Archives de Tag: Alpes de Haute Provence (France)

Le secret des Andrônes / Pierre MAGNAN

Qui a précipité Jeanne, l’aide-soignante de Rogeraine, la belle infirme, du haut de la citadelle de Sisteron, pendant la représentation de  » La tour de Nesles  » ? Qui s’acharne à jeter dans le vide, l’une après l’autre, ses autres aide-soignantes ? Présent par hasard à Sisteron, le commissaire Laviolette, retraité de la police, va essayer – non sans difficultés – de démêler l’écheveau de cette sombre affaire, sur fond de souvenirs de la Seconde Guerre mondiale. Un vrai roman policier, complexe à souhait.

 

D’abord, l’époque (jamais donnée, mais on peut calculer d’après les indices : 1944, mort de Gilberte ; les personnages parlent de faits survenus il y a 24 ans – 1944 + 24 = 1968) donc entre ces deux époques : la seconde guerre mondiale et la fin des années soixante.

Le lieu : Sisteron et les alentours.

Et une intrigue bien ficelée, à la Magnan, avec des personnages nombreux et plus vrais que nature dominés par celui de Laviolette, bougon et romantique…

Un régal de mots !

Poster un commentaire

Classé dans Littérature française

Le commissaire dans la truffière / Pierre MAGNAN

Banon : un village dans les Alpes-de-Haute-Provence. Les paysans vivent d’élevage de chèvres et du marché des truffes. Des truffes surtout. Pour des raisons obscures des hippies ont élu domicile dans les parages. Des hippies qui, mystérieusement, disparaissent les uns après les autres. Laviolette, brave homme de commissaire, est envoyé faire une enquête discrète. Les découvertes macabres se succèdent. Par une nuit de tempête et de bourrasques de neige, le seul témoin qui pourrait aider le commissaire est sauvagement assassiné à son tour.

Dans un climat de superstitions, un roman rempli de haines et d’amours cachés, d’intérêts aussi, où à chaque carrefour la mort rôde.

1ère éd. 1978

 

Pierre Magnan est un poète, le chantre de ses Alpes de Haute Provence où il est né et qu’il adore. Mais c’est aussi un fabuleux meneur d’intrigues ainsi qu’un connaisseur des âmes humaines.

Entre Giono et Simenon, avec une pointe d’Agatha Christie, on ne peut le comparer mais cela donne une idée de son écriture…

Pierre Magnan est un grand écrivain.

Poster un commentaire

Classé dans Littérature française

Le sang des Atrides / Pierre MAGNAN

Rue Prête-à-Partir, une nuit, un long cadavre vêtu d’un ensemble de sport bleu ciel orné d’un grand Gentiane en lettres jaunes attend, en leur barrant la route, les éboueurs de la ville de Digne. Jeannot Vial a été assassiné. Six mois plus tard, c’est au tour de Jules Payan. Deux hommes beaux et jeunes. Il y aura une troisième victime, puis une quatrième : la vieille Adélaïde de Champclos, qui devait connaître l’assassin.

C’est bien sûr le commissaire Laviolette qui mène l’enquête.

Prix du Quai des Orfèvres 1978

1ère éd. 1977

 

Je relis donc les livres de Pierre Magnan, un par un, et je commence par le premier.

Celui-ci, assez classique dans sa structure, est un très bon polar agrémenté de quelques passages où passe cet amour du pays que Magnan sait si bien nous conter…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature française