en phase avec le roman que lorsque j’ai terminé, je me dis « Zut, c’est seulement une histoire »…

A SUIVRE… pour parler de ceux que je suis occupée à relire 😉

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise