Archives de Tag: Art

En plein coeur (Nature morte) / Louise Penny

book_enplein« A la campagne, la mort vient sans invitation, en plein jour. Elle prend des pêcheurs dans leurs chaloupes. Elle saisit des enfants par les chevilles alors qu’ils nagent. En hiver, elle les appelle sur une pente trop abrupte pour leur habileté naissante et croise les extrémités de leurs skis. Elle attend sur la rive, là où il n’y a pas si longtemps la neige rencontrait la glace, mais où maintenant, à l’insu des yeux brillants, un peu d’eau touche la rive, et le patineur élargit un peu trop ses ronds. »

En plein cœur débute en automne, au Québec, alors qu’on découvre le cadavre d’une villageoise adorée de tous, un dimanche d’Action de grâce. L’inspecteur-chef Armand Gamache, qui dirige l’escouade des homicides de la Sûreté du Québec, est chargé de l’enquête.

Ce meurtre est déroutant. Qui voudrait voir morte une vieille dame aussi gentille? Le mystère s’épaissit à mesure que l’on met au jour des œuvres d’art que la victime a longtemps gardées secrètes. Rustiques, primitives et troublantes, ces peintures touchent différemment tous ceux qui les voient.

Le meurtrier est-il dissimulé dans le tableau? Son mobile l’est-il également? Est-ce un pur hasard si la victime avait décidé, quelques jours avant le meurtre, d’exposer son œuvre pour la première fois?

À mesure que l’inspecteur-chef Gamache approfondit son enquête, il découvre de sombres secrets enfouis et déterre d’affreux souvenirs. Quelque part, dans le joli village de Three Pines, quelqu’un n’est pas ce qu’il paraît être.

Le premier livre de Louise Penny que je lis mais ce ne sera pas le seul…

J’ai aimé le petit village de Three Pines, ses habitants tous différents mais attachants, les mini ou maxi drames cachés dans leurs vies et l’exotisme (eh oui!) du français du Québec (l’auteur écrit en anglais mais la traduction sonne juste – j’ai lu l’édition québecoise, je suppose que l’édition française, parue sous le titre Nature morte, est la même (pourquoi changer le titre?) et, par pitié, que les éditions Actes Sud arrêtent ces affreuses couvertures noires et rouges qui me rebutent…

L’intrigue est bien ficelée, j’ai hésité jusqu’au bout, je n’ai compris qu’à quelques pages de la fin… L’écriture agréable et fluide, vraiment un plaisir! Je vais de ce pas me procurer la seconde enquête d’Armand Gamache 🙂    

Passionnément

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature canadienne (anglophone)

Narcisse & Goldmund / Hermann HESSE

C’est dans l’Allemagne du Moyen Age qu’Hermann Hesse, prix Nobel de littérature 1946, a situé l’histoire du moine Narcisse et de Goldmund, enfant très doué qu’on lui a confié et auquel il s’attache. Il sent que sa vocation n’est pas le cloître et l’aide à choisir sa voie. C’est alors pour Goldmund la vie errante, les aventures galantes ; il se décide, par sagesse, à devenir sculpteur : l’art sera une façon de chercher le beau.

Philosophe autant que poète et romancier, Hermann Hesse aspire à une civilisation idéale où il y aurait équilibre entre spiritualité et animalité : toute son œuvre est imprégnée de ce désir de conciliation.

 

C’est le sens de sa vie que Goldmund cherche à travers toutes ses aventures. Mais ce qui compte, ce qui fait sa vie, c’est la quête… J’ai aimé la description de l’époque, de la vie des moines et des artisans…

Pas de personnage de femme intéressant ou alors c’est un idéal inaccessible…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature allemande

Le salon d’ambre / Matilde ASENSI

Si Ana n’était qu’une jeune antiquaire talentueuse, elle ne ferait pas partie de l’Organisation. Ils sont cinq, recrutés parmi les meilleurs. Leur rôle : s’approprier illégalement des œuvres d’art uniques dans le seul but de les revendre.

Lorsqu’Ana, en charge de l’exécution de ces vols, quel qu’en soit le danger, découvre dans un château d’Allemagne une toile cachée ouvrant sur les mystères du salon d’ambre, elle en a le souffle coupé. Véritable légende de l’histoire de l’art, ce fabuleux trésor disparu durant la Seconde Guerre n’est autre que la huitième merveille du monde : plus de cinquante-cinq mètres carrés de panneaux d’ambre réalisés sous le règne du premier roi de Prusse, le Graal de tout un peuple, une fortune inestimable, une pure beauté. Des mystères de l’après-guerre aux secrets les mieux gardés, de Weimar au camp de Buchenwald, la jeune femme, aussi libre que séduisante, n’en finira pas de rencontrer l’Histoire.

 

L’héroïne de cette aventure est  fort sympathique, elle m’a fait penser à Sœur Ottavia, le personnage principal du « Dernier Caton ». Comme cette dernière, Ana est une jeune femme au caractère bien trempé, qui n’hésite pas à se lancer dans une aventure dangereuse mais qu’elle juge passionnante.

Le contexte d’un « club » dont la raison d’être consiste à « kidnapper » des œuvres d’art célèbres en les remplaçant par des copies parfaites, et cela afin de les revendre à des milliardaires sans scrupules est original et pourrait annoncer d’autres aventures d’Ana et ses « collègues »…

Leslie Charteris aurait apprécié !

Poster un commentaire

Classé dans Littérature espagnole