Archives de Tag: Australie

Canicule / Jane Harper

Quatrième de couverture :

Kiewarra. Petite communauté rurale du sud-est de l’Australie. Ecrasée par le soleil, terrassée par une sécheresse sans précédent. Sa poussière. Son bétail émacié. Ses fermiers désespérés.
Désespérés au point de tuer femme et enfant, et de retourner l’arme contre soi-même ? C’est ce qui est arrivé à Luke Hadler, et Aaron Falk, son ami d’enfance, n’a aucune raison d’en douter. S’il n’y avait pas ces quelques mots arrivés par la poste : Luke a menti. Tu as menti. Sois présent aux funérailles…
Revenir à Kiewarra est la dernière chose dont Aaron a envie. Trop vives sont encore les blessures de son départ précipité des années auparavant. Trop dangereux le secret qu’il a gardé pendant tout ce temps. Mais Aaron a une dette, et quelqu’un a décidé que le moment est venu de la payer…

 

Extraits :

« La sécheresse, cet été-là, n’avait laissé que l’embarras du choix aux mouches, qui s’affairaient en quête d’yeux vides et de blessures poisseuses tandis que les fermiers de Kiewarra Bridge pointaient leurs fusils sur le bétail étique. Pas de pluie, pas de fourrage. Et l’absence de fourrage obligeait à des décisions difficiles, alors que la bourgade miroitait depuis des jours et des jours sous l’ardeur d’un ciel uniformément bleu.
Ça va bien finir par s’arrêter », disaient les fermiers, alors que l’inexorable enchaînement des mois entrait dans sa deuxième année. Ils se lançaient mutuellement ces paroles à voix haute, tel un mantra, et se les murmuraient pour eux-mêmes comme une prière. »

« La cérémonie funèbre commençait. Gerry inclina la tête pour un bref salut et, comme par réflexe, Falk porta la main à sa poche. Il sentit la lettre arrivée sur son bureau deux jours plus tôt. De Gerry Hadler, dix mots écrits d’une main lourde : Luke a menti. Tu as menti. Sois présent aux funérailles.
Ce fut Falk qui, le premier, baissa les yeux. »

 

Mon avis :

Une petite société rurale où les gens ne sont pas tendres les uns envers les autres ; un policier qui traîne un secret depuis des années ; une saison particulièrement éprouvante pour les fermiers du coin…
Un bon roman où on ne s’ennuie pas une seconde…
Un auteur à suivre après ce premier thriller réussi!

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature australienne (anglophone)

La dame d’Australie / Bernard SIMONAY

La dame d'AustralieSydney, juillet 1850. Victime d’un complot sordide, la jeune Judith Lavallière est exilée en Australie sur une fausse accusation. Condamnée à la domesticité sous la coupe d’un colonel anglais alcoolique, elle s’enfuit et trouve refuge, au-delà des terres connues, dans le mystérieux outback australien. Recueillie par des Aborigènes, elle découvre un peuple étrange et attachant, et apprend à survivre dans un désert hostile, sans limites, mais fascinant.

Son destin la ramène pourtant à la civilisation, dans la région de Melbourne, au moment de la ruée vers l’or, à laquelle elle participe. Volontaire et tenace, Judith fait fortune, puis se dresse contre le gouverneur, qui exerce une tyrannie odieuse sur les chercheurs d’or. Mais ce combat contre un adversaire tout-puissant et sans scrupules n’est-il pas perdu d’avance ? Surtout lorsque surgissent devant elle les fantômes d’un passé trouble qu’elle aurait préféré oublier.

Bernard Simonay signe ici une évasion superbe dans une Australie sauvage et méconnue, qui mêle le rêve, l’aventure et le suspense.

 

Un bon gros roman d’aventures bien documenté dans un pays qu’on connaît mal : l’Australie. Une belle histoire bien écrite. L’héroïne, ce n’est pas pour me déplaire, est une femme – dans ce roman écrit par un homme ! C’est du vrai roman populaire dans le meilleur sens du terme…

Bravo, Bernard Simonay, une fois de plus vous avez réussi votre pari !

Beaucoup

2 Commentaires

Classé dans Littérature française

Le temps de l’amour / Colleen McCULLOUGH

McCullough Temps AmourÀ seize ans, Elizabeth n’a jamais quitté son petit village d’Écosse, sa famille nombreuse et son père autoritaire. Son destin est alors bouleversé par la demande en mariage inattendue d’Alexander Kinross, un cousin parti faire fortune en Australie.

À peine installée sur cette terre immense et sauvage, la jeune femme pressent qu’elle n’aimera jamais son mari. Bienveillant mais distant, Alexander n’a quant à lui pas renoncé à sa passion pour la belle et provocante Ruby Costevan.

Prisonnière de sa magnifique maison et de son rôle de mère de famille modèle, Elizabeth ne se doute pas que, pour elle aussi, viendra le temps de l’amour. Et qu’au fil des années elle construira son bonheur loin de toutes les conventions…

 

J’ai lu, il y a bien longtemps, « Les oiseaux se cachent pour mourir » de Collen McCullough et j’en ai un très bon souvenir, donc, cherchant une lecture agréable de préférence dans un pays lointain, je me suis dit : pourquoi pas ? Je n’ai pas été déçue…

Un bon roman : des personnages attachants, un cadre exotique, des histoires d’amour contrariées, une vie d’aventurier évoquée, une écriture fluide, une lecture parfaite pour les mois d’été…

beaucoup

Poster un commentaire

Classé dans Littérature australienne (anglophone)

Les dames de Missalonghi / Colleen McCULLOUGH

A trente-trois ans, sans beauté ni fortune, Missy connaîtra-t-elle jamais la caresse d’un regard d’homme? Car elle ignore tout de la vie, de la vraie vie. Entre sa mère, sa tante et leurs sages travaux d’aiguille, elle traîne des jours ternes et mesquins à l’image de ses éternelles robes marron…

… lorsqu’une chance s’offre à elle, la dernière peut-être. Cette chance s’appelle John Smith, on ne sait rien de lui, mais c’est bien l’homme le plus séduisant qu’on ait vu en ville depuis longtemps.

Missy, jusqu’alors si soumise, n’entend pas laisser échapper ce premier clin d’œil du destin. Pour cela, rompant avec les conventions, à quel subterfuge tout à fait inhabituel aura-t-elle recours ? Tendre et fantasque Missy, une nouvelle race de femmes dans l’imaginaire de Colleen McCullough.

 

Un conte de fées pour adultes, avec énormément de tendresse. Un regard sur les hommes à la fois lucide et protecteur. J’ai beaucoup aimé.

Poster un commentaire

Classé dans Littérature australienne (anglophone)