Archives mensuelles : décembre 2015

Voeux pour 2016

A l’aube de cette nouvelle année, je voudrais rappeler que nous sommes tous Terriens!
Que ce monde qui peut tous nous faire vivre si nous le traitons bien soit enfin en paix.
Respectons-nous les uns les autres et ne faisons pas à autrui ce nous ne souhaiterions pas subir…

Bonne et heureuse année…

Ocyaran

Capture d’écran 2015-12-31 à 13.10.24Capture d’écran 2015-12-31 à 13.11.28

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Le billet d'Ocyaran

Un auteur : Peter Robinson – Un personnage : Alan Banks

robinsonPeter Robinson, né le 17 mars 1950 à Castleford dans le Yorkshire, en Angleterre est un écrivain canadien d’origine britannique, auteur principalement de romans policiers.

Après des études supérieures à l’université de Leeds, où il obtient en 1974 une licence en lettres, il émigre au Canada. Il exerce le métier d’enseignant et poursuit ses études à l’université de Windsor et décroche en 1975 une maîtrise en création littéraire. En 1983, il atteint le grade de doctorat de l’université d’York et continue d’enseigner.

Il amorce sa carrière littéraire dès 1979 par la publication d’un recueil de poésie. À partir de 1987, il se consacre à l’écriture de romans policiers inspirés par les œuvres de Georges Simenon, de P.D.James et de Ruth Rendell. L’action de ses intrigues policières se passe le plus souvent à Eastvale, ville imaginaire calquée sur les villes du Nord Yorkshire, et met en scène l’inspecteur Alan Banks, un policier méthodique et un peu désabusé, passionné de jazz, de musique classique et de lecture.

Il remporte le grand prix de littérature policière 2001 avec Saison sèche (In a Dry Season), le dixième titre de la série des enquêtes de l’inspecteur Banks.

Il vit actuellement en Ontario (Canada).

https://en.wikipedia.org/wiki/Peter_Robinson_(novelist)

 

Les enquêtes d’Alan Banks éditées en français :

  1. Le voyeur du Yorkshire
  2. Le rocher aux corbeaux
  3. Matricule 1139
  4. La vallée des ténèbres
  5. Noir comme neige
  6. Tous comptes faits
  7. Un goût de brouillard et de cendres
  8. Le sang à la racine
  9. Saison sèche
  10. Froid comme la tombe
  11. Beau monstre
  12. L’été qui ne s’achève jamais
  13. Ne jouez pas avec le feu
  14. Etrange affaire
  15. Le coup au cœur
  16. L’amie du diable
  17. Toutes les couleurs des ténèbres
  18. Bad Boy
  19. Face à la nuit

 

9782253123361, 0-5295871969, dans le Yorkshire. Lors d’un festival de rock, une jeune fille est poignardée. L’enquête tourne alors autour d’un groupe débutant : Les Chapeliers fous. Trente-six ans plus tard, un journaliste est sauvagement assassiné. Sans mobile apparent. Mais toujours ces Chapeliers fous, au sujet desquels il préparait un article. Au fil de son enquête, l’inspecteur Banks va découvrir que ce n’est pas la première fois que ces superstars vieillissantes du rock sont mêlées à une tragédie…

Surfant à un rythme infernal entre passé et présent, l’intrigue nous replonge au coeur de la génération Sex, drugs and rock and roll.

Grand Prix de littérature policière pour Saison sèche, Peter Robinson s’est imposé comme l’un des maîtres du genre.

Une éclatante leçon d’écriture, aiguë, sèche, d’une subtile psychologie. – Ian Rankin.

Ce personnage de détective rebelle, allergique aux procédures et à la hiérarchie, qui écoute Eric Clapton ou Van Morrison dans sa voiture, a le charme d’une espèce rare.
 – Le Parisien.

 

J’ai lu tous les romans de Peter Robinson mettant en scène Alan Banks. J’ai choisi de parler ici de « Le coup au cœur » car c’est un de ceux qui m’a le mieux plu. Il restitue l’ambiance d’une époque pas si éloignée où le monde changeait radicalement. J’aime bien aussi l’ambiance musicale de ce roman un peu nostalgique  genre « je vous parle d’un temps que les moins de vingt ans ne peuvent pas connaître »…

L’intrigue est, comme dans tous les autres livres de Peter Robinson, bien menée ; le décor bien mis en place sans que les descriptions ne deviennent ennuyeuses. Belle écriture agréable et précise. On retrouve Alan Banks comme un vieux copain impliqué de nouveau dans une drôle d’enquête. La surprise, c’est l’enquête menée par l’inspecteur Chadwick en 1969 qui vient s’intercaler en flashbacks intrigants.

Je n’en dis pas plus sur l’histoire mais ce livre fait un pont dans le temps entre deux époques et rend tout à fait l’ambiance de la fin des sixties…

Bravo, Peter Robinson

Passionnément

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature canadienne (anglophone)