Archives de Tag: Espoir

Imagine…

Au vu de l’actualité, j’ai envie de partager avec vous les paroles de cette chanson…

Je veux y croire!

IMAGINE

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Le billet d'Ocyaran

Les roses d’Atacama / Luis SEPULVEDA

Les trente-cinq « histoires marginales » que Luis Sepulveda a rassemblées dans ce recueil répondent toutes au devoir de mémoire. L’auteur raconte que, visitant un jour le camp de concentration de Bergen-Belsen en Allemagne, il remarqua une pierre sur laquelle une main anonyme avait gravé cette inscription : « J’étais ici et personne ne racontera mon histoire ». Son but est de combler cette lacune en évoquant l’histoire de « tous ceux dont on ne parle pas dans les journaux, qui n’ont pour toute biographie qu’un passage oublié dans les rues de la vie ». Les victimes de la barbarie nazie comme le poète yiddish Avrom Sützkever, mais aussi celles de toutes les guerres et les dictatures à travers le monde. Parfois, il s’agit simplement de personnages singuliers dont le destin pour être obscur n’en est pas moins exemplaire comme cet acrobate uruguayen croisé dans un aéroport, ou ce Bengali qui, sur l’île de Timor, transforme un cimetière de bateaux en petit paradis. L’un des plus touchants est Fredy Taberna, jeune militant socialiste assassiné par les militaires chiliens et qui avait l’habitude de consigner dans un carnet ce qu’il considérait comme les merveilles du monde, les platanes de Santiago ou l’éclosion miraculeuse des roses du désert d’Atacama. Et c’est bien ce que fait Sepulveda lui-même, mû à la fois par la compassion et l’émerveillement : donner des raisons d’espérer en dressant l’inventaire poignant de ces vies à la fois humbles et extraordinaires. –Yves Bellec

 

C’est la seconde fois que je relis ce petit livre qui m’émeut profondément. Ce n’est pas un recueil de nouvelles, c’est un recueil de vies et de la vie : vies de personnes croisées au hasard de voyages ou parfois simplement racontées par d’autres. Mais au travers de ces petits textes, c’est la vie qui coule et la résistance à l’oppression.

Merci, monsieur Sepulveda…

Poster un commentaire

Classé dans Littérature sud-américaine (Chili)