Archives mensuelles : octobre 2012

Trois romans de Mary Willis WALKER

Mary Willis Walker vit à Austin, au Texas. D’abord enseignante, elle fut longtemps femme au foyer et n’a commencé à écrire qu’à cinquante ans. Son premier roman Glacée jusqu’au zoo, a rencontré un succès immédiat et lui a valu l’Agatha Award. Cri rouge a remporté l’Edgar Poe Award de 1994 et a été traduit dans neuf pays.

http://www.editions-calmann-levy.com

Cri rouge

Le « cri rouge », c’est celui du condamné à la peine capitale lorsqu’il fait ses derniers pas dans le Couloir de la mort pour entrer dans la salle d’exécution. Pour l’aristocratie du crime, résister au cri est une ultime preuve de courage. Louiee Bronk, tueur en série qui attend son injection mortelle dans une prison du Texas, ne veut pas pousser ce « cri rouge » : il confie à Molly Cates, la journaliste qui a suivi son procès, qu’il est innocent du crime pour lequel on l’a condamné à mort, et il supplie la jeune femme de l’aider à prouver son innocence. Molly accepte, partagée entre son devoir de réparer une erreur judiciaire et le fait de sauver ainsi un criminel endurci. Elle s’obstine, en dépit des menaces puis des agressions dont elle est l’objet. Désormais, il ne s’agit plus seulement pour elle de mener une enquête, mais bien de sauver sa vie.

Statues de sang

Après Cri rouge, Mary Willis Walker entraîne à nouveau son héroïne, Molly Cates reporter criminelle, dans une affaire spectaculaire. Au Texas, un groupe de fanatiques appartenant à une secte religieuse kidnappe le chauffeur d’un car scolaire et les onze jeunes enfants qu’il conduisait à l’école. Ils sont tous prisonniers sous terre, au cœur d’un domaine fortifié : le chef de la secte. Mordecal, vient régulièrement leur annoncer qu’ils seront délivrés après cinquante jours de captivité, par un sacrifice expiatoire. Il n’y a aucun doute sur la réalité des menaces de Mordecal. Tous ceux qui ont quitté la secte ont été impitoyablement crucifiés, transformés en « statues de sang ». Pendant qu’une équipe du FBI négocie vainement la libération des otages. Molly enquête sur Mordecai. Elle découvrira la faille qui permettra de tenter une manœuvre pour sauver les enfants…

La loi des morts

Au sénat du Texas, les comités d’autodéfense se battent pour que soient légalisées les armes détenues illégalement par les bons citoyens. Dans cette atmosphère d’extrême tension politique, la reporter criminelle Molly Cates voit soudain ressurgir des ombres du passé. De nouveaux éléments lui permettent de rouvrir l’enquête sur la mort de son père, classée vingt-huit ans plus tôt comme un suicide. Mais ce qu’elle va découvrir la bouleverse et laisse face à un conflit moral impossible à résoudre. Pendant qu’elle se débat avec son histoire personnelle, Molly apprend qu’une bombe meurtrière va exploser au sénat – une conspiration qu’elle seule pourra déjouer si elle arrive à temps sur les lieux.

 

Apparemment, Mary Willis Walker n’a plus rien écrit depuis ces trois romans, que je n’hésite pas à classer dans les meilleurs thrillers américains que j’aie lu ! Le personnage central, Molly Cates, est bien campé, sympathique malgré quelques tics qui ne font que la rendre plus réelle et attachante. Chacun de ces trois livres conte une histoire bien différente et ils ne sont pas construits sur le même schéma de base…

Pourquoi l’auteur s’est-elle arrêtée en si bon chemin ? Nous ne le saurons peut-être jamais…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)