Archives de Tag: Agents secrets

Nightrunner / Lynn Flewelling (série 7 vol.)

Et encore un monde imaginaire vraiment bien ficelé!
Skala est un pays de ce monde, au gré des aventures des héros de ces livres, nous allons parcourir d’autres régions mais le royaume de Skala est le pivot de cette série.

Nightrunner 1 Les maîtres de l’ombre


Présentation de l’éditeur :

Lorsque Le jeune Alec de Kerry est emprisonné pour un crime qu’il n’a pas commis, il croit sa vie ruinée. C’est sans compter sur son étrange compagnon de cellule. Espion, voleur et noble à la fois, Seregil de Rhiminee est bien plus qu’il ne paraît. Lorsqu’il propose à Alec de devenir son apprenti, leurs vies changent à jamais. Alec découvre alors des routes inconnues qui mènent vers une guerre dont le tumulte ne l’avait jamais effleuré. Seregil et lui vont devoir s’infiltrer en territoire ennemi afin de découvrir quels complots s’y trament pour sauver la Couronne… ainsi que leurs propres vies. Mais la fortune est aussi imprévisible que le nouveau mentor d’Alec…

Extraits :

« L’ancien calendrier hiérophantique est divisé en années lunaires composées de douze mois de vingt-neuf jours, auxquels s’ajoutent quatre festivals saisonniers, qui durent chacun trois jours.
  Le Solstice d’hiver – fête de la plus longue nuit de l’année, et du retour annoncé des beaux jours. (Nuit du Deuil et Fête de Sakor à Skala.) Suivi de :
sarisin
dostin
klesin
Le Festival du printemps – préparation des semailles, fête de la fertilité de Dalna. (Festival des Fleurs de Mycena.) Suivi de :
lithion

nythin
gorathin
Le Solstice d’été – célébration du jour le plus long. Suivi de :
shemin
lenthin
rhythin
Le Retour des récoltes – fin de la récolte, temps des remerciements. (Grand Festival de Dalna en Mycena.) Suivi de :
erasin
kemmin
cinrin »
– Nightrunner 1 Les maîtres de l’ombre / Lynn Flewelling

« Les tortionnaires d’Asengai avaient des habitudes réglées comme du papier à musique : ils s’arrêtaient toujours au coucher du soleil. De nouveau enchaîné dans un petit coin de cette cellule pleine de courants d’air, Alec tourna son visage vers le mur dénudé et pleura jusqu’à en avoir mal à la poitrine.
Un vent froid venant des montagnes gémissait au travers des grilles au-dessus de sa tête, amenant avec lui la douce odeur de la neige à venir. Toujours en pleurs, le garçon se terra plus profondément encore dans la paille rance. Elle le grattait douloureusement là où il avait été frappé et où des bleus fleurissaient sur sa peau nue. Mais c’était mieux que rien et tout ce qu’il avait. » – Nightrunner 1 Les maîtres de l’ombre / Lynn Flewelling

Mon avis :

Un début assez classique pour cette série, les deux personnages principaux, Seregil et Alec font connaissance de façon assez inattendue dans un cul de basse fosse…

Nightrunner 2 Les traqueurs de la nuit

Présentation de l’éditeur :

Maître du subterfuge, voleur et noble à la fois, Seregil de Rhíminie a transmis à Alec de Kerry les plus grands secrets du métier. Ensemble, ils ont accompli de nombreuses missions sans cesser d’exposer leur vie au danger. Aujourd’hui, alors que leur pays d’adoption se prépare à la guerre, le magicien Nysander l’ancien, demande à Seregil d’affronter un ultime défi. Il confie à Seregil des informations devant à tout prix rester secrètes, sous peine de lui coûter la vie ainsi que celle d’Alec…

Extrait :

« Cet hiver-là, les vents auxquels se mêlait la neige fondue fouettaient la mer et rugissaient dans les rues sombre de Rhiminie. Comme arrachés par un gigantesque enfant furieux, des tuiles et des bardeaux mal cloués tombèrent avec fracas dans les rues et les jardins. Les arbres nus oscillaient, le claquement de leurs branches semblable à des os s’entrechoquant. Dans le port, sous la citadelle, les navires amarrés étaient si secoués qu’ils cognaient contre les digues. Que ce soit dans la ville haute ou basse, même les tenanciers des maisons closes ne tardèrent pas à fermer leurs volets » – Nightrunner 2 Les traqueurs de la nuit / Lynn Flewelling

Mon avis :

Un second volume passionnant où les personnages s’affinent. Cela nous donne envie de les retrouver bientôt…

Nightrunner 3 La lune des traîtres

Présentation de l’éditeur :

Au terme d’une bataille cataclysmique, Alec et Seregil ont décidé de quitter leur terre d’adoption, désormais hantée par trop de souvenirs douloureux. Pourtant, un appel désespéré de la reine vient mettre un terme à leur exil. La nouvelle mission de nos deux maîtres de l’espionnage : prendre part à une délégation diplomatique qui les entraînera dans le pays natal de Seregil. C’est dans ce royaume légendaire que ce dernier devra affronter les démons de son obscur passé, tandis qu’Alec se découvrira des origines insoupçonnées. 

Extrait :

Un couple d’hommes retint l’attention d’Alec au fil des danses. Ce n’était pas seulement leur adresse qui le captivait mais la façon dont ils semblaient s’étreindre du regard, en toute confiance, anticipant chaque figure et travaillant leurs gestes en parfaite harmonie. Il sentit sa gorge se nouer en les voyant effectuer une chorégraphie particulièrement sensuelle. Il savait sans qu’on ait besoin de le lui dire qu’ils étaient talimenios et qu’ils avaient vécu ces mouvements, cette fusion de leurs âmes pendant la plus grande partie de leur vie.
Il sentit Seregil poser sa main sur la sienne. Sans ressentir la moindre gêne, Alec la retourna afin que leurs doigts puissent s’entrelacer et laissa la musique parler à sa place. – Nightrunner 3 La lune des traîtres / Lynn Flewelling

Mon avis :

Et c’est ici qu’on rencontre des dragons! Je suis de plus en plus accroc à cette série…

Nightrunner 4 Le retour des ombres


Présentation de l’éditeur :

Après leur victoire en Aurënen, Alec et Seregil ont regagné Rhíminie. 
Mais difficile pour eux de s’y sentir à leur place, alors que la plupart de leurs amis sont morts ou en exil. Afin de tromper leur ennui, ils acceptent une mission qui les conduira de nouveau sur les terres natales de Seregil. Mais en chemin, ils tombent dans une embuscade, sont séparés et finissent vendus comme esclaves. Seregil s’accroche à la vie dans l’unique espoir qu’Alec soit toujours de ce monde. Quant à Alec, son étrange maître ne s’intéresse pas tant à lui qu’à son sang. En effet, son ascendance unique le rend capable de produire un trésor exceptionnel…

Extraits :

«  Tu es le voyageur qui porte son foyer dans son cœur.
Tu es l’oiseau qui fait son nid sur les vagues.
Tu ne seras le père de l’enfant d’aucune femme. »
 
Paroles adressées par l’oracle dragon de Sarikali à Alec í Amasa de Kerry »
– Nightrunner 4 Le retour des ombres / Lynn Flewelling

« Des changements notables s’étaient produits à la cour depuis la mort de la reine Idrilain, deux hivers plus tôt, même si son successeur, la reine Phoria, était absente la majeure partie de l’année, occupée à guerroyer en Mycena. Malgré les bénéfices évidents de la reprise du commerce avec Aurënen, la reine avait promulgué un décret qui interdisait l’usage à la cour des patronymes composés selon les coutumes aurënfays, qui étaient pourtant en vigueur depuis l’époque de la première Idrilain. Les styles méridionaux en matière de mode, de bijoux et de musique n’étaient plus en vogue. Les jeunes hommes se laissaient pousser la barbe et portaient les cheveux courts, à hauteur des oreilles.
Évidemment, la réaction de Seregil avait été de refuser de se couper les cheveux, qui dépassaient à présent ses épaules. Alec l’avait imité, mais il tressait les siens pour éviter qu’ils lui retombent sur le visage.
Pourtant, les produits aurënfays étaient très prisés au sein du peuple. Malgré tout ce que les nobles s’appliquaient à faire publiquement pour satisfaire leur nouvelle reine, les gens n’avaient rien perdu de leur goût pour les produits de luxe et les nouveautés. » – Nightrunner 4 Le retour des ombres / Lynn Flewelling

Mon avis :

J’ai un petit peu moins aimé ce tome, soyons justes il y a en première ligne le fait que la fin… n’en est pas une et qu’il a fallu longtemps (très longtemps) avant d’avoir la traduction de la suite…

Nightrunner 5 La route blanche

Présentation de l’éditeur :

Nobles décadents, espions hors pair et héros inattendus, Alec et Seregil ont survécu à l’exil, à la trahison et à la magie noire. Mais la route qui les attend va se révéler plus dangereuse que tout ce qu’ils ont connu jusque-là. Cernés par leurs ennemis, ils doivent cheminer sur l’étroit sentier entre le bien et le mal. Un seul faux pas pourrait leur être fatal…
Après avoir échappé à l’esclavage et à la mort en Plenimar, Alec et Seregil n’ont qu’une envie : retrouver leur existence d’oiseaux de nuit à Rhíminie. Mais ils sont contraints de jouer les nourrices pour Sebrahn, une étrange créature conçue par alchimie, le fameux « enfant d’aucune femme » annoncé par la prophétie. Sa peau blanche comme la lune et ses pouvoirs terrifiants mettent en danger tous ceux qui approchent ses protecteurs… ne leur laissant d’autre choix que de découvrir les secrets de la véritable nature de Sebrahn.
Grâce à l’aide d’amis proches et du clan de Seregil, le trio se met en route pour un périple risqué. Car le vieil ennemi de Seregil, Ulan í Sathil, et les parents éloignés d’Alec sont à leurs trousses, bien décidés à prendre possession d’Alec et de Sebrahn. Une course contre la montre débute pour une quête plus intime que jamais…

Extrait :

« Mourir – ne serait-ce qu’un instant – était épuisant. Alec et ses compagnons étaient arrivés à Gedre la nuit précédente et il avait réussi à rester en selle durant la montée entre le port et la maison du clan, mais avait tout gâché en s’évanouissant dans la cour. Mydri lui avait décoché un regard sévère avant de l’envoyer se coucher dans une chambre donnant sur le port. Et lorsque leur hôte avait vu Sebrahn, Riagil í Molan avait exigé que le rhekaro reste caché. Vu l’apparence étrange de Sebrahn, Alec ne l’en blâmait guère.
La pluie hivernale fouettait la fenêtre à l’autre bout de la pièce et le vent gémissait dans la cheminée. Le port de Gedre était à peine visible : les bateaux au mouillage n’étaient que taches sombres dans le brouillard. Après leur traversée houleuse depuis Plenimar, il était plutôt agréable de se retrouver dans un lit douillet qui ne tanguait pas sous lui. Il n’avait pas la moindre idée de l’heure qu’il était. Lorsqu’il s’était réveillé, Seregil était déjà parti, sans doute pour parler à ses sœurs ou à leur hôte, le khirnari.
Sebrahn était pelotonné sur les coussins du renfoncement de la fenêtre, le regard tourné vers l’extérieur, même s’il était difficile de savoir ce qu’il regardait. Le rhekaro avait beau être doté des traits d’enfant d’Alec, il était impossible de le prendre pour un enfant ordinaire. Ses cheveux clairs, d’un blanc argenté, tombaient en cascade dans son dos, presque jusqu’au sol. Sa peau blanche prenait un aspect fantomatique dans la lumière grise, et ses yeux argentés avaient l’éclat de l’acier.  » – Nightrunner 5 La route blanche / Lynn Flewelling

Mon avis :

Quoique ce volume ne soit pas mon préféré, vite la suite…

Nightrunner 6 Le coffre des âmes

Présentation de l’éditeur :

Au-delà de leur image de nobles dissolus, Alec et Seregil sont deux espions habiles et dévoués au service de la reine et leur pays. Ils se retrouvent cependant confrontés à un conflit de loyauté sans précédent lorsqu’ils découvrent les preuves d’un complot opposant la reine Phoria et la princesse Klia. En temps de paix déjà, la cour royale de Rhíminie s’apparente à un nid de vipères. Mais avec la guerre contre Pleminar qui s’enlise, les trahisons se multiplient dans l’ombre. 
Ce n’est toutefois pas l’unique danger qui menace : une mystérieuse épidémie se propage dans les rues surpeuplées de la ville, frappant sans distinction. Alors que la panique se répand et que le nombre de cadavres augmente, des secrets longtemps cachés remontent à la surface. Et comme Seregil et Alec ne vont pas tarder à l’apprendre, les conspirations et les épidémies ont un point commun : l’antidote peut être aussi mortel que le mal. 

Extrait :

« Seregil n’avait pas vraiment su à quoi s’attendre, ou pour être plus exact, il n’avait pas eu beaucoup d’attentes. Situé rue du Panier, le petit théâtre délabré et étouffant où ils venaient d’arriver accueillait par le passé des négociants aux ressources moyennes qui aspiraient à un peu de culture, mais n’avaient ni la bourse ni les manières pour se mêler à la population fréquentant le Tirarie à l’autre bout de la cité, rue des Lanternes. Récemment encore, l’établissement était fermé. La peinture défraîchie de l’avant-scène s’écaillait, ses dorures étaient ternies, et les feux de la rampe vacillaient dans les courants d’air. Seul le rideau de gaze derrière la scène était neuf. Il avait été habilement peint pour représenter une forêt sombre et menaçante.
Le public était principalement constitué de spectateurs pauvres, rassemblés au parterre devant la scène surélevée. Le théâtre, qui ne pouvait contenir qu’une centaine de personnes, était presque plein, et l’odeur des corps surchauffés se faisait déjà oppressante. La température était inhabituellement élevée en ce début d’été. » – Nightrunner 6 Le coffre des âmes / Lynn Flewelling

Mon avis :

Cette aventure de nos deux héros est celle que je préfère jusqu’ici…

Nightrunner 7 Les éclats du temps

Présentation de l’éditeur :

Le gouverneur de l’île sacrée de Kouros et sa maîtresse ont été tués dans une chambre verrouillée et surveillée. Les seuls témoins du crime – des gardes qui ont enfoncé les portes en entendant les cris provenant de l’intérieur –, sont devenus fous de terreur, bafouillant des histoires de fantômes… et pire encore.
Envoyés à Kouros par la reine, les maîtres espions Alec et Seregil vont se heurter à une menace inédite. Car un mal ancien a été réveillé, une puissance obscure qui ne s’apaisera pas avant d’avoir échappé à sa prison d’un autre monde et accompli sa vengeance. Et seuls ceux comme Alec, qui sont morts et revenus à la vie, peuvent passer d’un monde à l’autre et affronter l’assassin – même si cela pourrait coûter à Alec une seconde mort bien trop prématurée…

Extrait :

« Une pluie de printemps précoce battait les carreaux à côté du fauteuil d’Alec, et tambourinait sur les ardoises du toit de l’auberge au-dessus d’eux. Avec un feu crépitant dans l’âtre, un excellent souper tout juste expédié, et un tome captivant emprunté à la bibliothèque de la maison Orëska ouvert sur ses genoux, Alec se réjouissait à la perspective d’une soirée tranquille. Son compagnon, toutefois, avait d’autres idées.
Étendu sur une pile de coussins devant le feu, Seregil avait feuilleté une série de lettres apparemment sans intérêt, renoncé à quelques livres, et était désormais allongé les yeux rivés au plafond, sifflant doucement – et de manière plutôt exaspérante – un air triste entre ses dents. Alec devina qu’il composait une nouvelle chanson, puisqu’il ne cessait, jusqu’à rendre fou, de répéter des phrases et de battre la mesure d’un pied nu contre la pelle à cendres. Même Ruetha et ses chatons avaient perdu patience avec lui et s’étaient retirés dans leur panier à l’angle.
Mais si gênant que ce fût, et malgré la mélancolie de cet air, Alec ressentait aussi un certain soulagement. Ils avaient tous deux été éprouvés, ayant perdu d’autres personnes auxquelles ils tenaient – Myrhichia, dame Kylith, duc Malthus – l’année précédente. Ils avaient également manqué de perdre Illia, la fille de Micum Cavish. Alec avait profondément souffert de ces disparitions, mais Seregil avait toujours tendance à s’accrocher à la douleur, empreinte de culpabilité.
C’était la première fois que Seregil avait montré le moindre intérêt à composer depuis des mois, le dérangement était donc presque bienvenu, même si cela signifiait qu’Alec ne lirait donc pas. Il ferma son livre. » – Nightrunner 7 Les éclats du temps / Lynn Flewelling

Mon avis :

Le meilleur pour la fin, au revoir tous les héros avec qui j’ai vécu de multiples aventures… au revoir car on ne sait jamais…
Une série vraiment passionnante, bien sûr quelques « déjà vu » ci et là mais des aventures extraordinaires – c’est ce qu’on cherche en Fantasy – et tout ce que j’aime : de l’amour, de l’amitié et surtout un peu d’humour aussi…
Un plus : les cartes !
J’ai beaucoup mieux aimé Nightrunner que Le royaume de Tobin que j’avais trouvé bon mais sans plus…

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Littérature américaine (USA)