Archives de Tag: SF

Autre-monde 1 L’Alliance des Trois / Maxime Chattam

autre-monde-tome-1-l-alliance-des-trois-9335« Il existe des endroits sur Terre où le monde n’est plus celui que nous connaissons. Des endroits où tout devient possible. Même l’impensable.
Des boutiques obscures pleines de livres ou de bibelots étranges, comme celle qui ouvre cette histoire, des ruelles étroites où personne n’ose s’aventurer, parfois même dans une forêt, un lieu entre deux buissons. Il suffit de savoir regarder. Et de laisser agir la magie.
Car ce livre est un grimoire.
Mais prenez garde, si vous décidez de tourner la page, il vous faudra une baguette magique : votre âme de rêveur. Celle que bien des gens perdent en devenant adultes. La possédez-vous encore ?
Alors, ensemble, poussons la porte de ce monde… nouveau. » – Maxime Chattam, Edgecombe, le 2 mai 2007.

« Dieu n’est peut-être qu’un concept, pour définir l’énergie de la vie. Et si Dieu n’était qu’une étincelle, celle qui est au cœur de la vie, si Dieu était à l’image de la Terre : un être sans conscience réflexive, juste une énergie : cette électricité vitale à l’existence, le principe même de la vie ? »

 

Personne ne l’a vue venir. La Grande Tempête : un ouragan de vent et de neige qui plonge le pays dans l’obscurité et l’effroi. D’étranges éclairs bleus rampent le long des immeubles, les palpent, à la recherche de leurs proies… Quand Matt et Tobias se sont éveillés, la Terre n’était plus la même. Désormais seuls, ils vont devoir s’organiser. Pour comprendre. Pour survivre… A cet Autre Monde.

 

Lecture jeunesse – lecture adulte : peu importe, un bon livre est un bon livre et on y entre à n’importe quel âge! C’est vrai que c’est un bouquin super pour les ados mais je suis adulte et j’ai adoré… peut-être ne suis-je pas complètement Cynik 🙂 j’ai gardé mon âme d’enfant…

Bref, j’ai trouvé ce livre génial, il faut un peu s’accrocher au début mais, très vite, on s’attache à l’histoire, aux personnages et c’est parti… 

Vite, vite, la suite… j’en ai 6 à lire et le 7e et dernier tome sort à la mi-novembre. Je me réjouis déjà de le lire…

Bravo M. Chattam ❤

Passionnément

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Littérature française

La Trilogie de Mars / Kim Stanley Robinson

Passionnément1 – Mars la Rouge

2 – Mars la Verte

3 – Mars la Bleue

Le XXIe siècle. Demain. Cinquante hommes et cinquante femmes, représentant les nations majeures et toutes les disciplines scientifiques, embarquent à bord de l’Arès, un immense vaisseau spatial, un micro-monde où ils vont vivre pendant plus d’un an avant d’atteindre Mars, à cent millions de kilomètres de là. Un homme, déjà, a posé le pied sur Mars : John Boone. Héros mythique depuis son retour sur Terre, il s’est porté volontaire pour ce second voyage.
Un aller simple, cette fois, car les hommes et les femmes de l’Arès devront aller au-delà de l’exploration. Ils devront survivre dans un monde usé, désolé, hostile. Si les hommes ne peuvent s’adapter, il faudra adapter Mars aux hommes. Mais terraformer Mars, c’est aussi la détruire en tant que cadre naturel martien, et des conflits opposent les Rouges, la faction qui veut préserver la sauvagerie initiale de la planète, et les Verts, qui militent pour la terraformation.
Les cent Premiers ne partagent pas la même vision de la société à élaborer, sur ce nouveau monde vierge. Et comme le remarque le psychologue de l’expédition, Michel Duval, pour accepter de se lancer dans une telle aventure, il faut être un peu dérangé, et toutes les procédures destinées à parvenir à un équipage psychologiquement stable n’ont pu sélectionner que les meilleurs …

Magnifique… A lire absolument…

Un lien vers le meilleur commentaire – pour moi – de ces livres, je ne peux pas faire mieux…

http://pages.infinit.net/pyt/trilogie_mars/marstrilogy.htm

La trilogie de Mars

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

La Porte de Bronze / Bernard Simonay

La Porte de Bronze

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Sur la planète Aurévia, tout le monde est en harmonie avec la nature et la violence n’existe pas. C’est particulièrement vrai sur Koralya, petite île de l’archipel de Nacre où vivent Darys et Ele’a. Leur amour semble indestructible et seul l’effacement – l’équivalent de la mort – pourra les séparer. Mais l’arrivée du seigneur Ykhare sur l’île ainsi que des rumeurs d’effacement total de plusieurs villes sur la planète annoncent des jours noirs pour Ele’a… et pour Aurévia tout entière.

 

Bernard Simonay livre avec « La porte de bronze » un roman à mi-chemin de la science-fiction et de la fantasy, un livre où l’aventure est le maître mot, mais d’où la réflexion, sur la nature de la réalité notamment, n’est pas absente. Une réussite justement récompensée du prix Julia Verlanger.

 

« La réponse était limpide. Elle aurait tiré. Et elle l’aurait tué.
Une vive émotion la saisit. Ainsi,n’importe qui était capable de donner la mort. N’importe qui pouvait être amené, si les circonstances s’y prêtaient, à tuer l’un de ses semblables. Le plus effrayant dans cette aventure était qu’elle ne pouvait se défendre d’y avoir trouvé un plaisir trouble. »

 

Un très bon roman, une idée originale augmentée d’une réflexion philosophique, un livre qui fait rêver…

 

Passionnément

Poster un commentaire

Classé dans Littérature française

Frères de chair / Michael MARSHALL (Michael Marshall Smith)

Frères de chair (couv)La chance ? Jack Randall ne veut même pas en entendre parler. Il a cessé d’en avoir le jour où, policier enquêtant sur le truand Vinaldi, il a découvert sa femme et sa fille assassinées. Pour oublier, il a passé cinq ans dans un trou perdu, une ferme d’ « alters », des clones qui végètent jusqu’à ce que leur double ait besoin de leur corps. Jack s’est attaché malgré lui à ses pensionnaires et décide de s’enfuir avec six d’entre eux afin de les sauver d’une mort certaine.

Mais dès qu’il regagne New Richmond, une mégapole mobile de 200 étages, où autrefois il se sentait chez lui, Jack se fourre dans le pétrin. Son ex-collègue meurt en voulant l’aider et les alters disparaissent. Lancé à la poursuite des kidnappeurs, Randall va devoir retourner dans la Brèche, un monde virtuel où, adolescent, il a participé à une guerre sauvage et sans merci.

 

Un thriller du futur dans une ambiance de roman noir… Une réussite pour Michael Marshall qui avoue son admiration pour Philip K. Dick… 

Il a depuis confirmé son talent avec « La Trilogie des Hommes de Paille ».

Beaucoup

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Littérature anglaise

La route étoilée / Poul Anderson

Anderson Poul - La route étoilée

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

« Le ciel était plein de machines aériennes qui profilaient leurs ovales brillants sur le bleu intense. Trevelyan laissa son pilotage automatique le guider dans l’intense circulation à quatre niveaux et alluma une cigarette. A cette époque la Terre et son atmosphère fourmillaient de mouvement. Peu de gens restaient en place ; comment l’eussent-ils fait, puisque par exemple, un individu pouvait parfaitement avoir son travail en Afrique, habiter (provisoirement sans doute) en Amérique du Sud, et projeter de passer ses vacances sur une plage arctique avec ses amis australiens et chinois ? Même les colons interstellaires, si primitifs qu’ils fussent, tendaient à se disperser sur toute l’étendue de leurs planètes. »

L’homme a essaimé à travers les étoiles. L’exploration de l’univers a donné naissance à une communauté de nomades de l’espace, vivant en autarcie à bord de leurs vaisseaux et limitant leurs contacts avec l’extérieur au strict nécessaire. Le roman suit l’équipage de l’un de ces appareils, enquêtant sur de suspectes disparitions dans une zone non cartographiée de la galaxie…

 

Un très bon souvenir, je l’ai lu fin des années 70. Le sujet aurait pu être plus développé, la fin appelait une suite… qui n’est jamais venue ! Et ce n’était pas encore la mode des romans de 1000 pages ! Dommage…

Ce n’est pas le roman que je préfère de Poul Anderson mais il se lit avec beaucoup de plaisir.

 

Beaucoup

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)

La Vallée des Neuf Cités / Bernard Simonay

Simonay - La vallée des neuf citésAn 3987 de l’ère christienne… Notre civilisation a disparu, laissant derrière elle un monde chaotique, beaucoup moins peuplé, et dominé par des cités autarciques où règnent la sauvagerie et la barbarie. Dans la Vallée des Neuf Cités le jeune Hegon d’Eddnyrà découvre qu’une prophétie a prédit qu’il serait à l’origine de grands bouleversements. Il est celui qui doit détruire le Loos’Ahn, le mystérieux dragon invisible qui, tous les neuf ans, frappe les cités de la Vallée. Le peuple voit en lui son nouveau héros, mais sa popularité dérange la caste dirigeante. Devant la menace qui pèse sur lui, il est contraint de fuir.

Bernard Simonay renoue ici brillamment avec l’univers qui a fait sa renommée puisque Hegon n’est autre que le fondateur de la cité nouvelle de Gwondaleya, que l’on retrouvera, dix-huit siècles plus tard, au centre de La trilogie de Phénix.

 

Quel plaisir de retrouver l’univers de « Phénix » que j’avais adoré !

On s’attache très vite au personnage de Hegon et on est heureux d’en apprendre un peu plus sur la façon dont s’est créée la légende de Lakor à l’Aigle d’Or…

Comme toujours avec Bernard Simonay, de l’amour, de l’amitié, des aventures, de l’espoir, le tout raconté d’une belle écriture agréable à lire… une épopée du futur !

Merci, Bernard, emmenez-nous encore dans ce monde de vos rêves…

Passionnément

1 commentaire

Classé dans Littérature française

Un auteur, Stefan WUL

Stefan WUL, de son vrai nom Pierre PAIRAULT, né le 27 mars 1922 à Paris et décédé le 26 novembre 2003, est un écrivain de science-fiction français. Il avoue avoir choisi ce pseudo pour son côté étrange et, bien sûr, SF !

Passionnément

Stefan Wul (décidément, je ne peux pas l’appeler autrement !) a traversé la SF comme un météore éblouissant.

Au Fleuve Noir, onze livres :

Retour à « O » (1956)

Wul - Retour à OJâ Benal est condamné à l’exil lunaire par la « Haute Cour Mondiale » pour une négligence ayant provoqué la mort de milliers de personnes dans l’explosion d’un quartier de la ville de Lepolvi.

En réalité, Jâ Benal, un atomiste de renom, est envoyé en mission secrète pour enquêter sur les projets belliqueux de la colonie fondée par les survivants des condamnés à mort envoyés depuis deux cents ans sur la Lune.

 

 

 


Niourk (1957)

Wul - NiourkLa Terre n’est plus qu’un vaste désert. Des monstres engendrés par d’antiques technologies radioactives hantent ce qu’il reste des océans – quelques lacs d’eau saumâtre, rien de plus.

Dans ce monde âpre, un enfant noir, rejeté par tous les membres de sa tribu, se met en route vers Niourk, la ville mythique, peuplée de fantômes. Au bout de cette quête se trouve peut-être le moyen de redonner vie à notre Terre assassinée.

 

 

 

Rayons pour Sidar (1957)

Wul - Rayons pour SidarLes Terriens doivent céder la planète Sidar aux Xressiens, des rats humanoïdes connus pour leur agressivité. Le physicien Lorrain est le dernier recours avant que les Sidariens ne soient exterminés par les envahisseurs. Mais il doit d’abord retrouver Lionel, son robot, son double électronique quasi indestructible, qu’il avait envoyé sur Sidar pour une mission secrète. Une course contre la montre commence alors pour Lorrain qui devra affronter seul, ou presque, la faune et la flore hostiles de l’étrange planète.

 

 

La peur géante (1957)

Wul - La peur géante2157. À In Salah, capitale du Sahara et deuxième ville de l’Afrance, on s’inquiète : plus moyen de boire de Phoenix avec des glaçons, l’eau refuse de geler. Il s’avère bientôt qu’elle refuse aussi de bouillir, donc de s’évaporer. Et l’inquiétude vire à la panique lorsque les pôles se mettent à fondre, provoquant un raz de marée qui submerge la plupart des terres.

Qu’est-ce qui a pu transformer ainsi la structure moléculaire de l’eau ? S’agit-il d’un phénomène naturel ou d’une catastrophe suscitée par une race sous-marine intelligente jusque-là inconnue ?

Commence pour l’Humanité une aventure sous-marine qui, trente ans avant Abyss, suggère que la masse d’eau dont la Terre est porteuse constitue un univers aussi mystérieux que l’espace extraterrestre

 

Oms en série (1957)

Wul - Oms en sérieQue sont devenus les hommes ?

Les survivants du grand cataclysme ont été recueillis par les draags, géants bleus aux yeux rouges, qui les ont emmenés sur leur planète, où le temps s’écoule beaucoup plus lentement que sur la Terre.

Asservis, domestiqués, ils sont devenus des oms, des êtres dégénérés au service de leurs nouveaux maîtres.

Mais peu à peu, menés par le jeune Terr, petit om d’une intelligence supérieure, ils retrouveront le goût de la liberté et affirmeront leur humanité face aux draags.

 

Le temple du passé (1957)

Wul - Le temple du passéQuand on se trouve en perdition dans l’espace, on peut avoir la présence d’esprit de se poser sur une planète voisine. Mais quand on coule au fond d’un océan, on peut en arriver à se dire qu’on n’a pas de chance. Et quand, pour finir, on se perd dans un dédale incompréhensible et vivant, il y a de quoi se poser des questions. Pensez à Jonas : avalé par une baleine, il s’en est remis à Dieu. Mais ce n’est pas le genre de Massir : enfermé à l’intérieur d’un monstre, il analyse le monstre, invente un moyen sûr – mais délirant – de l’amener à partager ses vues, quitte à bouleverser complètement ce monde inhospitalier. Après quoi il n’y a plus qu’à attendre. Longtemps, longtemps… assez pour devenir une légende, ou même un dieu.

 

L’orphelin de Perdide (1958)

Wul - L'orphelin de PerdideIl s’appelle Claudi, il a quatre ans. Dernier survivant de Perdide, comment pourrait-il déjouer seul les dangers d’une planète qui a déjà tué sa famille, reconnaître les fruits empoisonnés, les fleurs vénéneuses et les grottes piégées ?

Son dernier lien avec le monde des hommes est un émetteur-radio dont les signaux de détresse ont été captés par le Grand Max, bourlingueur au grand coeur, qui va par cet intermédiaire veiller de loin au salut de l’orphelin tout en préparant le sauvetage.

Mais la mesquinerie et l’inconscience des hommes mettent l’opération en péril. Car tandis qu’ils s’adonnent à leurs coutumières trahisons, haines et vengeances, le temps passe…

Et les paradoxes temporels n’ont pas fini de compliquer les choses…

 

La mort vivante (1958)

Wul - La mort vivanteJoachim, maître biologiste vénusien, désire poursuivre ses recherches scientifiques en un temps où le Consistoire l’interdit car la Religion est toute-puissante. Sur la vieille Terre, il espère trouver plus de liberté. C’est là qu’il rencontre Martha, une mystérieuse châtelaine qui voit mourir sa fille. Elle dispose de la puissance et de la fortune ; Joachim de son savoir. Il ne peut guérir sa fille, mais peut-être arrivera-t-il à en créer une réplique exacte.

Au risque de déchaîner « la mort vivante »…

 

 

Piège sur Zarkass (1958)

Wul - Piège sur ZarkassUne planète jungle où la vie prolifère, où les indigènes font peau neuve devant tout le monde, où les momies n’en finissent pas de mourir.

Une atmosphère étouffante, un grouillement d’insectes, une race antique dont l’arche est moins perdue qu’il n’y paraît.

Une expédition terrienne, deux aventuriers qui sont un peu chercheurs, un peu géologues… et un peu espions. Parviendront-ils à déjouer les soupçons de la police locale, à déjouer sa vigilance ?

Il ne suffit pas d’entrer dans la peau d’un autre pour passer inaperçu dans cet univers. Encore faut-il en sortir avant que se referme le piège sur Zarkass.

 

Terminus (1959)

Wul - Terminus 1Sur Argole, à la suite d’une partie de cartes qui a mal tourné lorsque ses adversaires ont deviné ses dons de télépathie, Julius, un aventurier de l’espace, retrouve Marje, une ancienne amie, qui lui propose une chasse au trésor sur la planète Walden. « Il s’agit d’un cimetière de fusées, d’un gisement de vieilles carcasses d’astronefs bonnes pour la casse. Mais ces astronefs sont farcis de boulons et pièces de palladium, ce métal introuvable dont un gramme vaut des kilos de platine ! ».

Et c’est reparti pour une nouvelle aventure au cours de laquelle Julius, équipé de la valise-transmetteur de matière que lui a remise Marje, devra affronter les singes volants, les Velus et les arbres-hommes…

 

Odyssée sous contrôle (1959)

Wul - Odyssée sous contrôleNom : Michel Maistre. Profession : agent de la Sécurité impériale. Mission : faire la lumière sur les trop nombreuses disparitions qu’enregistre la planète Emeraude.

Le voyage n’est pas de tout repos : Maistre échappe de justesse à un attentat contre sa personne et tombe amoureux d’une jeune poétesse. Mais ce n’est rien à côté de ce qui l’attend sur Emeraude : poulpes intelligents, faune et flore aussi surréaliste qu’agressives, savants fous capables de vous répartir dans des bocaux tout en vous maintenant conscient de votre état…

Aucune horreur ne leur sera épargnée. A croire qu’un scénariste en verve tire toutes les ficelles…

 

 

 

Puis, 18 ans après :

Noô (1977)

Wul - Noô 1Wul - Noô 2

 

 

 

 

 

A la mort de ses parents ethnologues, le jeune Brice part sur leurs traces à la recherche du lac fabuleux d’el Dorado. Or el Dorado n’est pas un lac, ni un mythe…

C’est le début d’un voyage initiatique dans la forêt amazonienne où la peur, la faim et la maladie l’entraînent loin, plus loin qu’il ne l’aurait cru. Est-il encore sur Terre ? Qui est vraiment el Dorado ? Que fuit-il ? Qu’est-ce que le Noô, objet de tant de convoitises et de conflits ?

A la fois space opera mythique et roman d’apprentissage.

 

 

 

 

 

 

 

Après une longue période de silence de dix-huit ans, Stefan Wul publie son dernier roman en 1977 avec Noô, créant ainsi une dernière fois l’événement.

Tous ses romans sont aujourd’hui considérés comme des classiques dans le monde de la science-fiction française et ont été réédités de nombreuses fois.

« La magie des décors et de l’ambiance évoquée par la musique, voilà ce qui m’inspire, je crois. Et tout le reste est accessoire. Le livret d’opéra, je m’en fiche éperdument ; ce qui m’intéresse, ce sont les cymbales, une ambiance, voilà, un climat. » – Stefan WUL

Ce qui caractérise les romans de Stefan WUL, c’est l’ambiance, exotique à souhait, qu’on visualise extrêmement bien et dont on sent presque les parfums ! Mais les intrigues sont aussi menées rondement et on ne s’y ennuie pas une minute…

J’ai une tendresse particulière pour « L’orphelin de Perdide » mais j’ai aimé tous ses livres…

Certains ont été réédités dans la collection Folio SF où ils ne sont malheureusement plus disponibles.

Rééditions récentes chez Castelmore (Bragelonne)

9782362311468, 0-25870439782362311406, 0-25060559782362310812, 0-1649609

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il y a eu une édition intégrale de l’œuvre de Stefan WUL chez Lefranc, complétée par des nouvelles introuvables autrement et des poésies, malheureusement cette édition est épuisée et très difficile à se procurer d’occasion.

Wul - Oeuvres complètes 1Wul - Oeuvres complètes 2

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Une bonne nouvelle :

Récemment une intégrale en 4 volumes a été publiée chez Bragelonne.

9782352946304, 0-1720189

9782352946885, 0-1905957

9782352947646, 0-2116268

9782352948131, 0-2368891

1 commentaire

Classé dans Littérature française